mercredi 30 décembre 2009

Achat des terres agricoles (2/2) : une opportunités de développement ?



Suite du précédent billet "Terres agricoles (1/2) : les richesses agricoles africaines".
La guerre pour le contrôle des terres agricole dans les pays pauvres est ouverte. Mais « la terre est une patate chaude » (Jacques Diouf, directeur de la FAO). Explications :
1) Les acheteurs : La Chine (40% des agriculteurs du monde pour 9% des terres agricoles de la planète) a signé une trentaine d’accords avec des entreprises chinoises pour un accès aux terres agricoles étrangères qu’elles louent ou achètent afin d’y installer des exploitations de riz, soja, maïs…, l’Inde, le Japon, la Malaisie, la Corée du Sud, l’Egypte, les Emirats Arabes Unies, la Libye, Bahreïn, la Jordanie, le Koweït, le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud. Dans le cadre du Conseil de Coopération du Golfe, les Etats du Golfe ont conclu des accords « pétrole contre terres agricoles pour leurs entreprises.
2) Les pays d’accueil : le Soudan, le Kenya, l’Ethiopie, et la Somalie principalement mais la plupart des pays africains également soulignant les retombées économiques pour leur pays (infrastructures..)

- Genèse :
La hausse du prix des matières premières agricoles : Jusqu’en 2003, les prix des principales matières premières étaient inférieurs à leur valeur d’il y a 20 ans. Puis, le resserrement de la situation mondiale de l'offre et de la demande céréalière a entraîné une hausse des prix de toutes les céréales.
Pour la plupart des économistes, la hausse quasi générale des prix des matières premières depuis à peu près 2003 n'est pas qu’une poussée conjoncturelle mais un phénomène de fond structurel. L’édition 2007 du Cyclope donne son opinion : « Au-delà des aléas climatiques, il semble évident que le trend des prix agricoles mondiaux (pour les grandes productions végétales) sera orienté à la hausse sur les prochaines décennies : la rechute des prix (comme cela fut le cas dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix) parait exclue sur longue période du fait de la dynamique de la demande alors même que les obstacles au développement harmonieux des biotechniques sont loin d’être tous levés».
On peut relever cinq raisons majeurs de la hausse des cours des matières premières.
La première concerne la hausse de la consommation mondiale, la demande mondiale qui va croissant depuis plusieurs années, du fait de la poussée de la Chine et d’autres pays émergents (Inde notamment). Face à cette poussée du coté demande, l’offre réagit. En outre, la hausse des prix des produits agricoles s’explique par l’augmentation de la population et de l’évolution des modes de consommation dans ces mêmes pays émergents. De même, la hausse de la demande mondiale nécessiterait d'augmenter de 20 % à 30 % les surfaces cultivées ; on peut difficilement, sauf à provoquer des déforestations, dans le bassin du Congo par exemple. Il faudrait alors augmenter la productivité ; or il serait nécessaire de recourir aux OGM qu'une partie de l'opinion refuse.
L’autre explication tient aux craintes pesant sur la production. La guerre en Irak, la crise au Moyen-Orient, en Iran, les politiques menées au Venezuela et en Russie entament la confiance des marchés énergétiques.
Ensuite, la production ne suit pas la consommation. Ainsi, les récoltes ne sont pas forcément en baisse mais elles ne suffisent pas à couvrir la demande et à remonter le niveau des stocks.
L’essor des agro carburants (biocarburants) à travers le monde commence à concurrencer la production alimentaire, et à bouleverser le jeu. Les Etats-Unis conservent leur maïs pour le transformer en bioéthanol, et ne l’écoulent donc plus sur le marché mondial. Selon le rapport 2007-2016 de l’OCDE et de la FAO, la production d’agro carburants devrait augmenter de façon drastique et provoquer une hausse importante des prix des produits alimentaires. En Afrique, plusieurs projets « biocarburants » voient le jour. La compétition entre les cultures vivrières et énergétiques devrait rapidement exploser. La concurrence pour la terre arable profiterait en outre aux gros producteurs de monocultures, aux dépens de petits producteurs vivriers.
Les aléas climatiques ont des incidences toutes particulières sur les économies africaines, dépendantes de leurs ressources en matières premières. Durant les dernières années, la raréfaction des pluies (d’autant plus que le réseau d’irrigation est très limité) ou leur violence lorsqu’elles surviennent (Mozambique), a accru les handicaps. En outre, la déforestation, la désertification de nouveaux espaces, les invasions d’insectes entament le potentiel agricole du continent.

Cette dynamique est mondiale :
- l’Egypte a signé un contrat avec le Soudan, pour produire du blé dans le Nord du pays,
- en août 2008, la compagnie suédoise Alpcot-Agro exploitait 135 000 ha en Russie pour les céréales et les oléagineux.
-Mitsui (Japon) a acheté en novembre 2007, 100 000 ha de terres agricoles au Brésil pour produire du soja
- en 2008, le gouvernement libyen échange fourniture de gaz et de pétrole contre l’exploitation de 250 000 ha de terres en Ukraine.
- la Chine a acquis ces dernières années des centaines de milliers d’hectares de terres au Cameroun, en Australie, au Laos, aux Philippines

Intérêts des pays vendeurs ou loueurs :
- Ce sont des pays souvent peu peuplés ;
- disposant de vastes réserves de terres cultivables : au Mozambique ou en Angola, par exemple, seules 10 % des terres seraient aujourd’hui exploitées.
- Ces terres ne sont pas chères.

Opportunités de développement ou néocolonialisme ? :
Ces pays manquent d’infrastructures et de matériels (entrepôts, silos, routes…) pour soutenir une production agricole et justement les pays acquéreurs ou les sociétés privées peuvent les financer.
Problèmes :
- en créant des marchés non concurrentiels, ces acquisitions contournent les règles du commerce international
- certains achats de terre ne relèvent pas d’une logique de développement agro-industriel, mais d’une logique financière (achat par des hedge funds, c’est-à-dire des fonds d’investissement).

D’ailleurs, les cartes de la sous alimentation et celles des pays loueurs ou vendeurs de terres se superposent comme le Soudan qui a bénéficié de la plus grosse opération du PAM (Programme Alimentaire Mondial) en 2008.



La lettre de l’Océan Indien nous apprend que l’Ethiopie sera à l'honneur d'un des premiers reportages de la nouvelle émission Terre d'enquête d’M6, présenté par Guy Lagache. L’émission enquête sur la cession des terres et aurait connu quelques difficultés de tournage dans le pays.

Sources :
CHALMIN (Philippe), « Les marchés mondiaux », Paris, 2007, Cyclope
La Lettre de l’Océan Indien
« Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO 2007-2016 », OCDE/FAO, 2007, 97p.
« Terres agricoles : une autre délocalisation? », in Le Dessous des cartes, 26/06/09, ARTE

mercredi 23 décembre 2009

Bonnes fêtes !!



L'année s'achève il est temps de se reposer quelques jours, de retrouver les amis, la famille, de respirer le bon air iodé ... et de vous souhaiter de bonnes fêtes ainsi qu'une excellente année 2010 !

Nedeleg laouen de'och ! Bloavezh mat !

Vous l'avez compris je quitte Paris pour suivre l'actualité internationale d'un autre œil... Le 19/20 Bretagne des Inconnus : ICI

La République Démocratique du Congo (RDC) : retour sur la géopolitique du cœur de l’Afrique



Depuis 1998, 5,4 millions de personnes seraient mortes et quelque 45 000 personnes décèdent encore chaque mois. le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) estime à 1,4 millions le nombre de déplacés (dont 980 000 au Nord-Kivu). La situation ne semble pas s'améliorer et la missions de la MONUC devrait être prolongée.
Pays d’Afrique centrale, le troisième en superficie du continent (2 345 000km²), et le plus peuplé de la zone (63 millions d’habitants). Elle y occupe une place centrale sur les axes Le Cap-Le Caire et océan Atlantique- océan Indien.
La RDC (Zaïre jusqu’en 1997) constitue un ensemble composite confié par la Conférence de Berlin (1885) à une société capitaliste d’exploitation dirigée par le roi des Belges Léopold qui le lègue à Bruxelles. Son unité (le Bassin du Congo) n’est qu’apparente : elle plonge au sud dans le plateau métallifère du Shaba (ex-Katanga riche en cuivre, colbalt, uranium) et touche à l’est les Grands Lacs. Aussi sa diversité ethnique est elle considérable (5 langues nationales) et la décolonisation (1960) s’est accompagné de nombreux troubles, en particulier les tentatives de sécession du Katanga encouragées par l’Union minière de Belgique.
La dictature de Mobutu (1965-1997) ne permet pas le développement du pays malgré ses richesses. Sa déstabilisation est une retombée indirecte du conflit du Rwanda, de nombreux Tutsi (les banyamulengue) ayant été établis par les Belges dans l’est de la RDC (Kivu). Ils se heurtent en 1996 au million de réfugiés hutu fuyant le FPR, parmi lesquels les milices interahamwe impliquées dans le génocide de 1994). L’intervention des Rwandais tutsi et des Ougandais, leurs alliés, provoque la chute de Kinshasa le 16 mai 1997 et porte au pouvoir une coalition d’opposants dirigée par Laurent-Désiré Kabila. Mais les interventions étrangères ne cessent pas et la RDC devient l’enjeu d’un affrontement entre deux camps, d’un côté l’Ouganda et ses alliés, de l’autre l’Angola et le Zimbabwe qui soutiennent Kabila. Le gel des positions militaires se traduit par une partition de fait du pays. En 2001, L.D. Kabila est assassiné. En 2003, un accord global est signé et un gouvernement d’union nationale nommé. Mais de nombreux mouvements de rébellion persistent, souvent sur une base ethnique, en particulier dans le Nord et l’Est du pays.
Quel avenir pour la RDC ? Un éclatement encouragé par ses voisins qui organisent le pillage des ressources du pays (diamant, or, coltan, cuivre, cobalt). Des troubles aggravés par la forte croissance démographique (3%) ? Ou une stabilisation qui lui permettrait de valoriser sa place centrale dans le continent ?

Relisez ICI le billet de Stéphane Mantoux : « République Démocratique du Congo : chronique d'une guerre sans fin ? » sur Ifriqiya

Ecoutez demain matin l’émission Les Enjeux Internationaux de Thierry Garcin sur France Culture consacrée « La prolongation des impasses en Afrique centrale » avec Claude Wauthier.
Conférence de l’IFRI le 28 janvier (17H30-19H30) : « L'environnement des affaires en République Démocratique du Congo » autour d'Olivier Kamitatu, ministre du Plan de la République Démocratique du Congo et Karim Dahou, manager exécutif de l'Initiative NEPAD-OCDE pour l’investissement en Afrique. Présidence : Cyril Musila, Université catholique de Paris

mardi 22 décembre 2009

Lectures de la semaine


L'International Crisis Group nous propose ce mois ci deux documents sur l'Afrique de l'Est. Le premier "Sudan : preventig implosion" : ICI
et "Somaliland: A Way out of the Electoral Crisis" : ICI

Le Think tank britannique, Chatham House : "Economic Drivers of Conflict and Cooperation in the Horn of Africa. A Regional Perspective and Overview " (ICI)

lundi 21 décembre 2009

Le sommet Africités s’est achevé hier



Tous les trois ans, les principaux décisionnaires politiques et économiques des villes d’Afrique se réunissent au sein des sommets AFRICITES. Avec le soutien de nombreuses organisations internationales, le sommet constitue le plus grand forum pour discuter et identifier les besoins des collectivités africaines.

DEMARCHE :A la suite de la 2° Conférence des Nations Unies pour les établissements humains organisés en juin 1996 à Istanbul, la communauté internationale a consacré les thèmes de la décentralisation, du partenariat et de la participation comme une des options essentielles pour promouvoir des établissements humains viables et durables. Istanbul a été également un moment fondateur du mouvement mondial des collectivités locales puisqu’à cette occasion s’est tenue la première assemblée mondiale des villes et autorités locales qui a recommandé la mise en place d’une « Coordination des Associations Mondiales des Villes et Autorités Locales » (CAMVAL) pour leur permettre de parler d’une même voix sur la scène internationale.

Le Partenariat pour le Développement Municipal a pris une part active à ce mouvement en organisant les Premières Journées de la commune africaine (Africités 98), à son initiative et à la demande des associations nationales des villes et autorités locales en janvier 1998 à Abidjan (Côte d’Ivoire). L’institutionnalisation de cette manifestation, à la demande des participants à Africités 98 a conduit à en faire un de ses programmes d’intervention.

OBJECTIFS
- proposer et animer une coopération et une plate-forme de dialogue entre les collectivités locales africaines et leurs partenaires sur le processus de décentralisation.
- Participer à la structuration et à la consolidation du mouvement municipal africain.
- Contribuer à inscrire la décentralisation dans l’agenda des instances politiques panafricaines.

SOMMETS
-Africités 98, Abidjan, en janvier 1998, premières journées de la commune africaine a marqué l’émergence du mouvement municipal africain et a constitué une des meilleures plates-formes de dialogue jamais organisée sur le continent africain autour des questions relatives aux politiques de décentralisation, au rôle des collectivités locales dans la gestion du développement urbain et dans la promotion du développement local, aux rapports entre décentralisation, développement et démocratie dans le contexte actuel et futur de l’Afrique.
-Africités 2000, à Windhoek, en mai 2000 a été avec la création du Conseil des Communes et Régions d’Afrique, le Sommet de l’unification du mouvement municipal africain et de l’affirmation du rôle stratégique des villes et collectivités locales comme acteurs incontournables du développement durable de l’Afrique. Ce sommet a été l’occasion d’un dialogue approfondi sur le financement des collectivités locales africaines. Au cours de ce sommet la décision a été prise de créer la CADDEL la conférence ministérielle africaines de la décentralisation et du développement local.
-Africités 2003, à Yaoundé en décembre 2003, consacrera l’unification du mouvement municipal africain et sa participation au mouvement municipal mondial. Ce sommet a pour ambition de situer la décentralisation et le renforcement des collectivités locales dans la perspective de mieux assurer l’accessibilité des populations aux services de base pour l’amélioration de leurs conditions de vie.
-Africités 2006, à Nairobi, en septembre 2006, sur le thème « Construire des coalitions locales pour la réalisation effective des Objectifs du Millénaire pour le Développement au sein des collectivités locales africaines ».
- Africité 2009, à Marrakech du 16 au 20 décembre 2009 sur le thème ”La réponse des collectivités locales et régionales d’Afrique à la crise globale : promouvoir le développement durable et l’emploi”. Le Cinquième Forum panafricain des collectivités locales a enregistré la participation de quelque 4600 participants venus de plus de 40 pays d’Afrique.

Exemples de Prix Africités 2009

-Prix de la décentralisation : Royaume du Maroc
-Prix de la bonne gouvernance locale : Lusaka (Zambie)
-Prix de la bonne gouvernance participative : Dondo (Mozambique)
-Prx de l’assainissement : Antananarivo (Madagascar)
-Prix de la santé de base : Kigali (Rwanda)

-Africités 2012
se tiendra à Dakar
En 2000, les collectivités africaines se sont dotées d'une coordination à Windhoek en Namibie, avant de lancer en 2005, Cités et gouvernements locaux unis d'Afrique (CGLUA) à Tshwane en Afrique du Sud.

samedi 19 décembre 2009

Terres agricoles (1/2) : les richesses agricoles africaines



L’Afrique est courtisée pour ses ressources énergétiques, minières et pour ses terres comme nous le verrons dans notre prochain billet. Mais elle l’est aussi pour certaines de ces ressources agricoles. Ainsi, nombreux sont les pays à avoir abandonné leurs cultures vivrières pour des cultures de rente qui les rendent plus vulnérables, notamment en matière de sécurité alimentaire. Au cours des 15 prochaines années, la répartition inégale des ressources alimentaires tendra à s’accroître et elle constituera un facteur crisogène important du contexte international.
L’Afrique est un continent majoritairement rural. Près de 70% de la population tire ses revenus de l’agriculture (43 % à l’échelle mondiale, 4 % en France). La productivité agricole sur le continent est mille fois inférieure à la productivité moyenne en France ou aux États-Unis. Néanmoins seul 2 à 4 % des budgets des pays africains sont consacrés à l’agriculture, alors que 10 à 20 % des PIB en dépendent. La productivité agricole reste très basse dans la plupart des pays. Il y a donc en théorie des réserves de productivité. Mais l'expérience prouve qu'elles sont très difficiles à mettre en œuvre.



En Afrique, 33% de la population souffrent de malnutrition, voire dans des cas extrêmes de famine, soit le double par rapport aux années 1970. La situation est complexe. En dépit, de la rapide urbanisation du continent, la population vit encore de l’agriculture pluviale donc très exposée aux aléas climatiques (d’autant plus qu’elle dégage peu d’excédents). Le problème majeur de l’alimentation en Afrique provient de la diminution des cultures vivrières qui rend le continent de moins en moins autonome au niveau alimentaire. En effet, les cultures vivrières ont souvent été délaissées au profit des cultures de rente. En 1973, l’Afrique est devenue importatrice nette de produits alimentaires. Par la suite la production alimentaire n’a pas su s’adapter à la flambée démographique et les importations ont rapidement augmenté. En outre, leur rendement est médiocre.

L’Afrique est également en retard par rapport à d’autres régions en termes de pourcentage de terres agricoles irriguées, d’utilisation d’engrais, et de productivité du travail et de la terre par le travailleur. Par exemple, la production de riz du Mali pourrait passer de 750 000 tonnes par an à plus de 4 millions en améliorant les ouvrages d’irrigation et si les 2,2 millions d’hectares de terres agricoles irrigables étaient mises en valeur 1. Un défi majeur à relever est de passer d’une agriculture extensive à une agriculture intensive. Le colonisateur ne l’a pas fait parce qu’il a opté pour la solution à court terme (profit immédiat sans investir et main d’œuvre gratuite). Après l’indépendance les africains n’ont pas inversé la tendance.
Le risque alimentaire majeur est lié à la guerre et aux conflits car ils désorganisent les systèmes agricoles et les mécanismes de réponses sont défaillants. D’ailleurs la carte de la famine se superpose à celle des conflits. Les famines actuelles sont la conséquence de logiques de prédation et d‘une instrumentalisation politique des famines par des gouvernements ou des mouvements politiques marginalisés. La question de la faim est donc liée à l’insécurité comme pour le Soudan, la Sierra Leone, la Somalie ou la RDC. Prenons un exemple, en 1985, l’Ethiopie est un Etat marxiste-léniniste, c’est aussi un pays en développement, ravagé par la famine. Pour Mengistu, la gestion politique de la famine prime sur la recherche d’une solution économique et sociale.

La famine de 1973-1974 ayant largement contribué à la chute d’Haïlé Sélassié, Mengistu se tient à la tête du pouvoir grâce à un contrôle politique et policier de la crise. Mais il ne se réjouit pas de la forte dépendance en aide humanitaire qui l’oblige à « ouvrir » son pays aux observateurs, médecins. La sécheresse était inévitable puisqu’elle a touché la moitié du continent africain, pourtant elle aurait pu être mieux combattue. La première action du gouvernement a été de nier la crise. En effet, jusqu’au printemps 1984 Mengistu a étouffé le problème. La seconde réaction a été d’utiliser la crise à des fins politiques. La tactique de Mengistu était d’affaiblir ses adversaires pour les neutraliser en laissant les zones de guérilla comme l’Erythrée, le Tigré et le Wollo dans le marasme et en les vidant progressivement de leur population. Pourtant, les effets négatifs de la famine sur le développement économique du pays n’ont pas été compensés par des effets positifs sur la situation politique et militaire. Le transfert des populations n’a pas mis fin aux guérillas puisque l’Erythrée a acquis son indépendance par la suite. Toutes les instrumentalisations politiques des famines suivent le même processus : surestimation du nombre de victimes potentielles, aide alimentaire des agences encadrée avec obligation de passer par des organismes étatiques…

On ne peut se lasser de le dire, il n’y a point d’avenir économique pour les pays africains en dehors de l’autosuffisance alimentaire. Le Vice-président de la Banque Mondiale, Ismaël Sarageldin a déclaré en 1996, que « le rôle premier de l’agriculture est sans doute d’abolir la pauvreté et la faim comme on a autrefois décidé d’abolir l’esclavage »2.

1 :GUYOT, « L’abondance des richesses naturelles doit permettre le développement de l’Afrique » in « L’Afrique des idées reçues »
Carte : Banque mondiale, World development indicators, 2006
2 : BOLOUVI (William), « Quel développement pour l’Afrique subsaharienne ? », Paris, 2007, L’Harmattan, p.229

dimanche 13 décembre 2009

Lectures de la Semaine

La Chatham House propose cette transcription du discours d’HE Ulla Tørnæs (Ministre du développement et de la Coopération du Danemark) lors d’une conférence le 26 novembre 2009 : « Private Sector-led Growth in Africa: Obstacles, Opportunities and Dilemmas on the Road Ahead »

Le Council on Foreign Relations : « How to Avoid Civil War in Guinea » par John Campbell et Ralph Bunche.

« Christian-Muslim Relations in Nigeria » également de John Campbell, Ralph Bunche du Council on Foreign Relations. Document audio à écouter ICI



« Examining U.S. Counterterrorism Priorities and Strategy Across Africa's Sahel Region » de Lianne Kennedy-Boudali (Rand Corporation)

A paraître : « Eritrea's External Relations: Understanding its Regional Role and Foreign Policy »

vendredi 11 décembre 2009

Le Soudan 5 mois avant les présidentielles, 18 mois avant LE référundum


Hier Erix Laurent recevait Christian DELMET, Anthropologue au CNRS (enseigne « les crises soudanaises » dans le cadre du Master IEDES/Paris 1), dans l'émission Les Enjeux internationaux sur France Culture. Thématique : "L'équation politique nationale, cinq mois avant la présidentielle et dix-huit mois avant l'échéance du référendum sur le Soudan du Sud. L'accord de paix signé en 2005 entre le régime central de Khartoum et le rebelles du Sud Soudan devrait être confirme en 2011 par référendum. Cependant, la situation demeure confuse. Des tensions militaires se font jour dans la partie sud, où les velléités indépendantistes semblent de plus en plus marquées. Et des problèmes concernant les concessions pétrolières y compliquent encore une situation politique intérieure déjà tendue."

Réécoutez l'émission ICI

mercredi 9 décembre 2009

Deux Bretons dans la tourmente : le Togo expulse un diplomate français



Les autorités togolaises ont décidé d'expulser le diplomate français Eric Bosc, premier secrétaire de l'ambassade de France à Lomé, qui était chargé du suivi de la politique intérieure du pays. La décision signée du ministre togolais des Affaires étrangères, Kofi Esaw, a été transmise le 4 décembre dernier à l’ambassadeur de France au Togo. Le diplomate français est accusé, selon la presse togolaise, d’entretenir des relations particulières avec le franco togolais Kofi Yamgnane, candidat à l’élection présidentielle de février 2010 au Togo.

Le Breton Eric Bosc serait donc trop proche de Kofi Yamgnane. Rapprochement induit déjà de part leurs origines. Le politicien togolais est un breton d’adoption. Il a passé une partie de son enfance et de sa carrière politique dans cette région. Ancien maire Saint-Coulitz (Finistère, proche de Chateaulin), il a été désigné Breton de l’année par Armor Magazine en 1990. Il avait fait sourire la France en se présentant comme un "Breton d'après la marée noire".Il était Secrétaire d'État chargé de l'intégration auprès du ministre des affaires sociales et de l'intégration de 1991 à 1993 et député socialiste du Finistère lors de la XIe législature de 1997 à 2002. Il est retourné vivre au Togo il y a un an. Il y est connu pour ses critiques virulentes du régime de Faure Gnassingbé (ci-dessous), au pouvoir depuis la mort de son père en 2005. En septembre, il s'est déclaré candidat à l'élection présidentielle dont les conditions sont déjà contestées (son site de campagne ICI). En effet, plusieurs partis d'opposition ont manifesté le 28 novembre pour réclamer la tenue d'un scrutin à deux tours.
Selon une source diplomatique à Lomé la France qui soutient son diplomate « dont le professionnalisme est reconnu », a pris une mesure réciproque et a demandé le départ d'un diplomate de l'ambassade du Togo à Paris. Les autorités françaises ont, par ailleurs, déploré cette décision du Togo « compte tenu des relations anciennes et étroites entre les deux pays », indique-t-on.
Source : APA / Le Figaro / SLG

mercredi 2 décembre 2009

Le Gabon en photos : transition politique, enjeux, économie...



Aujourd’hui Zahara Youssouf, diplômée en droit international, nous propose de revenir en photos sur son expérience au Gabon pendant la transition politique en août 2009. Nous la remercions pour cette présentation du pays, ses atouts, ses richesses, ses faiblesses, tous les enjeux que doit relever le nouveau président.

Photo (Z.Y. juin 2009) : Affiche du Président Omar Bongo à la suite de son décès


Photo (Z.Y. juin 2009) : Défilé militaire du 16 juin 2009 en l’honneur du Président Omar Bongo

Après plus de 40 ans à la tête du Gabon, Omar Bongo succombe en juin 2009 à Barcelone des suites d’une longue maladie. OBO comme aimait à l’appeler la population laisse une nation orpheline qui salut l’héritage essentiel laissé par ce président, la paix et la stabilité du pays.
Le Gabon est un pays faiblement peuplé mais disposant d’importantes ressources, ce qui lui permet d’être considéré comme un pays à revenu intermédiaire. Les indicateurs sociaux sont cependant en grand décalage avec les possibilités du pays. Le PNUD classe ainsi le pays à la 103ème place en ce qui concerne son IDH.
Omar Bongo laisse donc à son successeur un pays où les défis à relever sont multiples : lutte contre le VIH/sida, amélioration des infrastructures, diversification de l’économie face aux ressources pétrolières qui se raréfient…
Au lendemain de sa mort l’avenir du pays est incertain et l’on craint une tentative de prise du pouvoir par la force.

Rose Francine Rogombé présidente par intérim assoit son autorité et le pays reprend ses activités. Les règles constitutionnelles sont scrupuleusement respectées et une élection est organisée le 30 août 2009, à peine plus de deux mois après la mort d’OBO. Celle-ci a vu s’affronter une opposition divisée face au candidat du parti au pouvoir, le Parti démocratique gabonais et fils du défunt président, Ali Bongo. Les 813 164 électeurs recensés étaient invités à choisir parmi plus de 23 candidats leur futur président. Plusieurs événements ont marqué les deux mois qui ont suivi la mort d’OBO et la désignation d’un nouveau président : le choix du candidat du PDG et la rupture entre Ali Bongo et André Mba Obame, ami de longue date et héritier politique d’OBO, la publication des listes électorales, l’annonce des résultats après des heures d’antenne où le décompte était fait province par province, l’examen des requêtes en annulation par la Cour après des heures de débats…
La campagne aura marqué les esprits, tant les moyens déployés étaient inédits : affiches géantes placardées aux quatre coins de la capital, multiplication des meetings dans les différentes provinces…Une certaine lassitude se fait sentir dans la population, qui n’a qu’une hâte, que le vainqueur, peut importe son nom soit au plus vite désigné afin qu’il puisse s’atteler aux différents défis qui attendent le pays.

Photo (Z.Y. juin 2009) : Affiche d’Ali Bongo, candidat du PDG à l’élection présidentielle du 30 août 2009


Photo (Z.Y. juin 2009) : Affiche d’André Mba Obame, ancien Ministre de l’intérieur et candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009


Photo (Z.Y. juin 2009) : Affiche d’Ali Bongo après la proclamation officielle des résultats à l’élection du 30 août par la Cour Constitutionnelle

Le Gabon est fortement touché par l’épidémie du sida. Plus de 49 000 personnes seraient infectées et 3000 nouveaux cas décelés par an. Les jeunes sont particulièrement vulnérables, ainsi que les femmes. Selon le dernier rapport ONUSIDA, plus de 2500 femmes enceintes seraient séropositives. Les comportements à risque chez les plus jeunes, les croyances populaires retardant l’initiation ou provoquant l’arrêt du traitement peuvent expliquer la progression de la pandémie. Le pays est fortement impliqué dans la lutte contre le VIH/sida et multiplie depuis la découverte du premier cas dans le pays les initiatives favorisant un meilleur accès aux soins pour les plus démunis.

Photo (Z.Y. juin 2009) : Campagne de sensibilisation sur le VIH près du centre hospitalier de Libreville
Le Transgabonais, reliant Owendo, port minéralier situé dans la banlieue de Libreville, à Franceville, assure le transport de grumes et de minerai de manganèse.
Les infrastructures sont peu développées au Gabon, ce qui ne facilite pas les échanges et freine les investisseurs étrangers.
Le réseau routier reliant l’ensemble du pays est vétuste et souvent peu goudronné. La population peut cependant compter sur les taxis bus pour atteindre différents points ou sur les clandos pour les endroits les plus isolés et difficiles d’accès.


Photo (Z.Y. juin 2009) : Transgabonais, reliant Owendo à Franceville


Photo (Z.Y. juin 2009) : Evacuation des billes par flottage, port à bois d’Owendo

Le port à bois d’Owendo est en service depuis 1980. Il dispose de plusieurs quais pour accueillir le bois, mais également d’un ensemble de voies ferrées pour le déchargement des bois acheminés par le Transgabonais.

Photo (Z.Y. juin 2009) : Port à bois d’Owendo
Le Gabon est un pays à revenu intermédiaire, et qui a pu compter sur un sous sol riche (pétrole, manganèse…). La forêt équatoriale couvre 85% du territoire et recèle de différentes essences (ébène, okoumé…). L’exploitation forestière a occupé une grande partie des emplois salariés avant l’essor de l’industrie pétrolière dans les années 70, et reste derrière l’industrie pétrolière un élément essentiel de l’économie gabonaise.
L’exportation du bois en grumes devrait être limitée en 2010, afin de permettre une transformation locale des essences forestières, et ainsi d’alimenter un nouveau secteur d’activités.

Photo (Z.Y. juin 2009) : Fleuve de l’Ogooué, parc national de la Lopé

Le parc de la Lopé est situé au centre du Gabon, et est bordé par le fleuve Ogooué. Une forêt dense couvre la majeure partie du parc, ainsi que des zones savane-forêt. Le parc compte une importante réserve d’espèces protégées. Le pays tente de diversifier ses sources de revenus et mise désormais sur l’écotourisme.

Photo (Z.Y. juin 2009) : Parc national de la Lopé

Vendredi : la Corne de l'Afrique

Les Enjeux internationaux sur France Culture traiteront de la Corne de l'Afrique : Une région doublement fracturée.
Écoutez et visualisez la bibliographie de l'émission ICI

dimanche 29 novembre 2009

Retour vers le pays des Milles collines....


Alors que la France et le Rwanda ont décidé de "rétablir leurs relations diplomatiques" (communiqué de la présidence française ce jour) coupées depuis novembre 2006, revenons sur les enjeux géopolitiques de ce pays :
Couvrant 26 349 km² et peuplé de 9 millions d’habitants, le Rwanda possède la densité la plus élevée de toute l’Afrique Centrale avec 220hab./km².


Il comporte deux grandes ethnies, les Tutsi et les Hutu. Ils ont parlé pendant des siècles la même langue, partagé les mêmes croyances et les mêmes traditions. Mais les Tutsi dominaient les Hutu. Ancienne colonie allemande puis belge, il est indépendant depuis 1962. L’indépendance donne le pouvoir aux Hutu plus nombreux (85 % de la population) : d’où des massacres de Tutsi dès 1959, puis en 1963, 1966 et 1973. Beaucoup de Tutsi se réfugient alors en Ouganda et fondent le Front Patriotique Rwandais (FPR). L'attentat, le 6 avril 1994, contre l’avion du président Juvénal Habyarimana déclenche un génocide au cours duquel plus cinq cent mille personnes trouvent la mort, Tutsi mais aussi Hutu modérés. Ce génocide provoque une offensive du FPR de Paul Kagamé qui prend le pouvoir le 17 juillet 1994. Depuis 2002, le Rwanda s’est engagé, au travers du processus "gacaca", dans le jugement des criminels et la réconciliation nationale qui pourrait concerner jusqu’à 600 000 Rwandais. Depuis, les relations avec la France, accusée d’avoir soutenu les Hutu, sont très tendues. Kigali avait rompu ses relations diplomatiques avec Paris fin 2006, après l'émission de mandats d'arrêt par le juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, qui visaient des proches du président Paul Kagamé.

Le Monde note : « en même temps qu'il normalise ses relations avec Paris, Kigali confirme sa volonté d'un ancrage renforcé au sein du monde anglophone, en obtenant son accession au Commonwealth, qui réunit les États issus de l'ancien empire colonial britannique (mon billet ICI). »
Cette crise est à relier aux troubles de 1997 en R.D.C. Toute la géopolitique régionale en fut bouleversée.
Le pays pourrait atteindre 20 millions d’habitants en 2050 et le déversement d’une partie de la population dans l’Est de la RDC pourrait relancer le chaos dans la région.

vendredi 27 novembre 2009

Sortie du rapport Transparency International


La semaine dernière l’ONG Transparency International a publié son rapport 2009 (ICI) classant les pays selon un Indice de perception de la corruption. L’échelle de classement va de « Zéro » ou haute degré de corruption à 10 pour un faible degré de corruption. La France se place à la 24èmee place avec une note de 6,9.
Les 5 premiers Africain sont le Botswana (37ème, 5,6), Maurice (42ème, 5,4), les Seychelles (4,8), Cap Vert (46ème , 5,1), l’Afrique du Sud (55ème, 4,7), Namibie (56ème, 4,5).
Tous les 6 placés devant l’Italie ! Les enquêteurs signalent que « des cas de corruption et de scandales à des hauts niveaux » sont rapportés dans des pays comme l’Afrique du Sud, le Ghana et le Sénégal et risquent de porter atteinte à la stabilité de ces nations, selon TI. C’est un pays africain, la Somalie, qui se trouve en bas du classement avec un score de 1.

Classement et notes des pays africains :
69 : Ghana 3.9
79 : Burkina Faso 3.6
79 : Swaziland 3.6
89 : Lesotho 3.3
89 : Malawi 3.3
89 : Rwanda 3.3
97 : Liberia 3.1
99 : Madagascar 3.0
99 : Senegal 3.0
99 : Zambia 3.0
106 : Benin 2.9
106 : Gabon 2.9
106 : Gambia 2.9
106 : Niger 2.9
111 : Djibouti 2.8
111 : Mali 2.8
111 : Sao Tome and Principe 2.8
111 : Togo 2.8
120 : Ethiopia 2.7
126 : Eritrea 2.6
126 : Tanzania 2.6
130 : Mauritania 2.5
130 : Mozambique 2.5
130 : Nigeria 2.5
130 : Uganda 2.5
143 : Comoros 2.3
146 : Cameroon 2.2
146 : Kenya 2.2
146 : Sierra Leone 2.2
146 : Zimbabwe 2.2
154 : Côte d´Ivoire 2.1
162 : Angola 1.9
162 : Congo Brazzaville 1.9
162 Democratic Republic of Congo 1.9
162 : Guinea-Bissau 1.9
168 : Burundi 1.8
168 : Equatorial Guinea 1.8
168 : Guinea 1.8
175 : Chad 1.6
176 : Sudan 1.5
180 : Somalia 1.1

mardi 24 novembre 2009

Le sommet du Commonwealth



Le 27 et 28 novembre le sommet du Commonwealth se tiendra à Trinité et Tobago.
Le Commonwealth of Nations, créé après la Première Guerre mondiale, associe des États de l’ancien Empire britannique. Le souverain du Royaume-Uni dirige le Commonwealth à titre symbolique. Les pays membres sont unis par des intérêts communs, mais restent souverains. Ils ne sont liés par aucun traité. Ils peuvent rester neutres en cas de conflit impliquant l’un d’entre eux. Le Commonwealth promeut des valeurs communes : égalité, non-discrimination, démocratie et primauté du droit. Le JDD annonçait, la semaine dernière, la sortie d’un rapport présenté lundi dernier aux dirigeants politiques du Commonwealth. Selon cette étude, réalisée par le club de réflexion politique du Commonwealth, l'organisation doit défendre plus activement la démocratie et se montrer plus dur envers les régimes autocratiques. Nombre de gouvernements du Commonwealth "n'encouragent pas, ou n'approuvent même pas une concurrence politique ouverte" et utilisent l'appareil d'État pour réprimer la dissidence.
Rappelons que 18 pays africains sont membres de cette association libre de 53 Etats indépendants souverains.

Le Cameroun le Mozambique et la Namibie n’avaient jamais connu la domination britannique. Par ailleurs, le Soudan, la Somalie (britannique) et le Sud Cameroun n’ont pas rejoint l’association. Les membres africains :
Afrique du Sud depuis 1998 (suspendu durant l'apartheid de 1961 à 1994, Voir ICI l’excellente vidéo de l’INA « L'Afrique du Sud quitte le Commonwealth » dans Les Actualités Françaises –le 22 mars 1961 - 02min00s)
Botswana 1966
Cameroun 1995
Gambie 1965
Ghana 1957
Kenya 1963
Lesotho 1966
Maurice 1968
Mozambique 1995
Namibie 1990
Nigéria 1960 (suspendu de 1995 à 1999)
Ouganda 1962
Seychelles 1976
Sierra Leone
Swaziland 1968
Tanzanie 1961
Zambie 1961
Le Zimbabwe, suspendu du Commonwealth depuis les présidentielles truquées de mars 2002, a quitté en 2003 le Commonwealth à la demande de son président Robert Mugabe.

L’émission de Thierry Garcin jeudi traitera du Commonwealth. A quoi sert l’organisation qui tient son sommet cette semaine? Vous pouvez écouter ou voir la bibliographie proposer l’émission ICI

lundi 23 novembre 2009

Les enjeux internationaux demain : le Ghana


Demain dans les enjeux internationaux sur France Culture Thierry Garcin recevra Comi M Toulabor pour une émission : Regard sur une réussite africaine. Directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques. Ancien boursier de la Fondation Alexander von Humboldt et ancien rédacteur en chef de la revue Politique africaine. Ses thèmes de recherche ont porté sur les cultures politiques populaires, les relations entre mouvements religieux et politique en Afrique de l’ouest en général, au Ghana et au Togo en particulier. Il a élargi ces thèmes aux problématiques d’institution et d’institutionnalisation. Ancien responsable de la collection Etudes et recherches du CEAN, il est actuellement rédacteur en chef de la collection L’Afrique politique.

samedi 21 novembre 2009

2010 : Des élections à gogo (2)


Mise à jour du billet précédent consacré aux élections.

BOTSWANA -Elections générales (présidentielles, législatives, municipales), le 16 octobre 2009. Ce modèle de démocratie et de développement économique équilibré en Afrique, sera-t-il un exemple de transition ?
Les élections de 2009 ont été les premières à se dérouler depuis l'arrivée au pouvoir du Président Seretse Khama Ian Khama, qui a succédé au Président Festus Mogae en avril 2008. Le Président Khama, ancien officier, jouirait d'un large soutien auprès du public en raison de la popularité de son père, Seretse Khama, premier Président du Botswana après l'indépendance. Le Président est élu par l'Assemblée nationale. Les élections de 2009 se sont déroulées sur fond de crise économique mondiale, crise qui a durement touché l'économie du Botswana, premier producteur mondial de diamants. En tout, 76,71 % des 723 000 électeurs inscrits de ce pays de 1,9 million d'habitants se sont rendus aux urnes. La Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) a estimé que les élections avaient été " crédibles, pacifiques, libres et régulières ". Le 20 octobre, le Président Khama a prêté serment pour un deuxième mandat.

BURKINA FASO – Elections présidentielles en 2010. L’opposition réussira t-elle à se réunir ?
BURUNDI – Elections générales au premier semestre 2010. Le pays tente depuis 2006 de sortir de 13 ans d'une guerre civile ayant fait au moins 300.000 morts. Le processus électoral n’est pas encore vraiment lancé.
CAP VERT : Législatives en janvier 2010.
CENTRAFRIQUE – Elections législatives et présidentielles en 2010. Le MAE rappelle que l’on doit rester: « sensible aux risques qu’une dérive incontrôlée de ce pays ferait courir à la région tout entière, déjà en proie à une forte instabilité ».
COMORES – Elections présidentielles en 2010
COTE D’IVOIRE – Elections présidentielles le 29 novembre 2009. Malgré les retards pris par la commission électorale dans l’organisation du scrutin et après de nombreux reports cette date sera-t-elle respectée ? Et bien non ! L’élection a été une nouvelle fois reportée à une date ultérieure non connue. Quatorze des 20 dossiers de candidature à l'élection ont été validés. Aucune nouvelle date n'a été annoncée pour l'heure. L'affichage de la liste électorale provisoire (prévu cette semaine) n'est toujours pas effectif.
ETHIOPIE - Les élections fédérales et régionales en mai et juin 2010. Les élections se dérouleront elles dans un climat aussi sanglant qu’en 2005 ou l’opposition est-elle bâillonnée ?
Fin octobre la principale coalition de l'opposition parlementaire en Ethiopie a accepté un "code de conduite" proposé par le gouvernement pour encadrer les élections générales de 2010. Les dirigeants politiques sont également tombés d'accord sur un projet de calendrier électoral fixant au 23 mai 2010 le prochain scrutin.
GUINEE – Élections présidentielles le 31 janvier 2010 et législatives en mars 2010. La junte du de Moussa Dadis Camara se maintiendra t-elle au pouvoir ? En tout cas il s'est dit prêt à organiser des élections auxquelles il pourrait ne pas participer en raison de l'opposition de la communauté internationale :"Je ne peux pas participer à une élection car la communauté internationale est contre ... Je suis prêt à tout moment pour cette élection s'ils (les acteurs politiques) le sont", a-t-il déclaré au quotidien privé Saturday Sun.



Guinée Equatoriale : Teordoro Obiang, à la tête du pays depuis trente ans a pris de court l’opposition en fixant les élections présidentielle au 29 novembre.
MADAGASCAR – Législatives en mars 2010 et présidentielles en octobre 2010. …peut être ! L’île retrouvera t-elle un climat de sérénité depuis la prise de pouvoir d’Andry Rajoelina en décembre 2008 ? L’accord d'Addis-Abeba, signé le 7 novembre avec les trois ex-chefs d'Etat Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, a réduit sa marge de manoeuvre. Il est désormais flanqué de deux "coprésidents" censés contresigner ses décisions.
MAURICE –Elections législatives en 2010
MOZAMBIQUE – Elections législatives et présidentielles le 28 octobre 2009 quatrièmes depuis la fin de la guerre civile, en 1992. Le président sortant, Armando Guebuza (du Frelimo)était largement pressenti pour l’emporter ce qui a été le cas. En tout, 40,8 % des 9,8 millions d'électeurs inscrits ont voté, ce qui représente une amélioration par rapport à 2004, où ils n'avaient été que 36 % à voter.
Le Commonwealth et l'Union européenne (UE) ont observé les élections. Ils ont félicité le pays pour la bonne organisation du scrutin qui s'est déroulé dans le calme. Les observateurs de l'UE ont ajouté que la liberté d'expression avait été respectée durant la campagne. Ils ont néanmoins critiqué la complexité du cadre juridique régissant les élections, à l'origine du rejet de certaines listes présentées par les partis. Les observateurs du Commonwealth ont quant à eux reproché à la Commission nationale des élections son manque de transparence. Les résultats définitifs sont les suivants : 191 sièges pour le FRELIMO, contre 160 en 2004, 51 pour la RENAMO, soit 39 de moins qu'en 2004, et huit pour le MDM.
NAMIBIE – Elections législatives et présidentielles les 27 et 28 novembre 2009. Les observateurs prédisent la victoire du parti au pouvoir, la Swapo. Quelque 100 observateurs de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), dirigés par le ministre des Affaires diplomatiques auprès de la présidence du Mozambique, Francisco Madeira, sont arrivés mercredi pour superviser les élections.



NIGER - Le 4 août 2009 une nouvelle Constitution qui renforce les pouvoirs de Tanja et lui accorde au moins trois ans de plus à la tête du pays a été voté par référendum. La convocation des législatifs fait parti des dispositions de cette nouvelle Constitution. Ce référendum controversé, boycotté par l’opposition et décrié par la Communauté internationale, s’est tenu après que le Président Tandja a dissout tour à tour le parlement puis la Cour constitutionnelle et modifié la loi électorale.
Elections anticipées se sont tenues pour tous les sièges de l'Assemblée nationale suite à l'adoption d'une nouvelle Constitution en août 2009. 51,27% de participation.
Victoire du Mouvement national pour la société du développement (MNSD) (75 sièges sur 112)

RWANDA – Elections présidentielles le 9 août 2010. Deuxième scrutin présidentiel depuis le génocide de 1994 largement remportée par Kagame, président du Front patriotique rwandais (FPR), l'ex-rébellion tutsie qui a mis fin au génocide en juillet 1994.
SAO TOME PRINCIPE – Elections législatives en mars 2010
SOMALILAND – Elections présidentielles prévue le 27 septembre mais reporté à une date inconnue pour la deuxième fois. Elections législatives en 2010. Le président Riyale, élu à la tête du Somaliland en mai 2002, est candidat à sa réélection.
SOUDAN- Elections présidentielle et législatives en février 2010.
TANZANIE – Elections présidentielles et législatives en décembre 2010
TCHAD – Elections législatives 2010
TOGO – Elections présidentielles le 28 février 2010

lundi 16 novembre 2009

Infos en vrac



Nigeria / Brésil : Le Nigeria et le Brésil ont exprimé leur volonté de collaborer étroitement au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies pour accélérer le règlement des conflits et le développement en Afrique. Le Nigeria et le Brésil ont été élus membres non permanents du Conseil de sécurité le 15 octobre dernier lors de la 64e session de l'Assemblée générale des Nations unies, qui se termine en décembre. Selon un communiqué signé lundi à Abuja par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Nigeria, Ayo Olukanni, l'accord a été conclu vendredi en marge de la visite au Nigéria du Représentant permanent du Brésil à l'ONU, Maria Viotti. Elle a déclaré que les deux pays s’étaient engagés à travailler en étroite collaboration puisqu’ils se préparent à siéger en tant que membres du Conseil de sécurité des Nations Unies en janvier 2010. «Les enjeux de la paix, de la sécurité et de la résolution des conflits sur le continent africain continuera à recevoir beaucoup d'attention en raison des situations dans des pays comme le Soudan, la Somalie, la Guinée et la République du Niger, entre autres », indique le communiqué.

Corée du Sud / Afrique : La Corée du Sud abritera du 23 au 25 novembre le deuxième Forum Afrique-Corée dont l’objectif est de renforcer le partenariat dans divers domaines entre les deux parties. Selon la Commission de l’UA, le forum se tiendra sous le thème: « Vers un partenariat fort Corée-Afrique ». Le premier Forum Afrique-Corée a eu lieu du 7 au 9 novembre 2006 à Séoul. «Le forum offre une opportunité unique aux deux parties pour échanger des idées sur les questions d’intérêt commun et d’explorer davantage le renforcement de la coopération économique et le partage d’expérience dans plusieurs secteurs d’intérêt commun. Par conséquent on espère que ce deuxième forum consolidera les réalisations enregistrées jusqu’ici dans le cadre du partenariat”, a expliqué l’UA. Durant les dernières années, l’UA a tenu des programmes similaires avec la Chine, l’Amérique du Sud, la Turquie et d’autres régions.

UE / Somalie : Le Représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a approuvé le plan proposé par le Conseil des ministres de l'Union européenne de former jusqu'à 2.000 policiers Somaliens et le personnel militaire.

Le plan comprend la formation, l'équipement et le paiement des salaires pendant au moins un an. La déclaration de l'UE est intervenue au moment où le président Somalien, Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, prenait part, le week-end dernier, au Forum Arabie Saoudite-Afrique de l’est dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, pour discuter de la coopération économique régionale. «La communauté internationale doit accélérer et concentrer ses efforts à tous les niveaux pour soutenir le gouvernement afin de permettre aux Somaliens d’avoir une fondation solide sur laquelle construire avant la fin du mandat de ce gouvernement en août 2011 si nous voulons voir une Somalie transformée », a déclaré le Représentant spécial. Le Représentant spécial de l’Onu en Somalie a déclaré que le Conseil de sécurité s'attendait à voir des mesures concrètes prises avant sa prochaine réunion sur la piraterie prévue le 19 novembre. L'Union africaine et l'autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) ont, de leur côté, formulé un certain nombre de déclarations et de propositions sur la sécurité et la piraterie au large des côtes somaliennes.
Source : APA

dimanche 15 novembre 2009

Ma vision de l'Ethiopie sur Diploweb aujourd'hui


Retrouvez mes photos et les commentaires de mon récent voyage en Éthiopie et à Nairobi sur Diploweb : ICI
Les photos retracent le voyage effectué en mai 2009 entre Addis Abeba, Lalibella, Gondar, Parc du Simiens, Bahar Dar, les Gorges du Nil et un passage de quelques jours à Nairobi en juin. J'ai agrémenté ces photos de commentaires géopolitiques, qui je l'espère vous feront mieux connaitre ce magnifique pays.

mercredi 11 novembre 2009

Les enjeux internationaux. Vendredi : la Chine-Afrique


En écho à mon billet de lundi écoutez vendredi l’émission Les enjeux internationaux de Thierry Garcin qui portera sur la Chine-Afrique : « Depuis une vingtaine d’années, de nouveaux et grands acteurs apparaissent sur la scène économique africaine : le Japon, les États-Unis, la Chine et l’Inde plus récemment. La Chine, elle, déploie des moyens soutenus et considérables : économie de troc, reposant sur des échanges entre matières premières et aide économique ou assistance technique (infrastructures, rénovation de villes, construction d’usines…). Pékin s’appuie sur des structures et des instruments solides : forums de coopération, visites de hauts dirigeants, investissements… Elle joue aussi le rôle de bailleur de fonds. Enfin, elle s’affranchit de toutes conditions politiques, étant d’ailleurs la moins bien placée pour donner des leçons de morale politique ou de démocratie, ce qui lui permet d’ouvrir au maximum l’éventail des coopérations. Cela dit, des effets contre-productifs commencent à apparaître en Afrique. Comme la Chine est-elle (souvent mal) perçue, d’une région à l’autre, d’un pays à l’autre ? »
Photo : Le Président nigérian Olusegun Obasanjo aux côtés du Président chinois Hu Jintao lors de l’ouverture du sommet Chine-Afrique à Beijing (2006).

lundi 9 novembre 2009

Sommet sino-africain : retour sur les principales mesures



Le Sommet sino-africain à Charm el-Cheikh s’est achevé lundi en présence de responsables de plus de 50 pays africains. Le premier ministre chinois Wen Jiabao a promis plus de 10 milliards de dollars de prêts bonifiés (6,6 milliards d’euros) à l’ensemble du continent africain et fait des offres de bons offices pour « la paix et la sécurité », tout en réfutant les accusations de « néo-colonialisme » portées par les Occidentaux.
Les ministres et chefs de délégations ont adopté la "Déclaration de Charm el-Cheikh», qui insiste sur la nécessité de maintenir l'unité et le soutien mutuel pour faire face aux défis résultant de la crise économique mondiale, et le « Plan d’action triennal de Charm El-Cheikh (2010-2012) ». Les deux documents définissent de nouvelles actions visant à promouvoir la coopération sino-africaine dont :
-un projet de mise en place d’un partenariat Chine-Afrique pour gérer la question des changements climatiques figure au nombre de ces mesures.
-un renforcement de la coopération avec l’Afrique dans le domaine des sciences et de la technologie
-une aide à l’Afrique à consolider ses capacités de financement en accordant dix milliards de dollars de crédits concessionnaires aux pays africains
-un soutien aux institutions financières chinoises pour leur permettre de créer un crédit spécial d’un milliard de dollars pour les PME africaines.

Les deux parties ont également convenu d'organiser le second dialogue politique entre les ministres des Affaires étrangères de la Chine et d'Afrique en 2010 en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies.
La Chine va davantage ouvrir ses marchés aux produits africains pour lesquels, elle pourrait progressivement appliquer un tarif nul à 95% des produits en provenance des pays africains moins développés, entretenant des relations diplomatiques avec Pékin, une mesure qui s’appliquera dès 2010, à 60% de ces produits.



Je vous propose de changer de perspective et de s’interroger sur les perceptions africaines de la Chine en Afrique.
La Chine connaît un boom économique et dispose d’une diaspora importante dans le monde entier y compris en Afrique. Elle est le premier fournisseur de l’Afrique et son deuxième client après les Etats-Unis. Pourtant, si on connaît la stratégie chinoise envers l’Afrique notamment à travers un Livre Blanc publié en janvier 2006 et intitulé : « Politique de la Chine à l’égard de l’Afrique » on ne connaît pas véritablement la perception qu’a l’Afrique de la Chine. La présence chinoise offre de nombreuses opportunités aux gouvernements africains malgré une relation largement au bénéfice des Chinois.

I. La présence chinoise : une opportunité pour les dirigeants africains…

a)Une diplomatie de non-ingérence très appréciée.


L’une des raisons majeures du bond spectaculaire de la Chine en Afrique est que la Chine fonde ses relations avec les pays africains sur le principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures, quitte à faire fi des exigences démocratiques. En effet, la Chine ne s’implique pas dans la résolution des conflits et peut apparaître comme une alternative pour les pays sommés, par la communauté internationale, d’adopter une gouvernance démocratique et plus transparente. Son engagement politique en faveur du Soudan (refus de voter la condamnation de l’ONU pour violation des Droits de l’homme, par exemple), s’explique par les accords économiques que la Chine a conclu au Soudan, notamment dans le domaine pétrolier et dans l’exploitation des mines d’or. Une situation quasi similaire existe avec le cas du Zimbabwe, avec qui la Chine maintient des relations diplomatiques et commerciales. Peu avant le sommet de Charm el-Cheikh les pays occidentaux avaient critiqué la Chine d’avoir signé un accord portant sur plus de 7 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) sur cinq ans pour un projet minier en Guinée, moins de deux semaines après le massacre de plus de 150 sympathisants de l’opposition guinéenne par les forces de sécurité.
Les pays d’Afrique, notamment ceux touchés par les guerres, ont besoin du soutien de la Chine notamment en équipements militaires et de son appui en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Ainsi la Chine est soupçonnée d’avoir utilisé le Soudan début 2000 comme débouché pour sa technologie militaire. Les ventes d’armes par la Chine auraient, par ailleurs, entretenu le conflit érythréo-éthiopien (plus d’un milliard de dollars de contrats).

b) L’absence de conditionnalité politique et économique

En échange de contrats et de facilités d’exploitation, la Chine offre aux pays africains des constructions et des financements défiant toute concurrence (aide au développement via des prêts sans intérêt). Les conditions d’octroi des crédits chinois donnent beaucoup plus de possibilités aux pays demandeurs, comparées aux exigences fixées par le Fond Monétaire International par exemple. En effet, contrairement au FMI, la Chine accepte d’octroyer des prêts gagés sur la production pétrolière future d’un pays. En outre, elle n’hésite pas à verser des commissions ou à contourner les appels d’offres en échange de l’obtention de contrats. Elle a, par exemple, financé la résidence de Mugabe (pour 9 millions de dollars) et construit des bâtiments publics au Rwanda, en Centrafrique, au Sénégal, en Ethiopie, au Mali…En fait cela permet aux autorités gouvernementales de ne pas pratiquer la transparence et favorise la corruption. « Cette autre manière de faire du business » (propos de l’ancien ministre rwandais des finances Mr Donald Kaberuka) est très appréciée. D’où l’intérêt de certains pays africains à travailler avec des entreprises chinoises plutôt qu’avec des compagnies occidentales dont les marges d’action se sont resserrées depuis le lancement de campagnes telle que Publish what you pay (Publiez ce que vous payez) visant à plus de transparence financière.

II. …mais un accueil plus mitigé de la population africaine.

a)Les Africains subissent la concurrence chinoise


Le dumping des commerçants chinois qui se sont installés en Afrique provoque des protestations aussi bien en Algérie, qu’au Maroc, au Sénégal et au Cameroun. Les sociétés chinoises qui emploient une main d’œuvre dix fois moins chère concurrencent fortement les entreprises locales. Au Maroc le domaine du textile a enregistré une baisse de 20% de son activité en 2005. Cette baisse s’explique par la fin des quotas sur les produits textiles chinois à destination de l’Union européenne et des Etats-Unis le 1er janvier 2005.
En outre, les compagnies chinoises font venir leurs employés de Chine et n’utilisent pas la main d’œuvre locale, pourtant très touchée par le chômage, et les sous-traitants locaux. En Algérie, les compagnies chinoises de BTP ont fait venir les ouvriers et l’encadrement de Chine qu’elles paient aux normes chinoises. C’est un scandale pour les populations de ces pays qui dénoncent « l’invasion chinoise ». Néanmoins ces protestations ont peu de chance d’être écoutées par les gouvernements car la Chine se charge des contrats de travaux publics à meilleurs prix et sa main d’œuvre est plus compétitive. Ainsi la main d’œuvre se relaie sur les chantiers 24h/24h, travaille 10 à 12 heures par jour avec une journée de repos par mois.


b) Une diaspora peu intégrée


La dernière vague d’immigrés souvent de bas niveau social et avec peu de qualification tend à générer des comportements de rejet. En effet, cette population s’isole pour des raisons culturelles et linguistiques. Dans certains pays, comme en Côte d’Ivoire, la population déteste les Chinois, qui le leur rendent bien, et certains intellectuels et journalistes africains crient au « péril jaune ».

Ainsi la Chine est bien perçue par les gouvernements africains, signe de cette bonne perception : la plupart des pays africains éprouvent le besoin de se rapprocher de la Chine malgré les largesses financières de Taiwan. À ce jour, Taiwan entretient des relations diplomatiques avec 5 pays africains : le Burkina Faso, la Gambie, São Tomé et Principe et le Swaziland. Les discours chinois font toujours référence au principe « gagnant-gagnant » même si cette rhétorique politique pourrait s’avérer n’être qu’une illusion pour les pays africains. La Chine achetant des matières premières africaines pour revendre à l'Afrique des produits manufacturés, le solde des balances commerciales des pays africains se creuse inexorablement et les productions nationales africaines sont sérieusement concurrencées sur le marché intérieur. Pour Chris Alden, chercheur à la London School of Economics and Political Science, spécialiste des relations Chine-Afrique : « Accuser la Chine de néocolonialisme vient surtout d’un Occident très troublé par l’émergence d’une nouvelle puissance mondiale qui veut prendre sa place commerciale sur un continent africain dominé depuis des siècles par les seuls Occidentaux ».

Source : Le Figaro / APA / SLG

samedi 7 novembre 2009

Premier ministre somalien : « Eradication de la piraterie d’ici 2011, défaite des insurgés en 2012 »



Le 28 octobre la Chatham House a reçu le premier ministre du TFG (Transitional Federal Government) de Somalie Omar Abdirashid Ali Sharmarke. Fils d’Abdirashid Shermarke, président du pays du 10 juin 1967 au 21 octobre 1960, le premier ministre a grandi aux États-Unis et au Canada, il a obtenu la nationalité Canadienne, a travaillé aux Nations Unis au Darfour. Pur produit de la diaspora somalienne sa nomination à ce poste est un signe fort adressé à la diaspora quant au rôle qu’elle doit jouer dans la reconstruction de leur pays (sur la diaspora et son rôle économique : article de M.-A. Pérouse de Montclos).

Il nous annonce que ce discours, intitulé Building Stability and Peace, vise à passer un seul message : « le gouvernement somalien est fort, déterminé et unis ; nous avons un plan somalien pour le peuple somalien et nous essayons de l’imposer »
Un discours plein d’espoir et d’optimisme (et finalement peut être un peu décevant car trop irréaliste ?), extrait
:
-« The level of violence in Mogadishu is stable – we are being attacked once a day. This is what we mean as stable in Mogadishu. (…)
- People often say that Al Shabab control more regions than the TFG. But their interpretation of ‘control’ is confused and inaccurate. People use a different yardstick to measure this control. (…)
- Our current President, Sheik Sharif, and his Government are bringing renewed unity to the country. As I have recently written to your Prime Minister, Mr Brown, the TFG has drafted a stabilisation plan that will begin the process of restoring peace to Somalia including Puntland and Somaliland, given support from the international community.( …)
-By 2011 the TFG will eradicate Somali piracy through a civil affairs and information campaign backed up by the rule of law and resurrected military and law enforcement capabilities. This demonstration of government potential in the north will help shape the conditions for the military defeat of insurgents in the south by 2012. Piracy will be eradicated by offering a sustainable business proposition to the pirates and the communities they support, while demonstrating the will and capability to protect Somali waters from foreign exploitation. This ‘carrot’ will be supported by the ‘stick’ of new laws, credible law enforcement and the prospect of incarceration in a Somali prison. (…)
- We cannot be certain of the precise size of their presence in our country, but Al Qaeda are here, they are training and planning in our land. Somalia is serving as an ideal place for them to re-group and redeploy.
- (…)Al Shabab, is growing in influence, just like the Taliban. It is growing in a climate of economic poverty and lack of governance.
-(…)The conflict in Somalia risks engulfing the region. Al Shabab is now starting to threaten regional stability. (…)
- We do not want years of charity. We do not seek donations. We seek investors. »

Retrouvez l’intégral de son discours : ICI
Et la vidéo : ICI
Le RIIA (Royal Institute of International Affairs), ou Chatham House, est un think tank axé sur les questions de défense. Basé à Londres, son objectif revendiqué est de stimuler le débat et la recherche dans les domaines politique, économique, sécuritaire et de défense.