mercredi 30 juin 2010

Sommet Afrique France : Des paroles, des paroles, des paroles ....


300 millions d'euros c'est la somme promise par la France aux pays africains pour renforcer leurs capacités sécuritaires : "Nous avons décidé, nous la France, que sur 2010-2012, nous allons consacrer 300 millions d'euros pour former 12.000 soldats africains pour les forces de maintien de la paix en Afrique. Ça nous semble beaucoup plus intelligent, car la quasi-totalité des crises régionales et sous-régionales seront mieux résolues si les Africains prennent en charge eux-mêmes ces questions plutôt que d'autres", a expliqué le président Sarkozy. Attention mirage en vue ! Cette somme n'est pas débloquée et ajoutée à la politique d'appropriation et d'européanisation que mène déjà la France, c'est la somme déjà consacrée pour ce type d'opération.
Bon courage sur le terrain pour expliquer cette nuance à vos interlocuteurs africains !

Conférence : Où en est le Congo, 50 ans après

Ce soir de 18h à minuit : Conférence débat "Ou en est le Congo, 50 ans après avec François NZUNGA, RDCongolais, journaliste à Fréquence Plurielle,
Vieux TETEVI, écrivain togolais ,
ALbert KISUKIDI, RDCongolais, politique, éditorialiste de "NGONGA EBETI", poète, artiste musicien, Professeur Retraité !....
La modératrice sera la Vice-Présidente WINI LUNTADI, assistée par le Président de l 'Association ATCK-France, Yakini MAVAMBU

La cérémonie sera animée par deux artistes : MAVATIKU (Michelino) et Mbuta Albert KISUKIDI - Un cocktail sera offert à l’issue des cérémonies.. -

Lieu : AGECA, 177, rue de Charonne, Paris 11è, M° Alexandre Dumas -
Rens: 06 26 23 31 09 nambokiay7@aol.com

lundi 28 juin 2010

Le pays qui n’existe pas vote


Samedi les Somalilandais (ex Somalie Britannique) votaient à l'occasion de la deuxième élection présidentielle de la république autoproclamée (1 tour scrutin par liste).
Seulement 3 partis sont autorisés, les trois candidats en lice :
-le président sortant Dahir Riyale Kahin (Issas mais d’un sous clan minoritaire : Gadabourssi) soutenu par le voisin djiboutien mais donné perdant (photo).
- Ahmed Mohamud Silanyo
- Feysal Ali Warabe

Enjeu de l’élection :
-Tous les candidats se retrouvent derrière la lutte pour la reconnaissance de ce quasi Etat.
-Risque de déstabilisation si l’un des 2 autres candidats est élu car l’actuel président était issu d’un sous clan minoritaire ce qui permettait de calmer les velléités des 2 autres clans qui eux sont majoritaires.
Les résultats de l'élection, suivie par des dizaines d'observateurs internationaux, sont attendus dans une semaine.
Le Somaliland a fait sécession en 1991, proclamant son indépendance et offrant une paix relative à ses habitants dans le nord-ouest du territoire somalien alors que le sud de la Somalie sombrait dans le chaos et l'anarchie.

Un Quasi Etat dynamique : Le pays dispose de ses propres forces de sécurité et de sa police, d'un système judiciaire et d'une monnaie, d’un drapeau, de timbre (édités en Grande Bretagne), de gardes côtes formés par les Britanniques mais n'a été reconnue par aucun autre Etat. Le secteur privé est très dynamique (7 opérateurs de téléphone presque autant de journaux). C’est aussi la seule économie au monde où plus de la moitié de la population dépend du pastoralisme nomade pour vivre. Dans « un pays plein de promesses » Oblik Carton Dibeth note : « le Somaliland possède une classe entrepreneurs connue pour avoir su mettre sur pied, à la suite de la guerre civile, un système de télécommunication, de liaisons aériennes et de sociétés de transfert d’argent et cela malgré l’absence de banques commerciales, d’institutions de crédit et de services d’assurances »

Des ressources : 850 km de côtes, en 1988 lorsque l’extension de la guerre dans le Nord les a obligé à fuir, au moins deux compagnies pétrolières (Conoco et Sunoil) avaient trouvé de l’huile . Les permis sont aujourd’hui caducs. Ce brut est une extension du gisement yéménite et il est probablement très riche.

Au nom du principe de l’intangibilité des frontières aucun Etat ne reconnait ce pays. Peu avant sa mort le Président Mohamed Ibrahim Egal avait suggéré qu’on traite le Somaliland comme « entité de facto » à la manière de l’entité palestinienne. Le but est essentiellement de permettre des relations bancaires et la possibilité d’établir des contrats d’assurance. Qui fera le premier pas ? Quelles conséquences de l’indépendance du Sud Soudan l’année prochaine ? L’indépendance est elle souhaitable dans une région déjà Balkanisée ?

Sur les précédentes élections ICI
Mes précédents billets suur le "pays" : ICI

dimanche 27 juin 2010

Blog à découvrir


Dans son billet de mercredi l'alliée d'AGS Bénédicte Tratnjek de Géographie de la ville en guerre signalait l'existence d'un excellent blog : celui de l’anthropologue Alain Bertho (Paris 8), Anthropologie du présent. J'ai visité ce blog et il est vraiment intéressant puisque Mr Bertho y effectue le recensement de toutes les émeutes/affrontements/échauffourées.... dans le monde simplement illustrés d'une photo ou d'une explication (ci-dessus Lomé juin 2010).

On suivra avec intérêt la partie traitant des émeutes en Afrique ICI

samedi 26 juin 2010

La fin de la piraterie est annoncée ....

... pas sur mais en tout cas DCNS y travaille ! L'entreprise a annoncé au début du mois dernier le lancement de la construction d'un patrouilleurs antipirates. Quésako ?

Un patrouilleur ayant une visibilité sur 360°, pouvant faire décoller et atterrir des drones et pouvant mettre à l'eau 2 embarcations rapides grâce à ses 2 rampes arrière. 60 personnes pourront se trouver sur le navires (équipage : 30) et il pourra rester 3 semaines en haute mer, naviguer à une vitesse de 21 noeuds (39 km/h). Ainsi il pourra effectuer des missions de surveillance, de lutte contre la piraterie et le terrorisme, lutte contre les trafics....

Et Hermès (petit nom de ce joujou) est financé sur les fonds propres de la DCNS et devrait être opérationnel dans un an et demi. Il sera ensuite mis à disposition de la Marine nationale pendant trois ans "selon un régime juridique en train d'être défini" a indiqué Patrick Boissier, PDG de DCNS, à Lorient.
Combien ça coûte ? "Le prix du marché..." selon la direction....apparemment dans les 30 millions d'euros.
Plus d'informations suur le programme Hermès de DCNS : ICI

vendredi 25 juin 2010

Vie du blog et colloque "la logistique fonction opérationnelle oubliée"

De retour d'un séjour en Afrique de l'Est (pour changer !), je reprends du service notamment en vous rappelant de vous inscrire au colloque : la logistique fonction opérationnelle oubliée, co-organisé par club Participation et Progrès, Alliancegeostratégique.org, l’IRSEM et les revues Défense & Sécurité Internationale, Soutien Logistique Défense et Défense Nationale. Le colloque aura lieu mardi 29 juin 2010 à 8h30 à l’Ecole Militaire, amphithéâtre Lacoste...il n'est jamais trop tard pour s'inscrire !

L’entrée est libre sous réserve d’inscription par email auprès d’AGS : alliancegeostrategique@gmail.com.


Le programme :
Tables rondes animées par Laurent Henninger, chargé d’études à l’IRSEM


Avant propos : Histoire et logistique – Mr G. Lasconjarias, chercheur à l’IRSEM (8h45)


1ère table ronde : Comprendre la logistique dans les conflits modernes (9h00)


11 - Les conséquences de la nouvelle nature irrégulière de la guerre : la logistique, nouveau centre de gravité opératif ? - Mr B. Bihan, doctorant, chercheur au CNRS, membre d’Alliancegeostrategique.org (9h00)


12 - La logistique et l’insurrection tamoule : Mr le CV (ER) H. Eudeline, Centre d’Enseignement Supérieur de la Marine (9h15)


13 - La logistique et l’Irak - Mr S. Taillat, doctorant, professeur d’histoire, membre d’Alliancegeostrategique.org (9h30)


14 - La logistique et l’Afghanistan : le cas du 1er BCS français à l’exemple britannique des « patrouilles logistiques de combat » - LCL Thépenier, chef des opérations du 1er BCS Afghanistan, 2008 (9h45)


15 - Logistique et UE : Mme C. Major, chercheur au German Institute for International and Security Affairs, Berlin (10h00)

vendredi 11 juin 2010

Dernières parutions

Viennent de paraitre :

"Our Common Strategic Interests: Africa's Role in the Post-G8 World" :
* African countries are playing a more strategic role in international affairs. Global players that understand this and develop greater diplomatic and trade relations with African states will be greatly advantaged.
* For many countries, particularly those that have framed their relations with Africa largely in humanitarian terms, this will require an uncomfortable shift in public and policy perceptions. Without this shift, many of Africa's traditional partners, especially in Europe and North America, will lose global influence and trade advantages to the emerging powers in Asia, Africa and South America.
* China's re-engagement is for the most part welcome, as is that of the increasing numbers of emerging powers such as Turkey, South Korea and Brazil that see Africa in terms of opportunities - as a place in which to invest, gain market share and win access to resources.
* Economic fortunes across Africa are now diverging, making it less meaningful to treat Africa as a single entity in international economic negotiations. Despite this, it is in the global interest that the African Union should be granted a permanent place at the G20. In turn, a more focused, sophisticated and strategic African leadership is needed.
TELECHARGEZ ICI

"Cameroun : Etat fragile ?"
(téléchargez ICI)
Synthèse de l'international Crisis Group : SYNTHESE

La stabilité apparente du Cameroun dans une région turbulente ne peut pas être considérée comme étant acquise. La cooptation des élites grâce à la distribution des ressources de l’Etat, et l’émigration de nombreux jeunes éduqués fournissent une soupape de sécurité contre les tensions, mais l’échec de la réforme et le maintien de pratiques caractéristiques de la mauvaise gouvernance ont amené beaucoup de Camerounais à ne plus croire en l’Etat de droit ou en la possibilité d’une transition politique pacifique. De multiples risques de conflit existent à l’approche des élections présidentielles de 2011 et au-delà. Ce rapport de fond, le premier de Crisis Group sur le Cameroun, analyse les racines historiques de l’impasse actuelle.

L’histoire du Cameroun révèle un schéma de périodes de stabilité apparente suivies de crises violentes. Au cours de longues périodes (début des années 1950, années 1970), les problèmes ont été masqués sans être résolus. A la fin des années 1950, des troubles généralisés ont accueilli l’interdiction du principal parti opposé à la domination française, et se sont transformés en une longue et sanglante guérilla. L’indépendance est accordée en 1960, mais dans un contexte de violences étendues. En 1961, alors que la partie Sud du Cameroun anglophone sous domination britannique vote pour rejoindre le Cameroun francophone, le Nord choisit de rester au sein de la fédération nigériane.

La fin des années 1960 et les années 1970 marquent une période de paix relative. Le régime nourrit une obsession pour l’unité et la stabilité après les traumatismes des années 1950, mais, après avoir combattu l’unique véritable mouvement de libération, il manque de légitimité historique. Il est autocratique, et le pluralisme et la diversité sont accusés de menacer de manière inacceptable le projet de construction de la nation. Néanmoins, l’économie croît, et un réel développement prend place.

La démission du président Ahidjo en novembre 1982 et la transmission du pouvoir à son Premier ministre, Paul Biya, se passe tout d’abord en douceur. Mais très vite, les tensions émergent, et aboutissent en avril 1984 à une tentative de coup d’Etat, dont on accuse les partisans d’Ahidjo. Elle est violemment réprimée et n’est suivie d’aucun processus de réconciliation, et le traumatisme de cette époque demeure une source d’amertume parmi beaucoup d’ha­bitants du Nord, la région d’origine d’Ahidjo. Parallèlement, certains Camerounais du Sud, y compris dans les forces de sécurité, ont un sentiment d’inachevé et craignent des actes de vengeance communautaire suite à la répression de 1984.

Au début des années 1990, des partis d’opposition voient le jour, et des élections multipartites sont organisées. Pendant deux ans et demi, le régime est sérieusement menacé dans les bureaux de vote et dans la rue, et les frustrations provoquent des violences généralisées en 1991. Mais après avoir survécu à ce nouveau défi, le président Biya et son parti parviennent à faire reculer les réformes et restaurent un régime autoritaire derrière une façade de pratiques démocratiques.

Aujourd’hui, le projet de construction nationale semble à bout, alors que l’économie stagne et que le chômage et les inégalités s’accroissent. L’économie est tirée en arrière par la corruption et l’inertie, et la population n’a vu que peu de la croissance économique principalement issue de l’exploitation des ressources naturelles du pays. Tandis que les forces de mobilisation potentielles sont faibles et dispersées, la colère populaire demeure forte.

Le régime a conservé ses vieux réflexes conservateurs, mais les expériences et attentes d’une population jeune ont évolué. L’opposition politique est affaiblie par des divisions internes et l’érosion de l’espace démocratique, ce qui limite les possibilités d’exprimer un mécontentement légitime. L’explosion de colère en février 2008, provoquée par la décision de Biya de faire modifier la constitution pour briguer un autre mandat présidentiel, a souligné les dangers de cette situation.

Le Cameroun partage un certain nombre de caractéristiques avec des pays qui ont connu un conflit civil, dont notamment des instances dirigeantes hautement centralisées et personnalisées, une manipulation politique des tensions ethniques et une corruption étendue. Même s’il parvient à surmonter les défis immédiats, la possibilité d’une détérioration, à long terme, qui provoquerait un conflit ouvert ne peut pas être exclue. En Côte d’Ivoire, une longue lutte pour la succession du président fondateur a posé les bases d’une guerre civile. Alors que le président Biya a maintenant 77 ans, et en l’absence de déclarations claires sur ses intentions, la question de la succession présidentielle ne peut qu’inquiéter.

Les événements en Guinée en décembre 2008, où un Etat de droit faible et la manipulation de la constitution ont servi de prétexte à de jeunes officiers pour prendre le pouvoir avec des conséquences désastreuses, invitent tous ceux qui s’intéressent au Cameroun à réfléchir. La constitution et l’Etat de droit de façon générale y sont peu respectés. La fin de la présidence Biya, la deuxième seulement qu’a connue le pays, risque fort d’être tendue. Mais elle pourrait aussi être une occasion d’engager les réformes nécessaires à la garantie de la stabilité à long terme du pays.

La communauté internationale a souvent fourni une aide décisive au régime camerounais. Bien que cette aide ait été accompagnée de pressions en faveur de réformes, très peu d’entre elles ont vu le jour. Le danger est que le régime voie maintenant dans toute ouverture une menace fondamentale à sa survie et durcisse ses positions à l’ap­proche de l’élection présidentielle.

La plupart des bailleurs de fonds et autres partenaires internationaux sont réticents à critiquer le régime et semblent prêts à tolérer son jeu du chat et de la souris de fausses réformes politiques et économiques. Mais un Cameroun instable, ou simplement quelques années supplémentaires de mauvaise gouvernance, risquent de menacer une région fragile. Ces problèmes soulèvent des inquiétudes légitimes au-delà du Cameroun et suggèrent un cas classique de prévention précoce d’un conflit. Mais les intérêts particuliers internationaux et nationaux devront être remis en cause pour engager les changements nécessaires afin d’éviter l’instabilité. Les bailleurs de fonds devraient peser de tout leur poids, à la fois financier et diplomatique, pour envoyer un message sans ambiguïté au gouvernement camerounais.

jeudi 10 juin 2010

Somalie : des nouvelles de l'otage français

Le blog Secret Défense publiait hier un billet sur l'otage français en Somalie (voir egalement notre precedent billet). Le journal somalien Sunatimes aurait obtenu une vidéo de l'otage français, membre de la DGSE. D. Merchet rapporte : "L'homme répond aux questions qui lui sont posés par un islamiste francophone. Il demande à ses parents d'être patient et assure être en bonne condition physique."
D'après le journal somalien l'otage serait contraint d'entrainer les miliciens islamistes, dans la région de Shabele. Cette vidéo a ete diffusée aujourd’hui par le centre de surveillance américain SITE, l otage a demandé « au peuple français de tout mettre en œuvre » pour sa libération. Les demandes des ravisseurs sont, selon le message, la cessation immédiate de tout support politique ou militaire de la France au gouvernement somalien, le retrait de tous ses conseillers de Somalie et la libération de prisonniers.

Par ailleurs l’explosion d’un engin piégé qui avait été dissimulé au bord de la route sous un amas de détritus, a tué au moins six personnes, dont cinq membres des forces de sécurité gouvernementales, ce matin à Mogadiscio.
Hier 3 ministres somaliens ont decide de quitter le gouvernement. Le ministre somalien de la Défense, Sheikh Yusuf Mohammad Siad, et deux autres ministres, car le gouvernement a failli à sa tâche d’assurer la sécurité et de rétablir l’ordre. Le ministre somalien de la Défense a déclaré à Reuters « nous ne pouvons assurer la sécurité, donc nous ne pouvons pas rester en poste ». Les deux autres démissionnaires sont le ministre de l’Éducation, Mohamed Abdullahi, et le ministre d’État pour la présidence, Hassan Moalim Mohamud.

mercredi 9 juin 2010

Colloque sur l’histoire scientifique du Monde Noir

D'aujourd'hui à 18h30 au dimanche 11 juillet à 19h : 7ème Colloque International Kamit Menaibuc : 3 jours de débat, d’histoire, d’analyse et de découvertes Pour apprécier l’histoire scientifique du Monde Noir : Inventions et découvertes issues du Monde Noir :

Comment le public panafricain perçoit-il aujourd’hui les 200 000 ans d’histoire et de découvertes scientifiques du continent africain ? Comment appréhende-t-il la situation économique actuelle de l’Afrique ? Comment perçoit-il son rôle en tant qu’acteur du changement et de la Renaissance Africaine ? Quels sont les liens culturels et économiques entre les Antilles, les Amériques et l’Afrique ?

Animé par des économistes, des chefs d’entreprises, des égyptologues, des historiens et des sociologues panafricains (Afrique, USA, Caraïbes, Europe), ce colloque international sera l’occasion de présenter au public, l’importance de la diffusion de la pensée scientifique en Afrique noire auprès des jeunes générations par la promotion des legs scientifiques et technologiques de africains anciens à la civilisation universelle (écriture, mathématique, architecture, etc.), sans oublier les nombreuses découvertes faites par les inventeurs et les savants noirs de la période post-esclavagiste.

- 15€ / jour - Lieu : Maison des Mines, 279 rue Saint Jacques à Paris 5è - RER B : Luxembourg - Rens : 01 42 63 62 88 http://www.menaibuc.com/

Les États de la Corne de l'Afrique: renforcement et/ou déclin?

L'Institut Français de Géopolitique organise le 1er juillet un colloque sur la Corne de l'Afrique

Résumé : « Aux périphéries de la Corne de l’Afrique. À la recherche des États : nations, territoires, identités en recomposition, en gestation, en formation… L’« Empire du Milieu » de la Corne de l’Afrique. De l’État du roi des rois à la nation des nations : fédéralisme, séparatisme en Éthiopie. »

Renseignements :

* Alain Gascon : adgascon@noos.fr
* Patrick Ferras : patferras@gmail.com
* Géraldine Pinauldt : geraldinepinauldt@hotmail.com

Lieu : Université Paris 8
Institut français de géopolitique
2, rue de la Liberté - 93526 -Saint-Denis
9h30 - 18h00
Bâtiment D - Salle D 002

Programme :
9h30-10h Introduction à la Journée d’études

* Barbara LOYER, directrice de l’IFG
* Alain GASCON, professeur à l’IFG

10h00-12h00 « Aux périphéries de la Corne de l’Afrique. À la recherche des États : nations, territoires, identités en recomposition, en gestation, en formation…

* Jean-Marie PRIGENT, IFG Université Paris 8

« Le Somaliland du quasi-État à l’État reconnu »

* Géraldine PINAULDT, IFG Université Paris 8

« États des Somali : quelle légitimité pour qui ? Les relations complexes entre légitimité, identité et administration du territoire. Exemples croisés de l’État régional Somali d’Ethiopie et du Somaliland »

* Marc FONTRIER, ARESÆ

« Les Somali : des clans et des États »

* Éloi Ficquet, EHESS/CFEE

« Les Afar. Dans quelle mesure bénéficient-il des flux économiques qui traversent leur territoire et s'y implantent ? »

* Cédric BAUDE, IFG Université Paris 8

« Djibouti : quand les enjeux internationaux rappellent aux oppositions internes »

12h00-13h30 Pause déjeuner
13h30-18h L’« Empire du Milieu » de la Corne de l’Afrique. De l’État du roi des rois à la nation des nations : fédéralisme, séparatisme en Éthiopie.

* Patrick FERRAS, IFG Université Paris 8

« L’après-Mängestu et la montée en puissance d’une nouvelle armée de l’État ethnofédéral »

* Perrine DUROYAUME, université Paris 8 et Delphine AYERBE, université Paris 1

« Addis Abäba, capitale en renaissance et ville sous tensions »

* Maxime LACHAL, IFG Université Paris 8

« Hydro-électricité et irrigation : enjeux et impacts sur le lac Tana »

* Marianne COILLOT, IFG Université Paris 8

« Électrification et État en Éthiopie »

Pause café
15h30-16h Information sur les élections législatives et régionales éthiopiennes.

* Alain GASCON, IFG Université Paris 8

« De l’apparition du fédéralisme dans les découpages administratifs en Éthiopie »

* Stéphane ANCEL, Hambourg

« La pérennité des relations Église-État au XXe siècle »

* Wolbert SMIDT, Hambourg

« L'Érythrée - État moderne et antithèse de l'Éthiopie, quelques remarques sur ses liens et « non-liens » historiques avec le Tigray et les conséquences pour aujourd'hui »

* Alain ROUAUD, CNRS/INALCO

« Tegray, Érythrée : l’Éthiopie et le « Nord » »
INTERVENANTS

* Stéphane ANCEL : historien, docteur de l’INALCO,
* Hiob Ludolf Zemtrum für Äthiopistik-Universität Hamburg/Encyclopaedia Aethiopica
* Delphine AYERBE : géographe, doctorante PRODIG Paris 1
* Cédric BAUDE : M1 IFG Paris 8
* Marianne COILLOT : M1 IFG Paris 8
* Perrine DUROYAUME : géographe, doctorante Paris 8
* Patrick FERRAS : doctorant IFG Paris 8
* Éloi FICQUET : anthropologue-historien, EHESS, directeur du Centre français des études éthiopiennes (Addis Abeba)
* Marc FONTRIER : docteur de l’INALCO, secrétaire général de l’ARESÆ
* Alain GASCON : géographe, professeur IFG Paris 8
* Maxime LACHAL : géographe, doctorant IFG Paris 8
* Géraldine PINAULDT : géographe, doctorante Paris 8
* Jean-Marie PRIGENT : M2 IFG Paris 8
* Alain ROUAUD : linguiste-historien, directeur de recherches émérite au CNRS (INALCO-SEDET)
* Wolbert SMIDT : anthropologue-linguiste, Hiob Ludolf Zemtrum für Äthiopistik-Universität Hamburg/Encyclopaedia Aethiopica

mercredi 2 juin 2010

La situation en Côte d'Ivoire agace les Etats-Unis

Le 10 mai dernier Barack obama a nommé un nouvel ambassadeur en Côte d’Ivoire : Philippe Carter III , précédemment employé à Washington au bureau des affaires africaines, en remplacement de Mme Wanda Nesbitt. Il aura pour mission de pousser le président Gbagbo a entamer le processus électoral. Il a déjà travaillé à Madagascar, au Gabon et en Guinée
La lettre du continent rappelle que les Etats-Unis s’implantent largement au Burkina Faso voisin puisque 600 GI étaient mobilisé du 3 au 23 mai à Ouagadougou pour l’opération Flintlock 2010 contre Al Qaïda. Leur but serait de surveiller à partir de la Côte d’Ivoire tout le Golfe de Guinée.
Le report constant des élections semble agacer le président américain, dans un communiqué de presse en date du 20 février l’ambassade indiquait que: « les États-Unis suivent avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation en Côte d'Ivoire depuis la dissolution le 12 février du Gouvernement et de la Commission Electorale Indépendante (CEI). Nous sommes profondément troublés par la flambée de violence du vendredi 19 février 2010 et demandons aux leaders de tous bords politiques de donner le bon exemple et de renoncer publiquement à tous les niveaux à l’usage de la violence comme outil politique. Les leaders politiques de la Côte d’Ivoire ont la responsabilité vis-à-vis du peuple ivoirien à faire des progrès concrets en vue des élections et de la résolution pacifique de la crise politique.

Nous espérons que les consultations entreprises par le Premier Ministre aboutiront à une résolution universelle et acceptable des problèmes. Les progrès obtenus depuis 2007 ont été réalisés grâce aux efforts concertés de toutes les parties permettant de surmonter les défis et les échecs. Nous exhortons les partis politiques et les organisations impliqués dans le processus électoral à renouveler leur engagement sur la base du consensus et à travers une approche non-violente tout en prenant de véritables mesures pour l’organisation rapide des élections justes.
Les Etats-Unis saisissent également cette opportunité pour réaffirmer leur soutien aux efforts de médiation du Facilitateur dont les recommandations offrent une base solide de discussions entre les partis politiques devant déboucher sur des résultats concrets.
Le peuple de Côte d’Ivoire attend depuis plusieurs années l’opportunité de s’exprimer par la voie des urnes et nous espérons que tous les leaders Ivoiriens travailleront afin que cela soit réalisé le plus tôt possible. »

mardi 1 juin 2010

L'Afrique du Sud : un des laboratoires du XXème siècle (La fabrique de l'histoire-France Culture)

Dans quelques jours débutera la coupe du monde de football en Afrique du Sud. Cet évênement permet de (re)découvrir ce pays et France Culture consacre son programme La Fabrique de l'histoire (9h05-10h) à ce pays. 4 émissions sont prévues.
La première émission (réécoutable en post cast ICI) était consacrée à l'invention des camps de concentration à la toute fin du XIX ème siècle. Ainsi la Fabrique s'est rendu à Bloemfontein et à Kimberley, au centre du pays. Bloemfontein a été le lieu du principal camp pendant la guerre des Boers : de nombreux femmes et enfants noirs et boers y ont été internés par l'armée britannique où ils sont morts de malnutrition. Un monument, le National Women's Memorial leur rend hommage ; on trouve également un peu à l'extérieur de la ville un musée de la Seconde Guerre des Boers qui évoque les camps. C'est aussi le lieu où se trouvent les cendres de la britannique Emily Hobhouse qui a visité les camps et a été particulièrement choquée par ce qu'elle a découvert ; de retour en Angleterre elle a essayé d'alerter l'opinion publique de l'existence de ces camps et des conditions de vie au sein de ceux-ci.

Que les camps de concentration soient une invention britannique du début du siècle est un fait plutôt méconnu, qui illustre bien l'aspect « laboratoire » périphérique des puissances européennes. D'autant qu'aujourd'hui le contexte sud-africain permet la redécouverte d'un sujet négligé jusqu'alors : l'existence de camps de concentration pour les Noirs sud africains

Invités : Elria Wessels,spécialiste des camps de concentration pendant la guerre des Boers, Stief Lunderstedt, spécialiste de la guerre des Boers, Abraham Seketi, historien des Noirs dans la guerre des Boers, Aidan Forth, auteur d'une thèse sur le sujet et Jonathan Hyslop, professeur à l'Université de Wits (Johannesburg).

La deuxième emmission : Gandhi et l'invention de la désobéissance civile

Le jeune avocat Gandhi s'est rendu en Inde en 1893, et a été particulièrement choqué par le racisme et les injustices envers les Indiens d'Afrique du Sud. Durant son séjour, il sensibilise les Indiens aux inégalités dont ils sont les victimes ; il affermit également sa pensée, radicalise et théorise ses points de vue. En 1906 au Théâtre Impérial de Johannesburg il appelle pour la première fois à la "satyagraha", la protestation non violente, incitant les Indiens à ne pas aller se faire enregistrer (conformément à ce qu'enjoint la nouvelle loi du gouvernement sud africain). Gandhi a eu une influence profonde sur la communauté indienne sud-africaine, dont il n'a cessé de prendre la défense.
Ainsi, à Johannesburg où il avait son cabinet d'avocat, existent plusieurs lieux qui rappellent la mémoire de Gandhi, son action et sa pensée : le Gandhi Square, ou la maison qdans laquelle il imagina l'action non-violente.
Avec Eric Itzkin , auteur de "Gandhi's Johannesburg", Didier Bayeye, responsable du projet "Satyagraha House" à Johannesburg, Rehanna Vally, professeur à l'Université de Pretoria, Janathan Hyslop, professeur d'histoire à l'université de Wits, Ahmed Kathrada, ancien militant de l'Indian African Congress, membre de l'ANC et ancien détenu à Robben Island.
Source : France Culture