samedi 24 janvier 2015

L'impact des révoltes arabes en Afrique subsaharienne

Nous publions dans la prochain édition de la Revue Défense Nationale de février 2015 (sommaire ICI) un article sur l'impact des révoltes arabes en Afrique subsaharienne. 

Vous trouverez ci dessous l'introduction de cet contribution :
"La chute de Blaise Compaoré au Burkina Faso, en octobre 2014, a provoqué un flot de commentaires sur la possible naissance d’un « printemps africain ». Ainsi, à l’image des pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient, les sociétés d’Afrique subsaharienne pourraient suivre le modèle burkinabé et appeler au départ des dirigeants inamovibles ou soupçonnés de vouloir se maintenir au pouvoir par des modifications constitutionnelles ou d’obscurs accords passés avec leur opposition. Cette contribution vise à déterminer l’impact des révoltes de 2010-2011 sur les États d’Afrique subsaharienne. Ces dernières n’ont pas été sans effet sur la partie saharo-sahélienne du continent africain : la guerre de Libye en 2011, par exemple, apparaît comme un facteur de déstabilisation de l’ensemble de la zone saharo-sahélienne. De même, les pays sahéliens ont subi l’impact économique de ces évènements. Pourtant, la diffusion du modèle de la révolte tunisienne sur les autres États de la région, jusqu’au Moyen Orient, ne semblent pas avoir dépassée le rivage saharien. Nous proposons donc d’analyser l’impact des « révoltes arabes » sur le reste du continent africain en ce qui concerne les transformations politiques. Toutefois, il convient de souligner que de réels transformations touchent les États subsahariens mais qui elles ne sont ni directement liées à ces mouvements, ni nouvelles".

En conclusion de l'article :
"Ainsi, les soulèvements dans le monde arabe ont eu deux effets en Afrique subsaharienne : d’une part, ils ont permis aux régimes autoritaires « de capitaliser sur la déconnexion des opinons publiques entre l’Afrique du nord et l’Afrique subsaharienne et sur le faible intérêt médiatique pour l’Afrique subsaharienne » ; d’autre part, pour les États qui avaient déjà entamé un processus de démocratisation, ils sont apparus comme une forme de « rattrapage du « retard » politique de l’Afrique du nord » [1]."


[1] Etienne Smith, « Retour historique sur les « printemps démocratiques » en Afrique subsaharienne », in Afrique contemporaine, 2013/1, n°25, p.100-101.
 

1 commentaire: