vendredi 6 mai 2016

Élections présidentielles à Djibouti : enjeux et défis d’une réélection annoncée

Nous publions une note dans le Bulletin du Centre FrancoPaix (vidéo de présentation ICI et site ICI)  créé par Bruno Charbonneau en janvier 2016 au sein de la Chaire Raoul Dandurand (UQAM). La note eut être lue dans son intégralité ICI 

 Les principaux points sont : 
  • Ismaël Omar Guelleh a été réélu le 8 avril 2016, dès le premier tour, pour un quatrième mandat avec 87,07% de voix exprimées et un taux de participation de 68,96%
  • L’existence de six candidats dans le jeu électoral apparaît comme une compétitivité de façade. Ce modèle d’élections, à parti dominant et non compétitif, est particulièrement répandu dans les pays en développement.
  • Pour le régime, de nombreux défis restent à relever : préparer la succession du président, et les élections législatives de 2018, offrir au pays une croissance et du développement.
  • Le discours sur l’ordre et la stabilité du président en place, dans une région conflictuelle, lui permet de faire diminuer la pression de démocratisation des États occidentaux et des institutions internationales.

jeudi 28 avril 2016

Djibouti, un petit pays au coeur de l'actualité


Après trois ans de crise entre le régime et l’opposition de l’Union pour le Salut National (USN) - coalition de huit partis née après les élections législatives de 2013 - Ismaël Omar Guelleh a été réélu le 8 avril 2016, dès le premier tour, pour un quatrième mandat avec 87,07% de voix exprimées et un taux de participation de 68,96%. Le Président réélu peut s’appuyer sur une réelle légitimité électorale pour entamer son nouveau quinquennat et la situation politique djiboutienne semble se normaliser. Cependant, plusieurs facteurs tempèrent cette vision optimiste, nous y revenons dans les interviews suivantes: 
- Émission Cap Océan sur RFI le dimanche 10 avril : ICI 

Le régime djiboutien revendique une certaine stabilité, une « ressource » qu'il vend aux nombreux États hébergés sur son territoire (France, États-Unis, Union européenne, Italie, Japon, et bientôt la Chine et l’Arabie Saoudite). Ce discours sur l’ordre et la stabilité dans une région conflictuelle lui permet de faire diminuer la pression démocratisation des États occidentaux et des institutions internationales. Les élites djiboutiennes présentent leur pays comme un rempart contre « l’anarchie à venir ». La stabilité du régime et sa force coercitive sont particulièrement appréciés au regard des voisins dits « faillis ». Nous revenons également sur cette analyse ci-dessous : 

- Émission Appels sur l'actualité sur RFI, le jeudi 21 avril. Nous répondons à deux questions : 
Quel est l'intérêt de la Chine de s'installer militairement dans cette région de l'Afrique ? et Comment l'apparition de la Chine à Djibouti est-elle perçue par la France ? Les Etats-Unis ? L'émission est à réécouter ICI  
 Sur la présence chinoise on lira également : 
- Émission Les enjeux internationaux sur France Culture le 8 avril sur le rôle de Djibouti dans la Corne de l'Afrique : ICI 
 



mardi 15 mars 2016

ISA : Learning from the South? The Horn of Africa as a Litmus Test for IR Theories and Frameworks

L’International Studies Association (ISA) organise chaque année une convention réunissant plus de 5000 internationalistes. L'édition 2016 se déroule du 16 au 19 mars à Atlanta (Géorgie/Etats-Unis). Un panel est organisé samedi 19 sur la Corne de l'Afrique : "Learning from the South? The Horn of Africa as a Litmus Test for IR Theories and Frameworks". Vous trouverez la présentation de ce panel ci-dessous. Nous vous invitons à consulter le programme de cette convention dont la thématique cette année est : "Exploring Peace".

Chair: 

Chair : Terrence P. Lyons (George Mason University)

Discussant: Rita Abrahamsen (University of Ottawa)

Abstract :

Some argue that International Relations (IR) are about the politics of powerful states and that, as a consequence, there is an African exceptionalism which explains IR’s inability to accurately address African experiences. Indeed, Africa has often been neglected by the different theoretical approaches to IR and more generally by the discipline. This is surprising. In contrast, this panel shows that Africa is a productive laboratory for researchers in IR and security studies. While recent events have shifted global attention toward the Sahara, we invite scholars and practitioners to turn their gaze to the Horn of Africa. This region gathers some of the most enduring interlinked political rivalries within the International System. Importantly, it challenges and sometimes clarifies powerful concepts developed by the field (e.g. hegemonic stability, regional security complex, security dilemma, failed states, small state, sovereignty, etc). Thus, the contributors to the panel seek to show that the Horn of Africa is pertinent not only for area specialists but also constitutes a remarkable ground for fieldwork and theory-testing of both old and new approaches. Overall, the panel aims to initiate a new research agenda, which combines deductive and inductive approaches.

Papers:

The Lone State: Eritrea's Foreign Policy: Jean-Baptiste Jeangene Vilmer (Sciences Po Paris)
Abstract : Eritrea is a totalitarian garrison state. As Hannah Arendt described it, totalitarianism is a quasi-scientific experiment that requires a controlled environment: the country is a laboratory. The first step is therefore to isolate the nation, hermetically sealing it off from the outside world. Controlling the environment allows the production of controllable subjects. Through this process, which prevents those outside the country form entering and those within the country from leaving, an important step to pursue a bellicose foreign policy, waging war to justify the closure of borders and curtailments of liberties. Based on a fieldwork and various primary sources, the purpose of this article is twofold: on the one hand to consolidate and update comprehension of Eritrea’s foreign policy, given the relative scarcity of existing secondary literature; and on the other hand, to present Eritrea’s foreign policy as a means to the totalitarian end of closing off the country.
 
Djibouti as a Small State: Challenges and Limits of an Extraversion Strategy : Sonia Le Gouriellec (IRSEM Institute For Strategic research Ecole militaire
Abstract :R. Patman describes the states in the Horn of Africa, and their building, as a "political metaphor". This is especially true for Djibouti. This small state – indeed a microstate even if there is no broad consensus on both definitions – survives in a region where the numbers of states and borders has largely increased. The demarcation of their borders is therefore a very sensitive issue. Since Djibouti’s independence in 1977, its sovereignty has been a subject of discussion. As a consequence, Djibouti has developed strategies to survive and exist in the region. Based on fieldwork (several research trips), this paper aims to explore the dimensions of this strategy and its evolution between independence and today. How does this small state make use of the resources offered by the international system to survive and become a regional actor? What are the threats that jeopardize this strategy?  How can Djibouti contribute to the small states studies?
The Little Big Man of Eastern Africa: Explaining the Politics of Personalities in Uganda’s Relations with the Two Sudans: Øystein Rolandsen (Peace Research Institute Oslo)
Abstract :Uganda relations with its neighbouring countries and its role in regional co-operation has under Museveni (1986- ) undergone a remarkable transformation. When the rebel movement NRM/A sized power Uganda was a weak country riven by civil war, but it soon changed into a regional bully and has now become a major power within the eastern Africa/Horn of Africa security complex. Friends and foes of the Government of Uganda attribute this change to the personality of the President and his foreign policy ambitions. This runs counter to theories emphasising structural factors when explaining the actions of states in IR. Using Uganda and its relations with the two Sudans as a case this paper argues that the personal power vested in leaders within informal neo-patrimonial nettworks give heads of state considerable room to manoeuvre when handling foreign affairs. But the checks and balances of patron-client relationships constrains the actions of the leader.
 
Security Threats and Alliance Tradeoffs in the Horn of Africa: Ethiopia Vis a Vis Somaliland and Somalia: Andualem Belaineh (PhD student at Institute for Peace & Security Studies, Addis Ababa University, Ethiopia)
Abstract : Some argue that International Relations (IR) are about the politics of powerful states and that, as a consequence, there is an African exceptionalism which explains IR’s inability to accurately address African experiences. Indeed, Africa has often been neglected by the different theoretical approaches to IR and more generally by the discipline. This is surprising. In contrast, this panel shows that Africa is a productive laboratory for researchers in IR and security studies. While recent events have shifted global attention toward the Sahara, we invite scholars and practitioners to turn their gaze to the Horn of Africa. This region gathers some of the most enduring interlinked political rivalries within the International System. Importantly, it challenges and sometimes clarifies powerful concepts developed by the field (e.g. hegemonic stability, regional security complex, security dilemma, failed states, small state, sovereignty, etc). Thus, the contributors to the panel seek to show that the Horn of Africa is pertinent not only for area specialists but also constitutes a remarkable ground for fieldwork and theory-testing of both old and new approaches. Overall, the panel aims to initiate a new research agenda, which combines deductive and inductive approaches.


 

Appel à comunication : Les nouveaux visages des armées africaines

L'IRSEM organise les 5 et 6 octobre prochain une conférence internationales sur les armées africaines dont les axes de recherches retenus ainsi que les modalités de participation sont décrites ci-dessous. 


Objectifs de la conférence : Alors que les armées africaines au sud du Sahara ont inspiré récemment des travaux de recherche dans plusieurs domaines des sciences humaines et sociales, elles se trouvent au centre de nouveaux enjeux, avec le développement du terrorisme djihadiste sur fond de renouveau de la concurrence entre puissances internationales et d’intensification des défis liés à la gouvernance. Si les acteurs (semi)privés ou informels sont privilégiés dans ces travaux, les forces de sécurité étatiques et plus particulièrement les armées restent mal connues (Debos et Glasman, 2012). Or, les différentes armées d’Afrique subsaharienne sont aujourd’hui dans une période de transition entre un modèle issu des indépendances et un modèle plus adapté à la conflictualité actuelle. Ces armées incarnent la souveraineté des Etats, bien qu’elles soient parfois négligées par le pouvoir politique et qu’elles servent occasionnellement d’outil de développement ou de maintien de l’ordre. Elles apparaissent depuis la fin de la Guerre froide de plus en plus sollicitées pour améliorer la prévention, contribuer à la résolution des crises sécuritaires sur le continent africain et protéger ou garantir l’évolution politique vers des formes plus démocratiques. 
Les rapports que les armées africaines entretiennent avec le pouvoir politique constituent une question centrale. Celle-ci a fait l’objet de travaux anciens mais qui restent encore pertinents (Huntington, 1965). Les armées peuvent assurer, à la demande des civils, la transition démocratique (Aka, 1999 ; Bat, 2015) ou s’insérer plus brutalement dans le jeu politique (Moshe 1973 ; McGowan, 2003 ; Decalo, 1989 ; Kandeh, 2004). Enfin, leur formation est devenue le théâtre d’une rivalité inédite entre les puissances internationales (France, Royaume-Uni, États-Unis, Russie, Chine). Cela ne manquera pas d’avoir des conséquences sur les choix économiques et politiques des États qui abritent de nouvelles bases occupées par des forces étrangères ou s’engagent dans des coopérations de défense. Pour les États qui ont un lien historique avec le continent africain, cette nouvelle situation suscite des défis majeurs, tant au niveau politique que stratégique. 
Organisée par l’IRSEM - dont la vocation vise à rapprocher monde scientifique et monde militaire, mais aussi à produire des réflexions innovantes à même de nourrir le débat stratégique - cette conférence internationale a pour objet d’examiner les transformations des armées d’Afrique subsaharienne au cours des six dernières décennies, à la fois dans une perspective comparatiste (entre pays, entre périodes chronologiques, …) mais aussi et surtout pour comprendre l’évolution des relations entre les armées africaines et les sociétés dont elles sont issues. Trois groupes de question peuvent être distingués. 

1) La naissance et la formation des armées africaines. Un premier groupe de questions abordera la naissance et la formation des armées africaines, c’est-à-dire comment les jeunes États africains souverains ont organisé leur armée nationale. Il s’agit d’étudier le lien entre la construction de ces armées et la formation de l’État, leur capacité à assumer leurs missions et leur contribution au développement intérieur depuis les indépendances. Plusieurs thèses s’affrontent sur les liens entretenus entre les armées africaines et le pouvoir politique. Ont-elles été des spectateurs passifs des processus d’indépendance et de construction des États (Martin, 1975), ou ont-elles joué un rôle moteur dans la modernisation des structures héritées de la période coloniale (Lefever, 1970) ? Les nouvelles armées nationales ont souvent été considérées comme le pur produit de la période coloniale. Peu de recherches sur la continuité entre les organisations militaires pré-coloniales et sur les systèmes militaires issus des indépendances ont été menées. Or Ogot (1972) a montré qu’il était difficile de comprendre la nature et le rôle des militaires dans l’Afrique post-coloniale sans étudier la nature et le rôle du pouvoir militaire dans l’Afrique pré-coloniale et coloniale, et notamment pourquoi même les régimes civils modernes en Afrique doivent compter sur les militaires pour survivre. De nouvelles monographies sur les armées africaines par exemple ivoirienne (Banga, 2014), mauritanienne (Evrard, 2015) permettent un nouveau regard sur la naissance de ces armées et viennent s’ajouter à d’autres plus anciennes – Robin Luckham sur l’armée nigérienne (1970) ou Emmanuel Ela Ela sur le Cameroun (2000) par exemple – pour former un corpus désormais conséquent. Dans le cadre de ce premier groupe de questions, des projets de communication peuvent être proposés sur la contribution des militaires aux indépendances, la création des armées africaines, le rôle des militaires dans les nouveaux États souverains. L’étude structuraliste des armées africaines – l’organisation, l’équipement, le commandement et le financement – sont également des aspects importants de la manière dont s’est opérée la transition sécuritaire en Afrique sub-saharienne. Nous porterons une attention particulière aux communications traitant des pratiques quotidiennes et de la formation notamment des soldats - une perspective souvent négligée dans les recherches sur les armées africaines (Hutchful et Bathily, 1998) – et aux travaux relatifs à la production de normes qu’elles soient issues de pratiques coloniales ou post-coloniales.  
2) Les armées africaines face aux influences extérieures. De plus, comme ces armées ont principalement été formées grâce à l’aide fournie par les acteurs extérieurs, la conférence entend, dans un second temps, examiner les questions liées aux influences extérieures à la fois lors de leur formation et de leurs transformations. Nous souhaitons étudier les relations avec les anciennes puissances coloniales, ou avec les nouveaux acteurs extra continentaux (Chine, Inde, Turquie, Japon, États-Unis, Portugal, Union Européenne, Royaume-Uni, Russie, etc.), mais également les liens entre les puissances continentales (Afrique du Sud, Éthiopie, Nigeria, etc). Comment les différents programmes multinationaux et bilatéraux participent à la réforme des armées africaines ? Quelles normes produisent-ils ? Les armées ont été recomposées dans le cadre de la réforme des secteurs de la sécurité (RSS) qui nécessite des recherches renouvelées (Bryden and Scherrer, 2012; Sedra, 2010 ; Egnell and Haldén, 2009). Comment sont planifiés et mis en œuvre les efforts de RSS, le concept de « développement des institutions de défense » (Rand Corporation, 2016) s’y substitue-t-il ? La RSS serait-elle devenue un nouveau paradigme sécuritaire après celui des équilibres financiers (Châtaigner, 2006) ? Quels sont les résultats des politiques d’assistance et de soutien militaire ? Est-il efficace de renforcer plutôt les institutions civiles ou d’instruire les combattants ou encore de former le commandement, professionnaliser la logistique et le soutien afin de donner aux armées africaines la structure d’armées modernes (Doss, Herbst et Mills, 2013) ? La conférence s’intéressera aussi à la coopération entre armées africaines, à différents niveaux (entrainement, formation, opérations). Il s’agit de mieux comprendre comment les armées africaines tissent des réseaux de coopération, qui complètent ou concurrencent les schémas classiques de la coopération militaire dans cette région. Quels rôles y tiennent l’organisation continentale, les Communautés économiques régionales (CER) ou les organisations ad hoc ?  
3) L’adaptation des armées africaines. Enfin, les armées africaines ont aussi mué sous la pression de demandes relatives aux conflits extérieurs et intérieurs. Elles se sont donc adaptées à l’évolution de la nature et de la forme de la conflictualité africaine (Straus, 2012 ; Abrahamsen, 2013). Moins d’une centaine d’opérations de maintien de la paix ont été déployées sur le continent depuis 1990 et la majorité des États africains ont fourni des troupes à ces opérations (Williams, 2014). Elles ont également dû composer avec l’apparition de nouveaux acteurs dans la gestion de crise et la résolution des conflits : APSA, CER, CARIC (Franke, 2006 ; Warner, 2015). Les armées africaines évoluent également sous le coup de facteurs politiques internes et externes (Martin, 1989). L’environnement social et l’évolution de la place du militaire dans la société, dans le système économique ou politique contribuent à façonner un nouveau visage aux armées africaines. Nous nous intéresserons donc dans cette dernière partie aux problématiques liées à l’intégration des armées africaines au sein des forces multinationales (Fisher, 2012 ; Wilén, Ambrosetti et Birantamije, 2015) ainsi qu’aux retours d’opérations qui soulèvent des enjeux sécuritaires inattendus pour certains États pourvoyeurs de contingents de maintien de la paix (Dwyer, 2015). Nous attendons également des propositions de communication sur le rôle des armées dans la résolution des conflits internes : par l’intégration des combattants au sein d’une nouvelle armée nationale, dans le cadre des programmes de désarmement, démobilisation et réintégration, une approche encore relativement peu traitée (Wilén, 2015). Ce colloque international sera donc consacré à l’évolution des armées d’Afrique subsaharienne depuis les indépendances. Il vise ainsi à une meilleure compréhension du fait militaire, des armées et de ceux qui les composent. Il est pensé dans une perspective pluridisciplinaire et diachronique. Nous attendons des propositions de communications en sciences politiques, relations internationales, histoire, économie, sociologie, anthropologie, géographie, etc. Nous accorderons une attention particulière aux approches comparatistes, et aux communications s’appuyant sur des études de terrain. Une publication des communications suivra la conférence.  

Proposition de communication : Les propositions de communication (500 mots maximum) peuvent porter soit sur une communication individuelle soit proposer un panel comprenant quatre communications sur un des thèmes retenus pour le colloque. Chaque proposition de communication doit être accompagnée d’une biographie. Elle peut être soumise en français ou en anglais. Elle doit également préciser si l’auteur sollicite une aide de l’IRSEM en ce qui concerne son voyage et/ou son séjour à Paris. Le tout doit être adressé à : Sonia Le Gouriellec (sonia.le-gouriellec@defense.gouv.fr) et Jérôme de Lespinois (jerome.de-lespinois@defense.gouv.fr).  

Calendrier : 10 avril 2016: date limite pour l’envoi des propositions de communication. 1er juin 2016: notification aux auteurs des propositions de communication retenues. 15 septembre 2016 : envoi des versions finales des articles retenus par les coordinateurs et le comité scientifique. 5 et 6 octobre 2016 : conférence internationale « Les nouveaux visages des armées africaines » à l’École militaire (Paris). 
Bibliographie
Abrahamsen R., 2013, Conflict and Security in Africa, James Currey, 240 p. Assensoh Akwasi B., Alex-Assensoh Y. M., 2001, African military history and politics: coups and ideological incursions, 1900-present, New York, Palgrave. Augé A., Klaousen P. (dir.), 2010, Réformer les armées africaines. En quête d’une nouvelle stratégie, Paris, Karthala. Augé A., Gnanguenon A. (dir.), octobre 2015, Les armées africaines et le pouvoir politique au sud du Sahara, Les Champs de Mars, n°28, 91 p. Baaz M. E., Verweijen J., 2013, « The Volatility of a Half-Cooked Bouillabaisse: Rebel-Military Integration and Conflict Dynamics in the Eastern DRC », African Affairs, Vol.112, No.449, pp.563–82. Bangoura D., 1992, Les armées africaines, 1960-1990, CHEAM, Paris. Bat J.-P., 2015, « Rôle comparé de l’armée dans les processus politiques (Afrique francophone) », Dossier stratégique "Transitions politiques et stabilité en Afrique subsaharienne", Lettre de l’IRSEM, n°5. Bryden A., Scherrer V., 2012, Disarmament, Demobilization and Reintegration and Security Sector Reform, Geneva, Geneva Centre for the Democratic Control of Armed Forces (DCAF), LIT. Châtaigner J.-M., 2006, « La réforme du secteur de sécurité dans les États et sociétés fragiles. Préalable indispensable au développement ou dernière des illusions néocoloniales ? », Afrique contemporaine, n° 218. Clapham C., 1998, African Guerillas, Oxford, James Currey. Courtin C., Boko F., 27 octobre 2015, Les forces armées en Afrique francophone, Paris, note n° 284, Fondation Jean-Jaurès. Debos M., Glasman J., 2012, « Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l'ordre en Afrique », Politique africaine, 2012/4, n° 128, pp. 5-23. Debos M., 2013, Le métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l'entre-guerres, Karthala, coll. « Les Afriques », 256 p. Decalo S., 1976, Coups and Army Rule in Africa: Studies in Military Style, New Haven : Yale University Press. Decalo S., 1985, “The Morphology of Radical Military Rule in Africa”, Journal of Communist Studies, Volume 1, Issue 3-4. Decalo S., 1989, « Modalities of civil-military stability in Africa », Journal of Modern African Studies, 27, 4. Dehéz D., 2010, « Security sector reform and intelligence services in sub-Saharan Africa: capturing the whole picture », African Security Review, Volume 19, Issue 2, pp.38-46. Hutchful E., Bathily A. (dir.), 1998, The military and militarism in Africa, CODESRIA, Dakar. Egnell R., Haldén P., 2009, « Laudable, Ahistorical and Overambitious: Security Sector Reform Meets Stateformation Theory », Conflict, Security and Development, Vol. 9, n° 1, pp.27–54. Finner S. E., 2002, The Man on the Horseback The Role of the Military in Politics, Transaction Publishers. Fisher J., 2012, « Managing Donor Perceptions: Contextualizing Uganda’s 2007 Intervention in Somalia », African Affairs, 111, no. 444, pp.404-423. Franke B., 2006, « A Pan-African army: The evolution of an idea and its eventual realisation in the African Standby Force », African Security Review, Volume 15, Issue 4, pp.1-16. Gutteridge W., 1975, Military regimes in Africa, Methuen, Suffolk. Houngnikpo Mathurin C., 2010, Guarding the Guardians Civil-Military Relations and Democratic Governance in Africa, Farnham, Ashgate. Howe Herbert M., 2001, Ambiguous Order: Military Forces in African States, London, Lynne Rienner Publishers Inc., 316 p. Jowell M., 2014, « Cohesion through Socialization: Liberation, Tradition and Modernity in the Forging of the Rwanda Defence Force (RDF) », Journal of Eastern African Studies, Vol.8, No.2, pp. 278–93. Kandeh Jimmy D., 2004, Coups from Below: Armed Subalterns and State Power in West Africa, Gordonsville, Palgrave Macmillan. Kasfir N., 2005, ‘‘Guerrillas and Civilian Participation: The National Resistance Army in Uganda, 1981-86 », The Journal of Modern African Studies, 43 (2), pp. 271-96. Kimba I. (dir.), 2008, Armée et politique au Niger, CODESRIA, Sénégal, 300 p. Lee John M., 1969, African armies and civil order, Chatto and Windus, London. Lefever E. W., 1970, Spear and Scepter: Army, Police, and Politics in Tropical Africa. Washington, The Brookings Institution. Licklider R. (dir.), 2014, New Armies from Old: Merging Competing Military Forces after Civil Wars, Washington, DC: Georgetown University Press. Luckham R., 1971, The Nigerian military: a sociological analysis of authority & revolt 1960-67, Cambridge University Press. Luckham R., 1994, « The military, militarization and democratization in Africa: A survey of literature and issues », African Studies Review, 37, 2, pp. 13-75. Dwyer M., 2015, « Peacekeeping Abroad, Trouble Making at Home: Mutinies in West Africa », African Affairs, 114/455, pp. 206–225. Martin M.-L., 1976, La Militarisation des systèmes politiques africains (1960-1972). Une tentative d'interprétation, Sherbrooke (Canada), Naaman. Martin M.-L., 1989, Le Soldat africain et le politique, Toulouse, Presse de l’Institut d’études politiques de Toulouse. Mcgowan P., 2003, « African military coups d’État, 1956-2001, frequency, trends and distribution », Journal of Modern African Studies, vol. 41, n° 3, pp. 339-370. McNerney M. J., Johnson S. E., Pezard S., et al., Defense Institution Building in Africa. An Assessment, RAND Corporation, Santa Monica, 2016, 195 p. Metogo G., 2000, « Armées du Golfe de Guinée : Vers l’émergence de deux puissances sous-régionales », Revue africaine de défense, N°2, bureau d’étude et d’information, Yaoundé. Ogot B. A., 1972, War and Society in Africa, Londres, F. Cass. Paul D. W., 2014, « Peacekeeping in Africa after the Cold War: Trends and challenges », James Hentz (dir.), Routledge handbook of African security, Routledge, New York, NY. Rabenirainy J., 2002, « Les forces armées et les crises politiques (1972-2002) », Politique africaine, 2/2002, N° 86, pp. 86-102. Samii C., « Perils or Promise of Ethnic Integration? Evidence from a Hard Case in Burundi », American Political Science Review, Vol.107, No.3, 2013, pp. 558–73. Schneyder P., septembre 1967, « Les armées africaines », Esprit, n° 9, pp. 300-319. Scott S., 2012, « Wars Do End! Changing Patterns of Political violence in Sub-Saharan Africa », African Affairs, 111/443, pp. 179- 201. Sedra M. (dir.), 2010, The Future of Security Sector Reform, Waterloo: The Centre for International Governance Innovation. Simonsen S.-G., 2007, « Building “National” Armies – Building Nations: Determinants of Success for Postintervention Integration Efforts », Armed Forces and Society, Vol.33, No.4, pp. 571–590. Thiriot C., 2008, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile resectorisation », Revue internationale de politique comparée, vol. 15, n°1, pp. 15-34. Toft M. D., Securing the Peace: The Durable Settlement of Civil Wars, 2009, 248 p. Warner J., 2015, « Complements or Competitors? The African Standby Force, the African Capacity for Immediate Response to Crises, and the Future of Rapid Reaction Forces in Africa », African Security, 8:1, pp. 56-73. Wilén N., Ambrosetti D., Birantamije G., 2015, « Sending Peacekeepers Abroad, Sharing Power at Home: Burundi in Somalia », Journal of East African Studies, Vol.9, No.2, pp. 307–25. Wilén N., 2015, « From Foe to Friend? Army integration after war in Burundi, Rwanda and the Congo », International Peacekeeping.

mercredi 23 décembre 2015

Djibouti, un amour de Chine

« Des projets, encore des projets, toujours des projets. Telle est la nouvelle fièvre qui a saisi le pays. (…) Oui, ici même, dans ce coin d'Afrique aux allures de far-west miniature», scande l’écrivain djiboutien Abdourahman A. Waberi dans son livre « Passage des larmes ». À l’ombre des conflits qui touchent une partie du continent et accaparent l’attention des médias et de nos gouvernements, un autre visage émerge, encouragé par de nouveaux acteurs. L’un d’entre eux s’impose parmi tous : la Chine.

Déjà très présente chez le voisin éthiopien, celle-ci multiplie en effet depuis quelques années les projets d’infrastructures à Djibouti. La dernière décision en date de disposer d’installations militaires sur place a été largement relayée dans les médias et a mis en lumière cette attention portée par la Chine à la petite République djiboutienne.

Nul ne doute de la nécessité pour ce petit État de diversifier ses partenariats pour sortir du tête à tête qu’il a longtemps entretenu avec son ancienne puissance coloniale, la France, qui dispose sur place de sa principale base militaire sur le continent. Le pays y voit un moyen d’assurer sa souveraineté et son existence sur la scène internationale. Il est, toutefois, légitime de questionner la prééminence du partenaire chinois, le rapprochement avec l’Éthiopie et les réelles retombées pour Djibouti. Plus que les partenaires, le pays doit surtout diversifier son économie afin d’assurer son indépendance.

Première visite d'un chef de la diplomatie américaine

Dans sa quête de diversification, on constate d'abord que le bal des visites diplomatiques s’enchaîne à un rythme soutenu dans les allées du nouveau palais présidentiel construit par les Chinois à Djibouti. En 2015, John Kerry a été le premier secrétaire d'État américain à se rendre sur place. Il a succédé de quelques jours la première visite d’un président turc. Pas une semaine ne passe sans que le quotidien national La Nation n’énonce la visite d’un officiel et la conclusion d’un nouveau partenariat.

Au pouvoir depuis 1999, le président Ismaïl Omar Guelleh assurait récemment que « le principe de concessions de bases militaires à des puissances étrangères [devait être lu] non comme le procédé choisi pour faire gagner des devises au pays mais plutôt, comme le canal répertorié pour lui conférer une certaine visibilité sur le plan international ». Il est vrai que depuis longtemps la France n’est plus la seule puissance à jouir d’une présence militaire sur place. Elle y a été rejoint par les États-Unis, le Japon, l’Italie et, peut-être bientôt, l’Arabie Saoudite. On y croise également les troupes allemandes ou espagnoles déployées dans le cadre de la lutte contre la piraterie maritime.

Le petit État capitalise sur sa position géographique privilégiée à l’entrée du détroit de Bab el Mandeb entre la mer Rouge et l’océan Indien. La mise en compétition des acteurs extérieurs est une véritable fenêtre d’opportunité stratégique. Djibouti s’internationalise et ce qui s’y passe est particulièrement révélateur des évolutions du système international.

Floraison d'infrastructures

Djibouti souhaite dépasser sa fonction de ville « garnison » sur la mer Rouge, et cherche à jouer un rôle de plateforme régionale majeure. Cordon ombilical du géant éthiopien enclavé, elle représente une pièce maîtresse dans le projet d’intégration économique régionale, soutenu par Pékin. À partir de Djibouti, la puissance chinoise se verrait bien atteindre l’Afrique centrale et pourquoi pas l’Atlantique…

Depuis quelques années, les projets d’infrastructures fleurissent comme jamais. La construction de deux nouveaux est ainsi prévue. La Chine soutient aussi la mise en chantier de deux lignes de chemin de fer, l’une entre Addis Abeba (la capitale éthiopienne) et Djibouti, l’autre afin d’exporter la potasse de Mékélé dans le nord de l’Éthiopie via le nouveau port de Tadjourah (sur la pointe nord de Djibouti).

Ex-colonie française, Djibouti est située à la confluence de l'Afrique et de la péninsule arabique. Charles Roffey : Flickr, CC BY-NC

Dans la capitale, plusieurs centres commerciaux sont en cours de construction ou planifiés. Le port de Doraleh et une zone franche de 3500 hectares seront bientôt opérationnels. Un pipeline est pratiquement achevé pour l’adduction de l’eau potable en provenance d’Éthiopie et un autre projet devrait relier le port de Djibouti et le dépôt de carburants d’Awash en Éthiopie. Un port minéralier dédié à l’exploitation industrielle des ressources naturelles du lac Assal devrait aussi voir le jour au Ghoubet.

Hub maritime et logistique régional

Près d’une dizaine de ces projets sont réalisés par des sociétés chinoises. Si les Éthiopiens ont une longue expérience des rapports avec la Chine, ce rapprochement est nouveau pour Djibouti. La Chine permet à la cité-Etat de réaliser son ambition de devenir un hub maritime et logistique régional alors que les « partenaires traditionnels » - France, Etats-Unis - privilégient le pays pour son positionnement géostratégique dans la lutte contre le terrorisme et la piraterie.

Pourtant, la fonction de plateforme n’est pas nouvelle. Historiquement, le colonisateur français avait fait de Djibouti un port de transit pour les marchandises exportées ou importées par l’empire abyssin. La « réémergence » de l’Éthiopie au XXIème siècle accroît le dynamisme de Djibouti et pour certains acteurs de la vie économique locale les rôles sont clairs : « l’Éthiopie a accepté que Djibouti devienne un hub » …

Néanmoins, Djibouti pourrait se trouver dépasser par cette stratégie économique. Car ces investissements n’élargissent pas les champs des répertoires possibles pour le pays, au contraire ils le contraignent à une destinée commune avec l’Éthiopie. Avant l'indépendance de Djibouti en 1977, celle-ci ne cachait pas ses velléités de rattacher un territoire constituant à ses yeux son prolongement naturel. Cette vision semble encore bien ancrée puisqu’en février 2015, le Premier ministre éthiopien, Haile Mariam Dessalegn, proposait d’aller au-delà de l’intégration économique et invitait les représentants djiboutiens de l’Assemblée nationale à une intégration politique (closer political integration). Des critiques ont émergé dénonçant un agenda caché ou un « mariage forcé », qui font échos aux menaces d’annexion du territoire djiboutien au moment de l’indépendance, devenue mythe fondateur de la souveraineté djiboutienne.

Le risque de vassalité

Ces relations avec la puissance régionale éthiopienne sont à la fois une part du dynamisme de Djibouti et un facteur de risque à l’avenir. Le dilemme qui se pose à Djibouti reflète une contradiction intrinsèque à sa stratégie. En souhaitant, à juste titre, diversifier ces partenaires et ce faisant en dynamisant son économie, Djibouti s’est rapproché de la Chine, elle-même favorable à l’intégration économique régionale. Cette intégration crée une interdépendance encore plus forte avec l’Éthiopie qui pourrait avoir des visées plus ambitieuses. Djibouti risque de se retrouver dans une posture inconfortable de vassalité et de perte de souveraineté.

Plus encore, la question de la soutenabilité économique de la stratégie djiboutienne se pose. Le petit pays de la Corne de l’Afrique adopte une stratégie de développement éloignée du consensus de Washington et parie sur la bienveillance du partenaire chinois. Or le rapprochement avec la Chine ne résout en rien les handicaps structurels de son économie, dont la persistance de la pauvreté - 80% de la population en « extrême pauvreté » - et des taux de chômage élevés restent des symptômes prégnants. Or le développement doit être pensé en termes d’emplois pour ne pas engendrer des troubles sociaux. Cette « croissance sans développement » a de quoi inquiéter.

Grâce à la Chine, Djibouti veut devenir le hub maritime et logistique de la Corne de l'Afrique. Charles Roffey / Flickr, CC BY-NC

Si le « miracle éthiopien » fait rêver son petit voisin, il repose sur un socle minimum d’industrialisation qui n’est pas présent à Djibouti. Dernièrement, le Fonds monétaire international (FMI) s’est inquiété d’une croissance certes élevée dans le petit État - 6% en 2014 et 7% prévu entre 2015 et 2019 - mais financée par les fortes dépenses publiques. L’endettement externe atteint des records : 50% du PIB en 2014, 60 % en 2015 et 80% en 2017.

Ainsi, Djibouti se trouvera à court terme face au défi de la soutenabilité de cette dette alors même que le pays n’a pas débuté le remboursement du capital des principales dettes contractées auprès de l’Exim Bank China, et ce à des taux que d’autres pays africains n’acceptent plus…

Alors que la campagne en vue de l'élection présidentielle d'avril 2016 va bientôt démarrer, Djibouti fait face à un enjeu existentiel majeur qui nécessite une vision à long terme. La réélection annoncée à un quatrième mandat du président Guelleh n'est pas forcément à même de garantir la sérénité nécessaire pour la définition d’une telle stratégie.

The Conversation

Sonia Le Gouriellec, Chercheur à l'Institut de Recherche Stratégique de l'Ecole militaire (IRSEM), Sciences Po

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.