lundi 28 janvier 2013

Afrique du Sud : le bilan très contesté de Jacob Zuma (2/2)

Suite de nos billets sur le parti dominant de l'Afrique du Sud. 
 
zuma-m
  L’usure du pouvoir semble aller de pair avec les scandales généralisés dans la classe politique, et Jacob Zuma n’y fait pas exception. Particulièrement décrié ces dernières années, il a été accusé de viol, avant d’être acquitté. Il a également passé de longues années à se défendre d’accusations de corruption et de racket. Sa réélection à la présidence de l’ANC est elle-même très critiquée. Les militants anti-Zuma dressent un bilan très négatif de sa présidence. En effet, il est arrivé au pouvoir en 2009 suscitant de nouveaux espoirs avec un programme ambitieux : promesse d’une meilleure gouvernance, réduction des inégalités sociales et du chômage par une réforme foncière et une redistribution des richesses renouvelée. Or, sur le plan social le bilan est mitigé et les inégalités restent fortes. « Président des pauvres », Jacob Zuma n’a pas su enrayer la sédimentation de la société. En parallèle, la lutte contre le chômage qui était la priorité du mandat de Jacob Zuma s’avère être également un échec. Dans un contexte d'augmentation de la population active un quart des Sud-Africains ne trouvent pas d’emploi. Les jeunes sont particulièrement touchés (50% pour les 20-24 ans) de même que les femmes, et les noirs. Plus inquiétant sur le plan politique, le milieu des affaires critique le manque de leadership économique de Jacob Zuma. Ce dernier tout comme son administration se défendent en invoquant un contexte économique et financier défavorable. Le candidat Zuma prônait des mesures populistes et radicales pour satisfaire à la fois la base de l’électorat de l’ANC et l’aile gauche du parti qui le soutenait contre son prédécesseur. Or, le candidat devenu président Zuma doit désormais composer avec un pays touché à la fois par la crise internationale et par la crise structurelle interne. L’Afrique du Sud possède pourtant de nombreux atouts : des industries de pointe dans certains secteurs d’excellence, des systèmes de télécommunications importants, des infrastructures développées et une terre riche en minerais (or, platine, diamants, etc). Tous ces avantages lui permettent de disposer d’une croissance stable autour de 3% mais ce potentiel est limité entre autres par des problèmes énergétiques qui entraînent coupures et restrictions, en particulier dans les grands centres urbains. Finalement, Jacob Zuma s’est inscrit dans la continuité de Thabo Mbeki alors qu’il avait initialement un discours de rupture basé sur un retour aux « vraies valeurs » de l’ANC. C’est tout le paradoxe de la politique économique de l’ANC : longtemps d’inspiration marxiste-léniniste cette direction a été officiellement abandonnée, notamment sous le mandat de Thabo Mbeki, bien que la question soit fréquemment relancée pour satisfaire la frange la plus à gauche du parti. L’ANC veuttransformer l’économie sud-africaine pour lutter contre le chômage et la pauvreté mais les changements annoncés semblent très mesurés. Le parti reste très prudent et conservateur. Prenons, par exemple, les questions foncières. Les terres appartiennent toujours à 80% aux blancs. L’exécutif de l’ANC reconnaît qu’il faut réformer le principe du vendeur volontaire - acheteur volontaire. Néanmoins, il doit toujours faire face au caractère constitutionnel du droit à la propriété. Cette réforme controversée est, et sera, dans les années à venir, le rocher de Sisyphe de l’ANC. D’autant plus que l’histoire sud-africaine a été marquée par de violentes dépossessions foncières. L’exemple zimbabwéen, cité par Julius Malema, n’est pas non plus pour rassurer les observateurs internationaux. Et les défis pour mettre en œuvre cette réforme sont considérables. Le manque de ressources budgétaires comme la durée des procédures judiciaires d’indemnisation sont aussi à souligner. En effet, la constitution autorise le droit d’expropriation au nom de l’intérêt public en échange d’une compensation susceptible d’être fixée par une cour de justice[i]. L'une des faiblesses actuelle de l’ANC reste donc son bilan gouvernemental et les problèmes internes à l'ANC qui ont tendance à devenir des problèmes étatiques. D’autant que le risque de confusion entre Etat et parti découle d’une particularité de la Constitution sud-africaine, qui fait qu’il n’existe pas de circonscriptions dans le système électoral. Comme l’explique Pierre-Paul Dika, les députés de la majorité sont responsables devant le parti et la Présidence avant de l’être devant leur électorat[ii]. Le pouvoir législatif est très discipliné. Simonneau note : « si ce poids des instances dirigeantes est moins fort dans les autres formations, la discipline est réelle et, de ce fait, le parlementarisme est atténué. »

[i] Ibid., pp. 744.
[ii] Pierre-Paul Dika, Les fondements de la politique étrangère de la nouvelle Afrique du Sud : acteurs, facteurs et instruments, Paris, L’Harmattan, 2008.

vendredi 25 janvier 2013

Afrique du Sud : le déclin annoncé de l'ANC (1/2)

"Cry, the beloved country " titrait le magazine The Economist, fin 2011, évoquant ce qu’il estime être le "triste déclin" de l’Afrique du Sud. En 2012, le Congrès national africain (ANC) fêtait ses 100 ans, un évènement remarquable pour un mouvement politique. Le parti historique de l’Afrique du Sud est aussi au pouvoir depuis près de 20 ans et reste la force politique la plus puissante du pays, créant un monopartisme de fait. Paradoxalement, l’ANC vit une crise sans précédent dans son histoire. Pourtant, Jacob Zuma, reconduit en décembre 2012 à la tête du mouvement, est idéalement placé en vue d’une éventuelle réélection lors de l’élection présidentielle de 2014. La prédominance de l’ANC n’est pas encore remise en cause mais le parti amorce-t-il un déclin ? Est-il toujours aussi puissant ou a-t-il entamé un processus de désintégration comme l’affirme Helen Zille, chef de l’Alliance démocratique, l’un des principaux partis d’opposition ?
100years.jpg-300x168

UN PARTI DOMINANT MAIS DIVISÉ
 L’ANC est au pouvoir sans discontinuer depuis 1994, recueillant à chaque fois plus de 60% des suffrages aux élections nationales. Néanmoins les élections de 2009 ont été marquées par le premier recul du parti. Du côté de l’opposition, l’Alliance démocratique ne cesse de progresser depuis les dernières élections présidentielles de 2009. Certains pointaient alors une certaine usure du pouvoir. Quatre ans après le diagnostic reste le même bien que l’ANC reste le parti hégémonique d’Afrique du Sud sans réelle concurrence crédible de la part des autres mouvements. En effet, depuis 1994, ces derniers n’ont pas réussi à constituer une véritable force de proposition dans le pays et l’ANC a même su convaincre des élus de l’opposition de les rejoindre. Ainsi, une révision constitutionnelle de 2003 a permis aux parlementaires de changer de parti en cours de mandature et ce sans perdre son siège. Le déclin viendrait-il de l’intérieur du parti ? D’après un cadre de l’ANC, le déclin de la puissance électorale du parti: “is like an ocean wave rolling towards the coast… it will happen but we do not know the distance to the shore. ” La lente dégradation au sein du parti est donc inquiétante et certains observateurs s’interrogent aujourd’hui sur un possible éclatement du parti. Pourtant cette crainte de l’éclatement existait déjà à la fin du gouvernement de Thabo Mbeki avec une première scission menée par ce dernier. Mais le Congress of the People (COPE) a obtenu de mauvais résultats électoraux. Fin 2008, le COPE connaît aux élections un premier échec, mais il a surtout échoué à se construire une identité propre. En apparence, il semblait être un parti politique d’opposition comme les autres. Toutefois son histoire, directement liée à celle de l’ANC, le distinguait des autres partis. Il avait le potentiel pour catalyser un certain déclin de l’ANC. De fait, le COPE n’a pas concrétisé son projet de contestation du parti historique. Au contraire il lui a même donné l’occasion de renouer avec ses racines. Ainsi, l’administration de Jacob Zuma a répondu aux critiques du COPE, tant sur le respect de la primauté du droit que sur la responsabilité du gouvernement. L’ANC est sorti renforcé de l’échec de cette scission et y a vu la providence d’un « message de Dieu ». Notons à ce propos que la rhétorique religieuse trouve un écho important dans ce pays très croyant. Elle est souvent utilisée pour mobiliser l’électorat, ainsi Jacob Zuma professait qu’« en votant pour l’ANC vous choisissez d’aller au paradis». De manière plus générale toutes les scissions sont devenues minoritaires. Le paradoxe de l’ANC est qu’il fait des déçus mais continue de remporter les élections par fidélité.
map_of_south-africa

La question qui se pose alors est celle de la prise de pouvoir au sein de l’ANC entre des courants idéologiques internes et entre personnalités. Il existe de fortes tensions au centre du parti entre les soutiens de Jacob Zuma et ceux qui l’ont abandonné, comme le vaste mouvement des jeunesses de l’ANC. En effet, la montée en puissance de Julius Malema, le leader populiste de ce mouvement lié au parti revendiquant son autonomie dans les années 1940, est un signal fort.

Africa-zuma

De plus, grâce au système du Black Economic Empowerment, des membres importants de l’ANC sont devenus également actionnaires de grandes entreprises. Ce phénomène et l’enrichissement d’une partie de la population noire créent des frustrations que les opposants de Jacob Zuma utilisent. Ainsi, l’opposition interne a su profiter de la tragédie de Marikana pour souligner ces contradictions. Julius Malema appelait à « mener la révolution minière » car le gouvernement, lié au capital, ne soutiendrait pas les mineurs. Pour Julius Malema, la nationalisation des mines est une nécessité alors que Jacob Zuma essaie d’adopter un discours intermédiaire en proposant d’imposer des taxes plus lourdes au secteur. De même sur la réforme foncière Julius Malema porte un discours extrémiste calqué sur le modèle zimbabwéen, alors que pour Jacob Zuma il faut imposer aux propriétaires terriens blancs de vendre leurs biens fonciers à un prix inférieur au marché. L’ex-dirigeant de la Ligue de la jeunesse du parti a été désavoué et exclu du parti en 2011 lors de ses déboires judiciaires pour incitation à la haine raciale . La redistribution des terres et des bénéfices miniers sont des enjeux majeurs pour l’avenir économique du pays, et cette question a eu un écho considérable auprès de l’électorat populaire du parti. De fait, les personnalités populistes ont su se distinguer ces dernières années en se présentant comme une alternative au pouvoir actuel. Ainsi plus que jamais les luttes intestines déchirent le parti. Les syndicats contestent la politique libérale du gouvernement et les groupes sociaux ont des intérêts opposés. Pourtant Jacob Zuma conserve le soutien de l’ANC et a su rallier les syndicats mais la situation est très confuse. En effet, la Cosatu, puissante fédération syndicale du pays, a choisi de soutenir Jacob Zuma pour un second mandat alors que Zwelinzima Vavi, le secrétaire général du Cosatu, très critique à l’égard du régime, a été réélu pour un sixième mandat, et que dans le même temps le président du Cosatu, fervent soutien du chef d'Etat, était aussi réélu. Pourtant, les grèves à répétition dans l’enseignement et dans les services municipaux ont mis en évidence les divergences avec cette centrale syndicale et le parti. Même le Numsa (National Union of Metalworkers of South Africa), pourtant très virulent contre Jacob Zuma, a surpris tout le monde en annonçant lui accorder son soutien. Les commentateurs ont alors fustigé ce revirement et dénoncé d’obscures négociations. Une nouvelle fois, la stratégie de conquête et de conservation du pouvoir de Jacob Zuma a été contestée.
julius-malema1

Aujourd’hui, les cadres de l’ANC ou leurs proches ont des intérêts économiques tels que leur engagement semble davantage motivé par l’argent que par l’idéologie. En parallèle, la corruption rampante expliquerait la disparition de 3 milliards d'euros d'argent public chaque année. Ainsi, la lutte semble polarisée sur l’obtention de postes au sein du parti. Ces hautes fonctions sont synonymes de pouvoir par l’accès aux marchés publics et aux ressources qu'elles impliquent. Cette tendance au copinage est renforcée par les tendances autoritaires du parti qui perdurent. L’Assemblée nationale a ainsi voté en novembre 2011 une loi controversée sur la "Protection des Informations d'Etat". Cette loi, portée par l’ANC, ferme l’espace à la liberté d’expression en rendant passible de sanctions la possession, la publication et la distribution d'informations d’Etat sensibles. Cette loi permet donc au gouvernement d’empêcher la publication d’informations nuisibles à l’Etat. Du fait d’une définition floue à l’extrême les détracteurs y voient un moyen de limiter la diffusion vers l’opinion publique des affaires de corruption dont ils auraient connaissance. En définitive, la crise actuelle était déjà en germe depuis plusieurs années. L’ANC est un parti très hétéroclite qui s’apparente parfois à un forum où les rivalités apparaissent plus fortes que jamais. Or le défi de l’ANC a toujours été de parvenir à rester uni autour d’une ligne politique équilibrée pour préserver le compromis politique qui le fonde. La stabilité du pays se base sur cette gouvernance d’union qui combine au discours populiste, une politique économique néolibérale et une redistribution aux accents sociaux-démocrates.

mardi 22 janvier 2013

Islam africain, un particularisme effectif ?



Alors que de nouveaux spécialistes du Sahel, de l'Afrique de l'Ouest ou encore de la Somalie, apparaissent un peu partout dans les médias ces derniers jours, les discours colportés font souvent état d'un "islam noir". Nous vous proposons ici d'analyser cette question. 



Tout d'abord, gardons-nous de toute analyse qui donnerait une représentation fallacieuse de l’islam dans la région. Bien qu’il soit teinté de tradition animiste et soufie, rappelons comme René Otayek et Benjamin Soares (ouvrage à droite) que cet islam dit « africain » n’a pourtant pas autant de pratiques particulières qu’on le laisse souvent entendre. Le culte des saints, par exemple, est aussi répandu dans le reste du monde musulman. Néanmoins, il est vrai que dans des pays comme le Mali, la pratique religieuse inclus souvent des éléments extérieurs à l’islam (personnages mythiques non musulmans, recours au fétichisme…). Nous émettons donc des réserves face à ce qu’il est habituellement appeler un « islam africain » profondément soufi et perçu comme « notoirement syncrétique, tolérant et assimilationniste »  sur lequel les colonisateurs français et britanniques appuyaient leur pouvoir et que certains invoquent aujourd’hui afin d’endiguer la montée de l’islamisme dans la région. Cette vision manichéenne donne une image erronée d’une situation qui cache une réalité beaucoup plus complexe. Bien sûr, on observe de fortes divergences entre les sunnites, wahhabites et les traditionnalistes mais ces oppositions sont plus souvent des commodités de langage. L’islam dans la région est pluriel. Les solidarités familiales, ethniques… sont souvent plus actives que l’identification religieuse et sont entretenues par les structures sociales, économiques et politiques de la société. 

L’islam, comme le christianisme, ont réinvesti l’espace public profitant du vide politique laissé après des années d’autoritarisme et cette demande de sacré est aussi une demande de sens. Au Mali, Chérif Ousmane Haïdara, chef traditionnel d’un ordre soufi , a rempli les stades mais peu d'autres membres de l’élite musulmane ne bénéficient d’un public aussi important et n’ont réussi à se substituer aux chefs soufis, aux marabouts….


 Ainsi même si les discours des nouveaux intellectuels musulmans ont parfois des résonnances islamistes, cette visibilité est trompeuse par rapport à leur influence réelle dans la population. Au Mali, ils peuvent invoquer la Charia mais ils n’ont pas nécessairement de légitimité populaire et ne sont pas représentatifs. Par ailleurs, il ne faut pas confondre islamisme et jihadisme. De même tous les islamistes ne sont pas des radicaux. 

On lira avec intérêt : 

René Otayek  et Benjamin Soares, « Islam et politique en Afrique » in Islam, Etat et société en Afrique, Paris, Karthala, 2009

Benjamin Soares, « L’islam au Mali à l’ère néolibérale » in Islam, Etat et société en Afrique, Paris, Karthala, 2009

Louis Brenner, « La culture arabo-islamique au Mali », in Le radicalisme islamique au sud du Sahara. Da’wa, arabisation et critique de l’Occident, René Otayek (sous la dir.), Paris, Karthala, 1993

dimanche 20 janvier 2013

Génaf : des jeunes au service de la solidarité internationale pour et avec l'Afrique


Génaf est une association créée en 2003 qui se donne pour objectif de participer au développement de l'Afrique de l'Ouest. Good Morning Afrika (via Bénédicte, l'une des membres de l'association) vous propose une interview croisée de Sarah Monnier, l’actuelle présidente de Génaf, de Grégoire Mialet, son ancien président et de Lauren Kharouni, chef du projet 2013.

 Olympiade avec les enfants

Comment est née cette association ? Depuis quand l'association existe-t-elle ?
Grégoire Mialet :
L’association Génaf existe depuis 2003. Elle est née de la volonté de plusieurs jeunes en France de se structurer pour organiser des projets solidaires en collaboration avec des jeunes africains.
Le cœur de notre fonctionnement repose sur notre indépendance qui nous permet une totale liberté d’action : laïque, apolitique et totalement autonome, l’association se veut un trait d’union entre tous les milieux sociaux afin de proposer à tous les jeunes qui désirent s’investir un espace d’expression et d’engagement solidaire.

Comment l'association est-elle organisée ? Quels sont les rôles de chacun ?
 Grégoire Mialet :
La taille de notre association nous permet de mettre en place une organisation clairement définie tout en conférant une certaine flexibilité dans le déroulé de nos actions. Ainsi, comme beaucoup d’associations, nous sommes régis par des statuts et par un règlement intérieur et les principales décisions sont validées par un conseil d’administration de six personnes. Néanmoins, nous tenons à investir chaque bénévole dans un rôle (événementiel, gestion des dons, organisation des activités pédagogiques, organisation d’un tournoi de sport, etc.) afin de le rendre acteur du projet et sommes sensibles au travail collaboratif et participatif plutôt qu’un fonctionnement hiérarchique pyramidal.
Il est important pour nous que chaque bénévole perçoive la touche personnelle qu’il peut apporter dans nos projets. Le rôle de l’association est de l’accompagner dans ses idées et ses prises d’initiatives.

Sarah Monnier :
Oui, par exemple, pour le choix du futur projet, nous avons beaucoup discuté des propositions qui nous avaient été faites entre bénévoles, puis, à partir des informations à notre disposition, nous avons pu, entre membres du conseil d’administration, faire le choix du meilleur projet à adopter. Nous tenons à ce que chaque bénévole puisse agir à sa manière, comme il le souhaite et surtout à hauteur de ses envies et de ses possibilités.


 Communauté rurale de N'Gogom

Qui sont vos bénévoles ? Pourquoi s'engagent-ils ?
 Sarah Monnier :
Les bénévoles de Génaf sont plutôt jeunes : nous avons entre 18 et 32 ans. Nous sommes étudiants, salariés, chômeurs, chefs d'entreprise, dans tous les secteurs. Certains s'engagent pour découvrir une autre façon de voyager et de découvrir les cultures africaines, d'autres pour participer à un projet qui leur semble juste et qui leur permet de mener une action solidaire. Quelques-uns encore y trouvent un excellent tremplin vers une professionnalisation dans le domaine de la solidarité internationale. 

Grégoire Mialet :
Cette diversité des parcours, des formations et des personnalités de nos bénévoles constitue la richesse de notre association et cimente les actions que nous organisons.

Comment arrivez-vous à mesurer l'impact de vos projets ?
   Grégoire Mialet :
Le suivi de nos projets est un point auquel nous accordons une attention très particulière. L’efficacité même de notre action dépend de notre capacité à faire en sorte que la population locale s’approprie les structures que nous avons mises en place et les systèmes organisationnels que nous avons proposés. Aussi, nous cherchons toujours à valider l’utilisation de ces structures plusieurs mois, voire plusieurs années après notre venue. Cela se matérialise par de nouveaux séjours sur place (en plus petit comité) et/ou par un suivi régulier avec nos partenaires.
Nous cherchons notamment à mesurer le plus précisément possible le nombre d’enfants touchés par les structures éducatives mises en place : salles de classes, espace numérisé, bibliothèque… Nous vérifions que les populations bénéficiaires correspondent aux populations que nous ciblons et notamment, que la parité garçon/fille est respectée. Ensuite, nous essayons de tracer le volume d’accès (nombre de livres prêtés, nombre de connexions) grâce au travail précieux de nos partenaires. Si ces processus peuvent se révéler complexes et coûteux en énergie, ils sont notre garantie d’une action efficace, cohérente et concertée.

 Le chantier

Quel est le prochain projet que vous allez mener ?

Lauren Kharouni :
Pour son cinquième projet, Génaf interviendra, à l’été 2013, dans le centre-est du Burkina Faso, dans la région de Koupéla. Le projet consiste à participer au développement d’un collège-lycée agricole situé en région rurale dans le village de Lioulgou en partenariat avec une association locale, à l’initiative du projet.
Sur place, les matinées des bénévoles seront consacrées à la construction d’un laboratoire, en partenariat avec un entrepreneur burkinabé. Les salles de classe étant déjà construites, et les terrains disponibles pour les cultures, la salle de laboratoire est indispensable à l’enseignement technique que souhaite prodiguer l’établissement. Semblable à une salle de chimie, cet espace permettra aux élèves de mener à bien des expériences, d’entreprendre des expérimentations sur les cultures et de comprendre, de manière pratique et concrète, l’ensemble du cycle productif agricole. Les après-midi seront, elles, dédiées aux activités culturelles organisées avec les enfants, en coopération avec une association de jeunes et des institutrices du village.

Good Morning Afrika traite des questions géopolitiques et stratégiques liées aux continent africain. Dans quelle mesure le travail mené par Génaf peut-il être rattaché à ces problématiques ?
Grégoire Mialet :
Depuis sa création, Génaf cherche à montrer avec humilité que les actions locales des petites associations ont autant d’importance que les programmes internationaux gérés par les gouvernements ou les grandes ONG : par leur connaissance du terrain, par leurs contacts proches de la population, par leur implication vertueuse, par leur diversité et leur multiplicité, ces associations mettent en place des projets simples mais adaptés dans des zones souvent non concernées par les programmes nationaux ou internationaux.
La complémentarité des acteurs qui travaillent pour le développement est un atout considérable qu’il nous faut savoir utiliser. Cela passe évidemment par un meilleur dialogue ainsi que par une volonté commune de toujours chercher à comprendre les besoins et les intérêts locaux.
Enfin, notre action doit être durable et, à ce titre, les acteurs qui interviennent dans ces pays (gouvernements, entreprises, exploitants, ONG, associations) doivent oser mettre en place des solutions innovantes, respectueuses de l’environnement, des droits humains et des traditions. C’est ce que Génaf, à son échelle, s’attachera à faire dans les projets à venir.

Lauren Kharouni :
Le travail de Génaf concerne la coopération. Ainsi, nos projets se doivent d’être en parfaite adéquation avec les besoins, contraintes et potentialités du territoire sur lequel nous intervenons. Cette adéquation est recherchée tant au niveau local des villages où sont menés les projets qu’à une échelle plus grande par l’intégration dans les axes de politique nationale pour s’assurer de la pérennité et l’efficacité du projet. La dimension géopolitique et stratégique de notre travail repose sur le choix de prioriser l’éducation et la formation, puisque lorsque celles-ci font défaut, cela a un impact sur le développement social et économique, les flux migratoires et les conflits.
La dimension géopolitique et stratégique du projet Burkina 2013 réside d’une part dans sa volonté d’une revalorisation de la ruralité et du travail agricole. D’autre part, il s’inscrit dans une stratégie de lutte contre l’insécurité et la dépendance alimentaires. En effet, le secteur primaire est au cœur de l'économie burkinabé. Or, la production de de produits destinés à l’exportation est privilégiée au détriment des cultures vivrières. De plus, les rendements agricoles sont très faibles, notamment du fait de techniques agraires nuisant à la fertilité des sols. Le manque de formation en est l’une des causes, et c’est par ce biais que Génaf a choisi d’agir. La question alimentaire soulève non seulement la question des ressources - produire plus et mieux - mais également des questions sociales - réduction des inégalités - et politiques - éviter les conflits. L'agriculture est ainsi un moteur de développement indéniable et est, de fait, au cœur des enjeux géopolitiques actuels.

Pour en savoir plus :
le site : ICI
le blog : ICI
la page Facebook : ICI