vendredi 30 avril 2010

Sortie de Regard Critique. Spécial Décolonisation


A lire dans le numéro d'avril de Regard Critique (Le Journal des Hautes Etudes Internationales). A télécharger ICI :
- « Les brûlures de la décolonisation » dans les anciennes métropoles françaises et britanniques par SONIA ARAUJO
- Une interview de Jean -Pierre DERRIENNIC
- "Bandung, moment décisif de la décolonisation" par PIERRE-LUC PELLAND-MARCOTTE
- "Le cas CFA : la décolonisation qui n’a pas eu lieu" par Thierry Onga
- " Les indépendances africaines : 50 années après…" par Jean -Marc Fiende
- " Un bilan politique chaotique" par Coffi Dieudonné ASSOUVI
- "Les enfants de Félix peuvent-ils espérer un retour à la normalité ?" par Hervé Bastart
- "La junte militaire pourra-t-elle ramener la démocratie au Niger ?" par Catherine Dandonneau
- "L’OTAN en Afrique" par DAMIAN KOTZEV et Arber Fetiu

Sortie de Regard Critique. Spécial Décolonisation

A lire dans le numéro d'avril de Regard Critique (Le Journal des Hautes Etudes Internationales) A télécharger ICI :

- « Les brûlures de la décolonisation » dans les anciennes métropoles françaises et britanniques par SONIA ARAUJO

- Une interview de Jean -Pierre DERRIENNIC

- "Bandung, moment décisif de la décolonisation" par PIERRE-LUC PELLAND-MARCOTTE

- "Le cas CFA : la décolonisation qui n’a pas eu lieu" par Thierry Onga

- " Les indépendances africaines : 50 années après…" par Jean -Marc Fiende

- " Un bilan politique chaotique" par Coffi Dieudonné ASSOUVI

- "Les enfants de Félix peuvent-ils espérer un retour à la normalité ?" par Hervé Bastart

- "La junte militaire pourra-t-elle ramener la démocratie au Niger ?" par Catherine Dandonneau

- "L’OTAN en Afrique" par DAMIAN KOTZEV et Arber Fetiu

jeudi 29 avril 2010

LRA: A Regional Strategy beyond Killing Kony

Dernières recommandations de l'International Crisis Group sur la LRA de Joseph Kony.

"The Lord’s Resistance Army (LRA) has become a regional problem that requires a regional solution. Operation Lightning Thunder, launched in December 2008, is the Ugandan army’s latest attempt to crush militarily the one-time northern Ugandan rebel group. It has been a failure. After the initial attack, small groups of LRA fighters dispersed in the Democratic Republic of Congo (Congo), South Sudan and the Central African Republic (CAR), where they survive by preying on civilians. National security forces are too weak to protect their own people, while the Ugandan army, with U.S. support, is focused on hunting Joseph Kony, the group’s leader. The Ugandans have eroded the LRA’s numbers and made its communications more difficult. But LRA fighters, though disorganised, remain a terrible danger to civilians in this mostly ungoverned frontier zone. National armies, the UN and civilians themselves need to pool intelligence and coordinate their efforts in new ways if they are to end the LRA once and for all.

As the Juba peace process began to fall apart, President Museveni of Uganda worked hard to convince South Sudan and the Congo to participate in a joint military operation against the LRA. He had to overcome their mistrust of his army, notorious for its past abuse of civilians and illegal resource extraction on its neighbours’ territory. The U.S. lent its diplomatic weight to advance discussions. Even though both South Sudan and the Congo finally agreed, Uganda undermined its chances of success by failing to coordinate with them, giving them little reason to commit to the fight. In the event, bad weather and leaked intelligence caused Operation Lightning Thunder to fail in its primary objective, killing Kony, and a lack of forward planning allowed the LRA to put on a bloody show of force against Congolese civilians.

The LRA has since exploited the inability of the Congo, South Sudan and the CAR to control their border areas. Small, fast-moving groups of fighters attack unprotected villages to resupply with food and clothes and seize new recruits before heading back to the cover of the forest. Killing and mutilating are part of a strategy of terror to dissuade survivors from cooperating with the Ugandan and other armies. Even with the help of U.S. satellite imagery and audio intercepts, the Ugandan army, the only force committed to the chase, has had great difficulty tracking its targets. What was supposed to be a sudden, decisive strike has become a slow and very expensive campaign of attrition across three countries. It has also yielded unacceptably high human costs among local civilians, with virtually no accountability for the failure to protect. The weakness of all three state security forces and the limited means of the UN missions in the Congo and South Sudan have left civilians no choice but to fend for themselves, which in many instances they have done well.

In March 2010, Ugandan intelligence reported that Kony was in the southern Darfur region of Sudan, hoping to receive support from his former benefactor, the Khartoum government. He appears now to have crossed back into the CAR, where the bulk of his forces are, but with the fighters so scattered and mobile, it is difficult to pin down his exact whereabouts or the LRA’s present numerical strength. However, as the Ugandan army slowly kills and captures more of his Acholi officers, Kony’s faithful core is shrinking. This threatens the LRA’s cohesion, which depends on the leadership controlling the rank and file through violence and fear. The audio intercept capability the U.S. has given the army makes communication dangerous by any means other than runner. Despite these organisational stresses, LRA fighters continue to cause appalling suffering even in survival mode and would likely continue to do so even if Kony is caught or killed.

To remove this twenty-year-old cancer, a new strategy is required that prioritises civilian protection; unity of effort among military and civilian actors within and across national boundaries; and national ownership. The LRA’s need for fresh recruits and the ability of civilians to provide the most accurate information on its activities makes protecting them both a moral imperative and a tactical necessity. Only by pooling intelligence and coordinating activities across the entire affected region can the Ugandan army, its national partners, the UN and civilians hope to rid themselves of the LRA. The Ugandan operation and UN missions, however, offer only temporary support to LRA-affected states. The latter need to put structures in place now to ensure they can cope with what is left of the organisation and its fighters when foreign militaries leave.

Moreover, even complete victory over the LRA would not guarantee an end to insecurity in northern Uganda. To do that, the Kampala government must treat the root causes of trouble in that area from which the LRA sprang, namely northern perceptions of economic and political marginalisation, and ensure the social rehabilitation of the north.

RECOMMENDATIONS

Regarding civilian protection

To the Ugandan and U.S. Governments:


1. Adopt a new strategy that prioritises civilian protection. Review the operation every four months to assess civilian casualties and increase civilian protection measures accordingly.

2. Set a clear goal and timeline for the operation, such as the neutralisation of the LRA leadership within one year.

To the Governments and Armies of Uganda, the Congo, the CAR and South Sudan, the UN Mission in Congo (MONUC) and the UN Mission in Sudan (UNMIS):


3. Deploy more soldiers and logistical support to LRA-affected areas to provide safe havens by increasing joint day and night patrols in villages, on frequently used routes and especially in larger settlements.

4. Work with civilians to set up unarmed and voluntary community security committees in the Congo and increase the capacity of self-defence groups in South Sudan and the CAR.

5. Rehabilitate roads in LRA-affected areas.

6. MONUC and UNMIS should deploy permanent joint protection teams to monitor human rights abuses committed in LRA-affected areas, and the Congolese government should urgently enforce discipline within the regiments deployed in Haut- and Bas-Uélé, encourage civilian oversight structures to monitor human rights abuses by its soldiers and punish and withdraw offenders from the field.

Regarding unity of effort among military and civilian actors within and across national boundaries

To the U.S. Government:

7. Deploy a team to the theatre of operations to run an intelligence platform that centralises all operational information from the Ugandan and other armies, as well as the UN and civilian networks, and provides analysis to the Ugandans to better target military operations.

To MONUC and UNMIS:

8. Create a regional team with members in both the Congo and South Sudan dedicated to gathering, analysing and sharing information on LRA activities and advising on how best to protect civilians.

To the UN Security Council:


9. Give the UN mission in the CAR and Chad (MINURCAT) a new mandate to remain in the CAR, deploy to the south east and join the MONUC/UNMIS regional team dedicated to gathering, analysing and sharing information on LRA activities and advising on how best to protect civilians.

10. Ensure that the planned and gradual drawdown of MONUC leaves sufficient forces in the LRA-affected areas in the Congo.

Regarding national ownership

To the Ugandan Army, MONUC, UNMIS and MINURCAT:

11. Work more closely with the Congolese, South Sudan (SPLA) and CAR armies through joint patrols and offensive operations, in full compliance with the UN’s conditionality policy on support to national armies, and by sharing information so they gain a full understanding of the operation and improve their counter-insurgency tactics.

To the Governments of the Congo, South Sudan (GoSS), and the CAR:

12. Instruct local authorities, police and the security forces to work with communities in the support of self-defence groups; local administrators should register all members, agree in writing on their specific tasks, plan and monitor group activities carefully.

Regarding the root causes of the problem in northern Uganda

To the Ugandan Government:

13. Bring closure to the LRA conflict and minimise the risk of a successor insurgency by implementing the provisions of the agreements negotiated but not finally signed in Juba which relate to reconstructing the north, bringing the worst perpetrators to justice and reconciling civilians with former fighters.

To Donors:

14. Finance a disarmament, demobilisation and reintegration (DDR) program for LRA combatants and a regional communication campaign and support humanitarian relief and long-term development programs implemented in an accountable and transparent manner in northern Uganda."

mercredi 28 avril 2010

Fin de la réunion historique entre les États-Unis et l’Union africaine


L’ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union africaine, M. Michael Battle, et le président de la Commission de l’Union africaine, M. Jean Ping, ont tous deux qualifié d’événement « historique » et de succès retentissant le premier tour des Réunions bilatérales à haut niveau entre les États-Unis et l’Union africaine.

MM. Battle et Ping ont fait ces déclarations devant des journalistes réunis le 23 avril au Centre de la presse étrangère à Washington, à la fin de deux jours d’entretiens dans la capitale des États-Unis.
« C’est la première fois que nous tenons des consultations à ce niveau », a indiqué M. Battle, et nous espérons voir une gamme complète de relations substantielles s’épanouir entre l’Union africaine, en tant qu’organisme régional à l’échelle continentale, et le gouvernement des États-Unis. »

Lors de la conférence de presse, M. Ping a déclaré qu’il joignait sa voix à celle de l’ambassadeur Battle en qualifiant « d’historique » le premier échange de ce genre entre les parties. « Cette réunion a été très fructueuse pour nous », a dit M. Ping en remerciant le gouvernement Obama pour avoir organisé ces premières consultations bilatérales.
Bien que les États-Unis maintiennent depuis longtemps des relations bilatérales avec les divers pays du continent, les entretiens É.-U.-Union africaine représentaient la première occasion qu’ont eue les deux parties de forger « un partenariat solide », a souligné M. Ping. « Nous avons déjà un tel partenariat avec l’Union et la Commission européennes et leurs États membres. Nous en avons de pareils avec le Japon, la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, l’Amérique latine et aussi la Turquie. Alors nous avons pensé que nous devions forger un partenariat semblable avec la principale économie du monde. »
« Nous sommes très satisfaits du fait que nous avons atteint notre objectif, qui était d’échanger nos points de vue avec le gouvernement américain dans tous les domaines : paix et sécurité sur le continent ; développement du continent ; principes communs sur le continent et d’autres questions afférentes, notamment culturelles et sociales », a ajouté M. Ping.

Le président de la Commission de l’Union africaine a indiqué qu’une sixième région venait de s’ajouter aux cinq qui constituent l’Afrique, et c’était celle de la diaspora africaine aux États-Unis. « Celle-ci, dit-elle, est très, très importante. Alors vous pouvez imaginer jusqu’à quel degré nous avons l’intention d’approfondir nos relations avec les États-Unis, et cette rencontre a été des plus fructueuses. »
M. Ping a expliqué que les États-Unis et l’Union africaine faisaient tous deux face à des défis mondiaux, l’une des raisons parmi d’autres nécessitant de telles relations multilatérales.

« Il y a le problème du terrorisme (…) du trafic de stupéfiants (…) de la traite des personnes (…) tous ces problèmes mondiaux auxquels nous devons faire face. Quant à leur solution, il n’existe aucun pays, aucun continent, capable, à lui seul, de la trouver. La coopération est impérative. Aux problèmes mondiaux, il nous faut des solutions mondiales. »

L’ambassadeur Battle a souligné que cette première série de réunions bilatérales entre les États-Unis et l’Union africaine ne remplaçait nullement les relations bilatérales que les États-Unis entretenaient avec presque tous les pays africains, mais qu’il était nécessaire, ainsi que l’avait dit M. Ping, de tenir de telles réunions générales afin d’aborder les questions et les problèmes transnationaux, qui débordent les frontières, tels que les trafics illicites de tous ordres et la sécurité alimentaire.

À cette observation, M. Ping a ajouté : « Si l’on voulait parler de changement climatique, ou de commerce extérieur, aucun pays africain à lui seul ne pourrait se faire entendre, sa voix serait trop faible (…) Lorsque nous parlons collectivement, (…) nous représentons un certain pouvoir. »

Lors d’un entretien accordé à America.gov avant la conférence de presse, M. Battle a qualifié de « très significatives » les relations entre les États-Unis et l’Union africaine. Les réunions de haut niveau, a-t-il dit, permettent aux deux parties de « concrétiser une relation qui a été très productive, mais qui, à plusieurs égards, n’avait pas de teneur officielle ».

C’est l’une des raisons pour lesquelles figuraient, à l’ordre du jour, des discussions au siège de divers organismes fédéraux, notamment le ministère de la justice, le ministère de la santé et des services sociaux et la Société du compte du millénaire (MCC). Des réunions ont également été organisées avec la diaspora africaine de Washington.

M. Battle a dit que les réunions bilatérales États-Unis-Union africaine « permettent d’aborder les questions transnationales, qui ont acquis beaucoup d’importance », ajoutant que M. Ping lui a déclaré, à la fin de la première journée d’entretiens, que les attentes de l’Union africaine avaient déjà été dépassées. Le diplomate attribue cette estimation à la franchise et à l’ouverture qui ont caractérisé les conversations :

« Il y a eu de très nombreux échanges de points de vue entre la délégation africaine et les représentants des États-Unis. Cela m’a fait réellement plaisir. Ce qui me fera encore plus plaisir, c’est si nous arrivons à faire le suivi dont nous devons nous occuper d’ici l’année prochaine (…) »

Un cadre de travaux et de discussions de suivi a déjà été dressé pour la prochaine série d’entretiens en 2011, a-t-il indiqué.

SOURCE

US Department of State

mardi 27 avril 2010

Omar El-Béchir réélu à la tête d'un régime difficile à cerner


On s’y attendait c’est confirmée, avec 68,24% des voix, le président soudanais Omar el-Béchir a été reconduit à la tête du Soudan, hier lors de son premier test électoral après 21 ans de pouvoir. "En ce jour, je remercie Dieu parce que c'est lui qui donne la victoire. Ce n'est pas une victoire pour le NCP (Parti du congrès national) seul, mais pour tous les Soudanais" a-t-il déclaré.

Le Soudan est un géant aux pieds d’argile. Il a tous les attributs d’une puissance régionale : c’est le plus vaste pays d’Afrique, c’est un pays stratégiquement situé, au carrefour du monde arabe et de l’Afrique, c’est aussi un important producteur de pétrole, et son potentiel agricole et minier est également important. Pourtant ce pays est fragile. Le Soudan est une mosaïque de peuples (572 langues), son pouvoir est contrôlé depuis l’indépendance par les Arabes, minoritaires (30% de la population) et surtout le pays est divisé entre un centre plutôt favorisé et des périphéries marginalisées : Sud, mais aussi Est et Ouest (Darfour), qui se rebellent. Plus qu’une guerre de religion entre un Nord islamique et un Sud chrétien et/ou animiste, ce sont plutôt deux cultures, une tribale traditionaliste au Sud et une arabo-musulmane au nord, qui s'opposent. On peut aussi y analyser une opposition entre le Centre (concentrant tous les infrastructures, les banques...) et la périphérie (les ressources pétrolières sont au sud et à l’ouest). En outre, la crise du Darfour a remis en cause la grille d’analyse traditionnelle qui permettait d’expliquer la situation au Soudan par le clivage Nord (musulman) /Sud (chrétien). Il est donc difficile de comprendre le fonctionnement du régime soudanais. Petit rappel des faits :

L’ISOLEMENT DU POUVOIR ISLAMISTE SOUDANAIS DANS LES ANNEES 1990

En 1989, le général Omar el-Béchir, sous l’influence d’Hassan al-Tourabi (photo)  et du Front National Islamique (FNI), arrive au pouvoir après un coup d’Etat. 1989 représente une véritable césure islamiste dans le pays. L’islam politique d’inspiration wahhabite triomphe représenté par Hassan el Tourabi, chef du Front National Islamique. Ses ambitions et son activisme l'avaient mené à sa perte, au moment où le pouvoir projetait de briser son isolement international. Ainsi, Hassan el Tourabi est mis à l’écart en 1999.
Au niveau international, dès 1989, le Soudan dispose d’une mauvaise image internationale. Le régime a même été soupçonné de soutenir le terrorisme islamiste en accueillant Ben Laden. En réponse la communauté internationale se veut très ferme. Ce statut « d’Etat–paria » favorise le rapprochement de Khartoum avec certains pays asiatiques (Chine, Malaisie, Inde), notamment dans le secteur pétrolier et minier.

LE REGIME S’OUVRE ET SORT DE SON ISOLEMENT AU DEBUT DU XXIEME SIECLE.


Entre août 1998 et septembre 2001, un changement important se fait dans l’équilibre interne du pouvoir à Khartoum. Avant 1998, le régime avait mobilisé à la fois une approche traditionnelle de la sécurité nationale, centrée sur l’État, et une approche panislamiste plus radicale. Deux approches qui, suivant les périodes, étaient soient rivales soient associées. En décembre 1999, le président Bechir suspend l’Assemblée nationale, écarte Tourabi et purge le parti unique (le Congrès national) des plus importants partisans de ce dernier.

Depuis les années 1980 on peut remarquer que les islamistes soudanais aiment séduire, manipuler et infiltrer. Ils fonctionnent comme une société secrète. Officiellement, c’est le président Omar el-Béchir qui gouverne. L’alliance, créée en 1989, avec le FNI se poursuit. L’armée occupe la plus haute fonction de l’Etat, elle s’enrichit et investit dans le secteur pétrolier et la finance.

Voir : Omar El Bechir est l'objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale depuis le 4 mars 2009, article ICI
La nouvelle stratégie américaine pour le Soudan ICI

lundi 26 avril 2010

Microcrédit : Reportage - Ethiopie. Une banque pour les plus pauvres



Les plus pauvres du monde peuvent changer leur vie, grâce au micro-crédits. En Ethiopie, une “Banque des pauvres”, soutenue par plusieurs organisations européennes, est parmi les meilleures institutions de ce secteur. La micro-finance pourrait pourtant encore tripler ses efforts, car les besoins restent largement insatisfaits.

dimanche 25 avril 2010

Gazprom à l'assaut du marché gazier ouest-africain

Nous reproduisons aujourd'hui un article du journal Les Afriques :
"La filiale libanaise de Gazprom va mobiliser 25 millions de dollars pour investir en Guinée. Des assurances ont été obtenues lors d’un entretien récent entre le président intérimaire Sekouba Konaté et les responsables de la multinationale russe. (...)


Selon des sources bien informées, une délégation de la filiale russe compte se rendre à Conakry le 7 mai prochain pour tâter le terrain avant de passer à l'offensive. Une première entrevue avait eu lieu à Paris, début avril dernier, entre le président intérimaire, le général Sékouba Konaté et les responsables de la filiale Gazprom Liban. Ces derniers avaient émis des intentions sérieuses d'investir dans l'extraction et le transport du gaz en Guinée.
Durant ces discussions, les responsables de Gazprom Liban ont beaucoup insisté sur le climat de l'environnement des affaires (...). Une première tranche des fonds à hauteur de 5 milliards de Fcfa (soit 10 millions de dollars) pourrait être libérée avant le démarrage de la campagne présidentielle guinéenne à la fin mai 2010. Mais seulement à condition que le gouvernement issu des élections prochaines du 27 juin 2010 assure la continuité du dispositif d'investissement. En décidant d'investir en Guinée, comme une porte d’entrée, Gazprom Liban prend ses marques au Sud du Sahara. Le groupe affiche de sérieuses ambitions de conquérir une partie du marché gazier ouest-africain où il compte investir jusqu’à 250 millions de dollars. Une mise qui pourrait rapporter gros. "

"Une nouvelle Conférence de Berlin dédiée aux mines ?, s'interroge Africa intelligence. Mais cette fois-ci, le partage des richesses ne se limiterait plus aux anciennes puissances coloniales de 1885."

mardi 20 avril 2010

L'aide au développement de l'Union Européenne

Demain dans les Enjeux Internationaux : l''aide publique au développement des pays européens est-elle menacée par les effets de la récession mondiale?
Thierry Garcin recevra Serge Michailof : Enseignant à Sciences Po. A travaillé six ans dans une société d'ingénierie spécialisée dans les pays en développement dont il dirigea le bureau d'études. A partir de 1975, il partage sa carrière entre l'Agence Française de développement où il était encore récemment le Directeur exécutif chargé des Opérations et la Banque Mondiale à Washington où il a été l'un des directeurs opérationnels. Il a vécu la moitié de sa vie hors de France et a travaillé dans plus de 50 pays du Sud.

lundi 19 avril 2010

Sortie du rapport "Guerre cruelle, paix cruelle : Exactions perpétrées par Al-Chabaab, le Gouvernement fédéral de transition et l'AMISOM en Somalie"


Le groupe armé islamiste Al-Chabaab fait subir aux habitants du sud de la Somalie des meurtres, des châtiments cruels ainsi qu'un contrôle répressif de leur vie sociale, a indiqué Human Rights Watch dans un rapport publié hier. Dans la capitale les forces d'Al-Chabaab, du Gouvernement fédéral de transition (GFT) et de l'Union africaine (UA) continuent à mener des attaques aveugles, tuant et blessant de nombreux civils.

Le rapport de 62 pages, « Harsh War, Harsh Peace: Abuses by al-Shabaab, the Transitional Federal Government, and AMISOM in Somalia » (« Guerre cruelle, paix cruelle : Exactions perpétrées par Al-Chabaab, le Gouvernement fédéral de transition et l'AMISOM en Somalie »), constate que les forces d'Al-Chabaab ont apporté une plus grande stabilité dans de nombreuses parties du sud de la Somalie, mais à un coût élevé pour la population locale - en particulier les femmes. S'appuyant sur plus de 70 entretiens menés auprès de victimes et de témoins, le rapport décrit des châtiments sévères notamment des amputations et des flagellations, qui sont infligés couramment et sans procédure régulière.

Les principaux acteurs internationaux ont souvent joué un rôle contre-productif dans la crise et ont minimisé les abus commis par les troupes de l'UA déployées à Mogadiscio pour protéger le fragile gouvernement de transition de la Somalie, a déploré Human Rights Watch.

De nombreuses autorités locales d'Al-Chabaab consacrent une énergie extraordinaire à contrôler la vie personnelle des femmes et à empêcher tout mélange des sexes. Plusieurs femmes ont expliqué qu'elles avaient été battues, fouettées ou emprisonnées pour avoir vendu du thé afin de subvenir aux besoins de leur famille, parce que ce travail les met en contact avec des hommes. Dans d'autres cas, des femmes ont été battues pour avoir omis de porter le type précis d'abaya - un vêtement ample les couvrant de la tête aux pieds - prescrit par les décrets locaux. Souvent, les femmes ne portent pas l'abaya non par défi mais parce que leurs familles n'en ont tout simplement pas les moyens.

Al-Chabaab a soumis des jeunes gens et des garçons à des abus tels que le recrutement militaire forcé et un contrôle social strict.

L'intervention des puissances extérieures en Somalie s'est souvent avérée contre-productive pour restaurer la sécurité
. Le fort soutien dont bénéficie le gouvernement de transition de la part des États-Unis, de l'UE, de l'UA et du Bureau politique de l'ONU pour la Somalie a conduit ces acteurs à condamner rapidement les graves abus commis par Al-Chabaab, mais à fermer manifestement les yeux sur les abus commis par le gouvernement de transition et par les forces de l'UA. Le gouvernement américain a envoyé des mortiers aux forces du gouvernement de transition à Mogadiscio, même si aucune des parties au conflit n'a utilisé les armes en conformité avec les lois de la guerre.

Le Kenya, pays voisin de la Somalie, a sous de faux prétextes contribué au recrutement de jeunes Somaliens dans les camps de réfugiés pour qu'ils deviennent des combattants, en violation du statut humanitaire des camps. L'Érythrée, dans le but de porter atteinte aux intérêts régionaux de son adversaire politique, l'Éthiopie, a aidé Al-Chabaab à se procurer des armes.

Lancement de l’Année de la paix et de la sécurité en Afrique

La Commission de l’Union Africaine (UA), de concert avec le Royaume du Swaziland, a lancé hier l’Année de la paix et de la sécurité en Afrique à l’occasion de la célébration d’une double cérémonie organisée au palais royal à Ebuhleni.

Le Swaziland, qui a connu trois siècles de paix, a fait du rétablissement de la paix dans la sous-région une priorité absolue, souligne t-on.
« La paix et la sécurité dans la région constituent la pierre angulaire de la politique étrangère du Royaume du Swaziland. Donc, ce n’est pas un hasard si le Swaziland fait partie des premiers pays membres de l’UA à célébrer l’Année de la paix et de la sécurité en Afrique », a noté le Roi Mswati III dans un communiqué.

Le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, a exprimé ses remerciements à l’endroit du Roi ainsi que du peuple swazi pour leur contribution au rétablissement de la paix aussi bien dans le Royaume que dans la sous-région de la SADC, et a également décliné la signification dévolue à l’Année de la paix et de la sécurité.
« L’Année de la paix et de la sécurité offre une opportunité sans précédent pour évaluer les efforts consentis dans le domaine de la paix sur le continent, en vue de les renforcer, par le biais de nouvelles initiatives, si nécessaire. Tout en se félicitant des acquis de la précédente décennie, l’Union Africaine, à travers son programme pour l’Année de la paix et de la sécurité, vise à relever les défis actuels afin de permettre aux différents acteurs de contribuer au rétablissement de la paix », a estimé M. Jean Ping.

La campagne dénommée « Œuvrer pour la Paix » qui a été lancée par l’UA dans le but de promouvoir la paix à travers le continent africain, à l’occasion de la Journée de la Paix, célébrée le 21 septembre, constitue un des temps forts dans la célébration de l’Année de paix et de sécurité en Afrique.
L'objectif de cette évènement est de mobiliser les 53 Etats membres face aux conflits qui handicapent le développement du continent. Pour M. Ping, "bien que des progrès significatifs aient été accomplis dans la résolution des conflits en Afrique, de larges parties du continent demeurent encore sous l'emprise des conflits, de l'insécurité et de l'instabilité, avec les conséquences humanitaires et socio-économiques qui en résultent".
Parmi les objectifs de l'Année de la paix et de la sécurité, M. Ping souhaite "conférer une plus grande visibilité aux efforts" déployés par l'UA et "accélérer la mise en oeuvre des engagements pris par les États membres" à l'égard de l'organisation.
Le Burundi a célébré quant à lui samedi au Burundi cette première journée panafricaine dédiée par l'Union africaine (UA) à la paix, en procédant à l'incinération d'une centaine d'armes de guerre au stade municipale de Buyenzi, dans le centre-ville de Bujumbura.Source : APA

Le plus jeune roi du monde couronné en Ouganda...

Les Afriques vient de publier un article sur Oyo Nyimba Kabamba Iguru Rukidi IV qui a 18 ans vient d'être couronné, roi de Toro, un petit royaume dans l’Ouest de l’Ouganda, à la frontière de la République démocratique du Congo.
La monarchie a été restauré en 1993 par Musevini, l'actuel président ougandais. L’intronisation s’est faite en présence de ce dernier en quête de soutiens pour un quatrième mandat en 2011 et des représentants de l’Afrique du Sud et du Nigeria.
L'article nous apprend qu'"Oyo Rukidi IV succède à son père, décédé d’une crise cardiaque en 1995 alors qu’il n’avait que 3 ans. Bien que son autorité soit symbolique et culturelle, le jeune roi est influent avec, bien avant son intronisation, des amitiés bien établies avec certains chefs d’Etat africains dont le guide libyen qui l’a invité à plusieurs reprises et qui a gracieusement reconstruit le palais royal de Fort-Portal. Parmi les tâches les plus urgentes pour le jeune roi, assurer l’équilibre entre les 94 clans de son petit royaume. Le roi devra toutefois s’absenter dès le mois de septembre prochain pour suivre des études à l’Université. Le Toro fait partie des cinq royaumes restaurés symboliquement par le président Museveni en 1994."

samedi 10 avril 2010

"Congo: l'enlisement du projet démocratique" par l'ICG


Le dernier Policy Briefing de l'International Crisis Group est paru le 8 avril. Vous pouvez les télécharger ICI.
Résumé : "La consolidation de la démocratie en République démocratique du Congo (RDC) est entravée dans presque toutes ses dimensions et le régime congolais reste fragile. Lorsque Joseph Kabila (photo) est devenu le premier président élu démocratiquement en 2006, la communauté internationale a considéré cette élection comme une avancée majeure du processus de paix.

Aujourd’hui, l’équilibre des pouvoirs est quasiment inexistant. Le cabinet présidentiel a pris l’ascendant sur le gouvernement, le parlement et le pouvoir judiciaire. Les libertés fondamentales sont fréquemment menacées et des réformes institutionnelles essentielles – la décentralisation et la réforme du secteur de la sécurité – n’ont pas significativement progressé.

A moins que les autorités politiques congolaises ne redonnent en 2010 un nouvel élan à la transformation démocratique et au renforcement des institutions, les avancées obtenues durant la période de transition et l’effort international consenti pour stabiliser ce géant régional sont compromis. Les partenaires extérieurs du Congo doivent remettre la démocratisation et la réforme institutionnelle au centre de leur dialogue avec le gouvernement de Joseph Kabila et ils doivent lier l’aide au développement qu’ils lui accordent aux progrès enregistrés sur ces sujets.

En 2006, pour la première fois dans l’histoire de la RDC, les Congolais choisissent leurs dirigeants nationaux et provinciaux à travers des élections crédibles. L’année précédente, ils ont adopté par référendum la constitution la plus démocratique de leur histoire. Elle traduit une détermination apparente à rénover radicalement la gouvernance politique et économique et à reconnaître les aspirations démocratiques inassouvies depuis l’indépen­dance. La mise en œuvre de cette nouvelle constitution nécessite des réformes institutionnelles fondamentales, telles que la décentralisation et la refonte des structures de sécurité.

L’origine de ce dessein politique remonte aux négociations de Sun City qui mirent fin à des années de guerre civile et à la Conférence souveraine du début des années 1990. Il associe le retour d’une paix durable au Congo à l’équilibre des pouvoirs entre le gouvernement central et les provinces, tout autant qu’à l’établissement de véritables contre-pouvoirs à leur niveau respectif.

Kabila a obtenu un mandat de cinq ans en s’associant à cette vision durant la campagne électorale. Il s’est engagé à redresser un Etat défaillant et à combattre la corruption ; il a proposé un programme de reconstruction du Congo suivant cinq priorités stratégiques : les infrastructures, la santé, l’éducation, l’habitat et l’emploi ; il a promis de promouvoir la démocratisation, notamment en respectant l’Etat de droit et en organisant des élections locales. Presque quatre ans plus tard, le constat est néanmoins accablant. La présidence a entrepris d’étendre son pouvoir sur les autres branches de l’Etat et entretient des réseaux parallèles de prise de décision.

L’exécutif conduit une campagne anti-corruption orientée politiquement qui met en cause l’indépendance de la justice. Le régime utilise les moyens financiers et les outils de coercition à sa disposition pour éliminer les contestations et pour réduire les insurrections locales qui éclatent depuis 2006. Kabila examine la possibilité de modifier la constitution sous le prétexte de résoudre les difficultés rencontrées dans la mise en place de la décentralisation. Tout amendement constitutionnel ayant pour effet de concentrer davantage de pouvoir à la présidence ou de limiter les expressions dissidentes menacerait cependant un système de contre-pouvoir déjà très affaibli. Il est aujourd’hui peu probable que les élections locales se tiennent avant la fin de la législature courante, ce qui risque de compromettre le respect du délai constitutionnel de la fin 2011 pour tenir les élections générales.

Malgré cette tendance autoritaire, la communauté internationale, qui s’est pourtant beaucoup investi dans le processus de paix, est demeurée globalement silencieuse. Les autorités nationales sont extrêmement sensibles aux signes assimilables à une tutelle extérieure. Invoquant le principe de souveraineté, le gouvernement congolais demande le retrait rapide de la mission de maintien de la paix des Nations unies (MONUC) d’ici l’été 2011 et annonce qu’il prendra en charge l’organisation des prochaines élections générales. Il négocie l’allégement de la dette congolaise qu’il espère obtenir avant les célébrations du cinquantième anniversaire de l’indépendance prévues pour le 30 juin 2010.


Compte tenu de la taille du pays et des tensions politiques internes déjà existantes, la RDC est sujette à des rébellions locales alimentées par des querelles intercommunautaires. Certaines insurrections ont démontré un potentiel suffisant pour entraîner une perte de contrôle des autorités. Dans ce contexte, une nouvelle stratégie internationale doit être conçue pour relancer le mouvement de consolidation démocratique et pour prévenir de nouveaux risques de déstabilisation.

Poursuivre le projet démocratique est indispensable pour stabiliser le Congo à moyen et à long terme. Produire un nouvel élan susceptible d’inverser la tendance actuelle exige que les réformes institutionnelles et le programme législatif cessent d’être uniquement considérés sous leurs aspects techniques. Ils représentent d’abord un véritable test de la volonté politique du gouvernement d’améliorer les pratiques de pouvoir et ils doivent constituer un élément central de tout dialogue portant sur l’attribution de nouvelles aides internationales. Les étapes suivantes sont nécessaires pour relancer la transformation démocratique :

* Entamer immédiatement la préparation des élections générales de 2011. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) doit être établie rapidement et un budget adéquat doit simultanément lui être attribué. Dans l’intervalle, les autorités électorales actuelles doivent présenter un plan opérationnel clair pour ces élections qui servira de base de discussion avec les bailleurs de fonds.
* Institutionnaliser la lutte contre la corruption. Une stratégie de lutte contre la corruption fondée sur les efforts de la société civile et les expériences enregistrées dans d’autres pays sortant d’une période de conflit doit être élaborée et mise en œuvre par des agences indépendantes nouvellement crées.
* Garantir les droits fondamentaux à travers la loi et les institutions. Le parlement doit créer une Commission nationale des droits de l’homme comme indiqué dans la constitution, réviser le code pénal pour se conformer à la convention des Nations unies contre la torture, limiter les pouvoirs de l’agence nationale de renseignement (ANR), et passer une loi protégeant les journalistes, les militants des droits de l’homme et les victimes et témoins de violations des droits de l’homme.
* Harmoniser le processus de décentralisation avec le renforcement de capacités et la dotation budgétaire des provinces et des gouvernements locaux. Le gouvernement de Kinshasa doit mettre en place une commission d’experts nationaux et internationaux pour explicitement décider quand et comment se tiendront les élections locales. Dans le cas où ces élections ne peuvent avoir lieu avant les élections générales de 2011, un nouveau calendrier doit alors être élaboré.
* Etablir un partenariat clair entre la communauté internationale et le gouvernement congolais sur la réforme du secteur de la sécurité. Une dimension politique doit compléter l’approche technique actuelle. Des critères d’évaluation doivent être élaborés pour mesurer les progrès réalisés et appliquer une approche d’assistance conditionnée.
* Lier l’aide au développement à la gouvernance démocratique. Considérant le rôle essentiel joué par les bailleurs de fonds au Congo, ceux-ci doivent se servir de leur influence financière et politique pour soutenir le processus de construction d’institutions démocratiques. Les nouveaux partenaires asiatiques du Congo doivent être encouragés à inscrire leurs interventions dans cette perspective dans la mesure où ils ne peuvent que bénéficier de l’existence d’un régime plus stable et efficace avec lequel coopérer et commercer."

Les Etats riches en ressources naturelles s'arment de plus en plus (SIPRI)


Le SIPRI Yearbook 2009 est sorti (téléchargez ICI) il contient : "une combinaison de données originales dans des domaines tels les dépenses militaires, les transferts d’armes internationaux, la production d’armements, les forces nucléaires, les conflits armés majeurs et les opérations multilatérales de maintien de la paix, et d’analyses sur les aspects importants du contrôle des armements, de la paix et de la sécurité internationales."
Cette année l'institut constate qu'une course aux armements a opposé ces cinq dernières années des pays pourtant pauvres où l'argent consacré à l'achat d'armes, avions de combat en tête, aurait pu être utilisé à meilleur escient et de souligner également qu'au niveau planétaire, les ventes d'armes ont été supérieures de 22% à ce qu'elles ont été en 2000-2004. A l'échelle mondiale toujours, "les avions de combat ont représenté 27% du volume total de transferts d'armes" sur la période étudiée. "Les commandes et les livraisons de ces armes potentiellement déstabilisantes ont conduit à une course aux armements dans des régions où règne la tension: Proche-Orient, Afrique du nord, Amérique du sud, Asie du sud et Asie du sud-est", note le Sipri. Selon le responsable de l'enquête, Paul Holtom, au cours des cinq années passées "les Etats riches en ressources naturelles ont acheté des quantités considérables d'avions de combat à prix élevé. Les pays voisins ont réagi à ces acquisitions en passant commandes à leur tour".
La part de l’Afrique dans le commerce mondial des armements ne dépasse pas 7 %. C’est en Afrique du Sud que la progression est la plus forte, en raison des mesures de sécurité exceptionnelles prises à l’occasion de la Coupe du monde de football. La valeur de ses importations d’armements avoisine 2,2 milliards pour la période 2005-2009 (+ 4 600 %, record absolu). Mais d’autres pays africains achètent eux aussi énormément :
- le Tchad (+ 826 %),
- la Guinée équatoriale (+ 426 %),
- le Mali (+ 328 %),
- la Namibie (+ 258 %),
- le Nigeria (+ 161 %)…

mercredi 7 avril 2010

Après Amin Dada, l’Armée de Résistance du Seigneur sème la terreur


La LRA (Lord Resistance Army), la plus vieille rébellion du continent africain, fait tragiquement reparler d’elle par des attaques répétées depuis février dans les pays voisins de l’Ouganda. Ces attaques auraient fait plus de 200 morts depuis 2008 dans l’Est de la République Centrafricaine (RCA) et près de 300 morts (320 selon un récent rapport de l’organisation Human Rights Watch) fin 2009 dans le Nord Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Le mode opératoire est toujours le même : les combattants évoluent dans la zone frontalière reliant l’Ouganda, le Soudan, la RDC et la Centrafrique, et de villages en villages prennent des otages et des biens de valeurs. Pour le ministre Délégué à la Défense nationale centrafricaine : « C'est une guerre qui nous est imposée ». La RCA, incapable de faire face à cette nouvelle déstabilisation sur son territoire, a donné son feu vert en juin 2009 pour que l'armée ougandaise poursuive la LRA sur son territoire.

Origines de la rébellion
La LRA est active depuis l’arrivée au pouvoir de Museveni en 1988, après une période de guerres civiles et de coups d’Etats opposant les ethnies du nord et celle du sud (Obote, Amin Dada…), elle figure sur la liste américaine des groupes terroristes à combattre. Cette guerre est la plus ancienne de la région et entrave les perspectives d’avenir.
Au départ, ce mouvement est un mouvement populaire d’autodéfense des populations Acholi du nord du pays (carte ci-dessous), face à la prise de pouvoir de Museveni, et donc des ethnies du Sud-ouest. Son objectif est de remplacer le pouvoir de Museveni par un pouvoir basé sur la bible. L’Ouganda a été marqué par le clivage entre protestants et catholiques. L’une des particularités du pays est d’avoir été construit par le colonisateur britannique sur la base de la juxtaposition au sein d’un même territoire de l’aire géographique nilotique et soudanaise face à l’aire Bantou. Bien qu’associées, ces deux parties ont été maintenues dissociées au niveau géographique, politique et administratif jusqu’à l’indépendance du pays. Comme le rappelle Bernard Calas : « L’Ouganda est le produit d’une histoire particulière qui va transformer un blanc cartographique en un territoire limité et soumis à une même tutelle politico-administrative. Son devenir contemporain y trouve ses racines ». Le problème récurrent est donc de maintenir l’unité entre ces deux parties régionales qui luttent pour le pouvoir. Le territoire actuel était au départ composé de plusieurs royaumes et le pays tel qu’il est aujourd’hui a été construit par ajustements successifs.
La LRA s’est formée à partir du mouvement millénariste d’Alice Auma, le Holy Spirit Movement (HSM). La prêtresse se disait possédée « par l’esprit Lakwena (=messager) qui lui ordonne de constituer [des] forces armées [...] pour renverser le gouvernement » ainsi que pour « purger le monde du pêché et construire un monde nouveau où seront réconciliés l’homme et la nature» (Behrend). Pour Brett la répression exercée par la NRA ((National Resistance Army, branche armée du mouvement de Museveni) sur les populations Acholis crée une transition au sein du HSM, d’une dynamique d’expiation de la culpabilité vers une dynamique de rébellion. Le sociologue Behrend explique la multiplication des conflits dans la région et les discours sur la sorcellerie ont produit un phénomène de « moral panic », « dans [un] contexte de terreur générale et de menace intérieure et extérieure à la communauté » et le HSM proposait des solutions morales. La prêtresse prend ensuite le nom d’Alice Lakwena. Le HSM prêche un syncrétisme mêlant christianisme, islam et religions traditionnelles. Les combattants acceptaient de se soumettre à un rituel de purification où ils étaient aspergés d’une eau leur assurant la protection des esprits même contre les balles !
A l’origine l’armée, comptant près de 10 000 combattants (beaucoup d’anciens militaires attirés par le repentir et parce qu’ils craignaient de connaître la marginalisation politique et la discrimination), rencontre de nombreux succès et entame une marche vers la capitale. Elle est défaite à 60km de Kampala en 1987 et Alice Lakwena s’exile au Kenya. Les troupes rejoignent plusieurs mouvements qui succèdent aux HSM dont celui de Joseph Kony (photo). Ce dernier emprunte la plupart des idées, du discours et des méthodes du HSM cependant la LRA est moins messianiste. Dans les mouvements de rébellion le chef possède un rôle très important dans la motivation des troupes. Ce type de conflit repose en effet sur la figure charismatique d’un homme (ou d’une femme) et de sa capacité à accomplir la mission qu’il s’est fixé.
Au départ les Acholi étaient conciliants et offraient des denrées et des hommes aux rebelles pour les soutenir. En effet, l’une des premières phases d’un mouvement de guérilla consiste à gagner l’appui des masses. Cette mobilisation a pour but de déboucher sur la constitution d’une infrastructure politique clandestine et sur la popularisation du projet. Cette stratégie présuppose que l’État est impopulaire ce qui était le cas dans cette région. Les paysans nilotiques du Nord se sentaient exclus d’un développement qu’ils ne voyaient que de loin.
Dans les années 1990, l’armée gouvernementale a forcé les Acholi, (environ 2,5 millions de personnes), à se rassembler dans des camps de déplacés. Cette politique a eu l’effet recherché puisque, coupés de leurs sources de recrutement et de ravitaillement, les rebelles se sont mis à piller les villages et à kidnapper les jeunes enfants engagés de force dans ce combat. En outre, sur le plan militaire, la guérilla cherchait à disperser au maximum les forces armées. Jusqu’en 1992, le mouvement dispose de capacités militaires réduites. Sans soutien extérieur, il se contente d’effectuer des opérations de brigandage à petite échelle et des actions criminelles. Entre 1992 et 1994, la LRA est la cible d’une offensive d’envergure menée par l’armée gouvernementale.
Le plus important, en dehors du soutien de la population, consistait à organiser des bases où la guérilla pouvait connaître une relative sécurité. Ces bases étaient vitales. La LRA a donc trouvé du soutien auprès du régime islamique de Khartoum, alors soucieux de limiter l'aide militaire apportée par l’Ouganda, avec le soutien de la Grande-Bretagne et des États-Unis, à l’Armée de libération populaire du Sud-Soudan (SPLA) du chrétien John Garang. En 1994, les forces soudanaises arrivent près de la frontière. Dès lors la guérilla bénéficie d’un important soutien notamment par la livraison de matériel et la mise à disposition de bases arrière. La LRA dispose alors d’environ 4000 hommes. La NRA n’est pas en mesure de réagir aux pillages des villages. La seule solution adoptée est de soutenir la SPLA dans le Sud du Soudan. Le conflit interne devient régional. La NRA pénètre sur le territoire soudanais pour détruire les bases arrière de la guérilla. C’est une véritable stratégie croisée qui s’organise et s’autoalimente, chaque guérilla (LRA et SPLA) bénéficiant de bases arrière et de soutien dans le pays voisin.
La LRA perd un peu de son soutien populaire en 1999 lorsque les autorités de Kampala développent une nouvelle politique qui favorise le rapprochement entre les autorités locales et les populations. Dès lors on ne peut plus parler de guérilla mais de rébellion.

Un conflit dans l’impasse
Qualifiée de « crise humanitaire la plus négligée du monde » par l’ancien secrétaire général adjoint des Nations unies en charge des Affaires humanitaires, Jan Egeland, la guerre civile ougandaise a provoqué des dizaines de milliers de morts (100 000) et environ 2 millions de déplacés dans le Nord de l’Ouganda et le sud du Soudan depuis 1986. Les membres de ce mouvement sont accusés de massacres, de viols, d'attaques de la population civile et autres violations des droits de l'homme. Ses effectifs seraient aujourd’hui constitués à plus de 80% d’enfants soldats. Plus de 25.000 enfants ont été enlevés par la LRA depuis 1986 dont 30 % de filles et sont utilisés comme soldats, porteurs et esclaves sexuels. Ils sont souvent mutilés par les rebelles.
Aujourd’hui, le conflit avec la LRA est dans l’impasse. Aussi bien les tentatives politiques de résolution du conflit que la solution militaire ont échoué. La population Acholi, qui vit dans des camps de déplacés, continue à être victime des rebelles et de l’abandon du gouvernement. La survie de la rébellion passe nécessairement par un bon renseignement sur l’adversaire or il arrive souvent par l’infiltration dans l’armée et surtout des sympathisants locaux. Pour Gérard Prunier si cette rébellion perdurent c’est aussi parce qu’elle sert « les appétits d’une classe d’officiers souvent corrompus, auxquels la guerre permet d’entretenir un flou ».
La Cour Pénale Internationale a émis des mandats d’arrêts en septembre 2005 qui visent les 5 hauts responsables de la LRA dont Joseph Kony et son adjoint, Vincent Otti. L’intervention de la CPI suscite une vive controverse dans le pays. Ces inculpations constitueraient un frein au processus de paix entamé en juillet 2006 entre les rebelles et le gouvernement. D’autant que cette cour pourrait aussi s’intéresser aux exactions commises par l’armée ougandaise.

Sources :
BALENCIE (J.M.), de LA GRANGE (A.), «Mondes rebelles : Guérillas, milices, groupes terroristes », Paris, 2001, Michalon
BEHREND (H.), « War in Nothern Uganda-The Holy Spirit Movements of Alice Lakwena, Severino Lukoya and Joseph Kony (1986-97), in CLAPHAM (C.), “African Guerillas”, 1998.
BRETT (E.A.), “Neutralising the Use of force in Uganda: The role of the military in Politics”, in The Journal Modern African Studies, 1995
CALAS (Bernard), PRUNIER (Gérard), « L’Ouganda contemporain », Paris, 1994, Khartala, 303 p.
CHALIAND (Gérard), « Terrorismes et guérillas », Paris, 1988, Complexe, 177 p.
ESSOUNGOU (André-Michel), « Chantage à la paix en Ouganda », in Le Monde diplomatique, avril 2007.
JOES (James), « Modern Guerrilla Insurgency », Preager, 1993.
PRUNIER (Gérard), « Forces et faiblesses du modèle ougandais », in Le Monde diplomatique, 1998
RENO (W.), « Warlord Politics and African States”, 1998.
TABER (Robert), “War of the flea the classic study of guerrilla warfare”, Potomac book, Dulles 2002, p.170
TAWA (Habib), « La Prusse de l’Afrique », in Le Nouvel Afrique Asie, n°6, mai 2006, pp. 42 à 45.

Le Trans Saharan Gas Pipeline : Mirage ou réelle opportunité ?


Le Trans Saharan Gas Pipeline : Mirage ou réelle opportunité ? par Benjamin Augé, doctorant à l’Institut français de géopolitique (Paris 8) sur le site de l'IFRI (téléchargez ICI).

"Le continent africain possède 8 % des réserves gazières du monde. Sa relative faiblesse économique et l’absence presque totale de réseaux gaziers entraînent une consommation intérieure très réduite (quasi nulle en dehors de l’Algérie et de l’Égypte) qui permet une importante capacité exportatrice de son gaz. Relier l’Afrique subsaharienne à l’Union européenne (UE) par un gazoduc est donc un projet économique assez logique. Les deux blocs intéressés en discutent avec de plus en plus d’intensité depuis le début des années 2000. La stratégie paraît à priori évidente. La zone européenne compte trois importants producteurs de gaz : Norvège (non-membre de l’UE mais associée étroitement à sa politique énergétique), Grande-Bretagne et Pays-Bas, avec respectivement une production de 99,2, 69,5 et 67,5 milliards de mètres cubes en 2008. Toutefois, la production de la Norvège et des Pays- Bas va commencer à décroître dans quelques années ; celle de la Grande-Bretagne diminue déjà de façon significative depuis 2000 et les Britanniques importent actuellement un tiers de leur gaz pour leur consommation domestique (93,9 milliards de mètres cubes en 2008). Les importations de l’UE vont donc mathématiquement croître progressivement. Or, la crainte d’une dépendance au gaz russe (aujourd’hui de 25 % en moyenne parmi les 27) dans un futur proche conduit l’Union à vouloir diversifier ses sources d’approvisionnement. Si aucune diversification n’est mise en place, la Russie pourrait approvisionner quelque 70 % du marché européen (27 pays) d’ici à 2050. La solution de multiplier les usines de regazéifications pour importer du gaz naturel liquéfié (Liquefied Natural Gas, LNG) est actuellement clairement privilégiée par plusieurs pays de l’Union : France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Pologne. Les pays du golfe Persique, l’Égypte, l’Algérie et les États-Unis approvisionneront ces nouvelles usines. Le Trans Saharan Gas Pipeline (TSGP) qui relierait le Nigeria au Niger et à l’Algérie, elle-même connectée à l’Espagne et à l’Italie par des gazoducs existants ou en construction, pourrait s’avérer un choix supplémentaire d’approvisionnement de long terme. Cependant, si ce gazoduc de 4 128 km considéré par le NEPAD comme prioritaire n’est pas un rêve, ni même un défi du point de vue technique, plusieurs éléments financiers, sécuritaires et géopolitiques vont devoir trouver une solution avant une hypothétique prise de décision formelle de développement dans les prochaines années."

mardi 6 avril 2010

Good Morning Afrika membre de l'Alliance Géostratégique


Vous l'aurez remarqué un nouveau logo est apparu dans la colonne de droite.... Good Morning Afrika est désormais membre de l'Alliance Géostratégique, une plateforme réunissant des blogueurs d'univers différents autour de la géostratégie. "L'alliance géostratégique un think tank ?" s'interroge l'un de ses membres (ICI) vous en jugerez par vous même. L'ambition est, en tout cas, de débattre ensemble et d'ouvrir nos horizons de réflexion. L'Alliance s'ouvre au continent africain et tous les africanistes s'en réjouiront !

Afrique du Sud : disparition de l'apôtre de l'Apartheid

L’assassinat d’Eugène Terreblanche, fondateur du Mouvement afrikaner, connu pour son insigne à trois branches rappelant la croix gammée, risque de radicaliser l’Afrique du Sud s'inquiètent plusieurs médias.

Eugène Terreblanche, le leader du Mouvement d’extrême droite de la résistance afrikaner (AWB), est sorti de prison en 2004 après une condamnation pour tentative de meurtre sur un vigile noir, qui restera avec des lésions cérébrales irréversibles, en 2001. Son mouvement a été réactivé en 2008, mais reste faible.
Peut on imaginer une déstabilisation du pays. Je ne pense pas. En revanche une mauvaise pub à quelques semaines de la Coupe du monde de football, c'est sur. Ce qui est inquiétant c'est le regain de tensions général en Afrique du Sud qui trouve aussi son expression dans le racisme.L’agitation sociale est tangible, et la dégradation des services publics sociaux ne devrait rien arranger. En mai 2008, des attaques xénophobes contre les immigrés du Zimbabwe, du Mozambique et du Niger, et des mouvements sociaux contre la hausse du coût de la vie et les augmentations des tarifs d’électricité en juillet-août 2008, ont secoué le pays. La population pauvre marque sa déception face aux problèmes sociaux, à la crise énergétique, à la détérioration des services publics de santé et d’éducation, aux affaires de corruption au sein du parti… Le vieux slogan électoral de l'ANC «better life for all» a créé des frustrations.

lundi 5 avril 2010

Classement Wikio avril 2010

Wikio vient de lancer un nouveau classement, le Top des blogs dans la catégorie Internationale (ICI). Et bonne nouvelle Good Morning Afrika figure en 13ème position pour le classement d'avril!

Les 20 premiers du classement (notez le succès des blogs consacrés à la Chine) :
1 Coulisses de Bruxelles
2 Marketing en Chine
3 Alliance geostratégique
4 Internet Chine
5 Pour convaincre
6 Amour de la Chine
7 Mon Blog Défense
8 Philosémitisme
9 Vincent Jauvert
10woodsb.net
11 jcdurbant
12 GreatAmerica
13 Good Morning Afrika
14 Tout sur la Chine
15 Le-Lac-des-Signes
16 le Blog Chine
17 Business Internet Chine
18 Un oeil sur la Chine
19 eToile
20 Regard d’un français sur la Chine

Phase pré-électorale en Ethiopie

Plus de 6 000 candidats du parti au pouvoir et des principaux partis d’opposition en Ethiopie se sont inscrits pour disputer les 546 sièges du parlement éthiopien, lors des prochaines élections nationales, a déclaré, lundi, la Commission électorale nationale d’Ethiopie (NEBE).
Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF, au pouvoir) a enregistré à lui seul 1 850 candidats pour le scrutin prévu le 23 mai 2010, selon la NEBE. Tandis que les principaux partis d’opposition du pays, constitués du Forum pour la justice et la démocratie, le Parti pour l’unité de tous les Ethiopiens, le Parti démocratique éthiopien et la Coalition pour l’unité et la démocratie, ont inscrit respectivement 1 282, 1 010, 510 et 270 candidats.
62 partis politiques, y compris le parti au pouvoir, se sont inscrits pour prendre part aux élections nationales. Environ 30 millions d’éthiopiens sont appelés aux urnes
Actuellement, des partis sont en pleine campagne électorale et organisent des débats télévisés sur diverses questions politiques, économiques et sociales du pays.
La majorité des 62 partis politiques prendront part à la fois aux élections législatives et régionales.
Les élections nationales, prévues le 23 mai prochain, seront le quatrième du genre à se tenir sous le régime actuel depuis son arrivée au pouvoir en 1991.
Malheureusement le gouvernement éthiopien a multiplié ces dernières années les pressions et menaces pour diminuer l’influence de l’opposition et museler la presse et la société civile, a dénoncé Human Rights Watch (HRW). Cette campagne vise, selon HRW, à s’assurer de la victoire aux élections législatives, tout en évitant les violences post-électorales de 2005. Ces élections, marquées par une ouverture démocratique et une percée de l’opposition, s’étaient soldées par une victoire de la coalition au pouvoir depuis 1991. Les violences post-électorales avaient fait plus de 200 morts, essentiellement des manifestants de l’opposition tués par les forces de l’ordre.
Dans un rapport intitulé “100 manières de mettre la pression : violations des libertés d’expression et d’association en Ethiopie”, HRW décortique les pratiques du Front révolutionnaire et démocratique des peuples d’Ethiopie (EPRDF).
L’ONG estime notamment que l’emprisonnement de figures de l’opposition, à l’image de Birtukan Mideksa (photo) depuis décembre 2008, constitue la partie visible d’un travail de sape de l’opposition par le parti au pouvoir.

Celui-ci se joue dans l’Ethiopie rurale, qui concentre 85 % de la population. Nombre de témoins interrogés par HRW ont expliqué que l’obtention de semences, d’engrais ainsi que l’accès à la santé ou aux programmes de travail contre nourriture, sont conditionnés dans les campagnes à l’adhésion au parti au pouvoir.
Devant la percée de l’opposition en 2005, le parti au pouvoir a, selon HRW, renforcé son assise dans le pays à la faveur des élections locales de 2008 et d’une vaste campagne de recrutement, passant « de 760 000 membres en 2005 à plus de quatre millions, trois ans plus tard ».
Ainsi, enseignants et fonctionnaires sont priés d’assister à des sessions d’informations organisées par le gouvernement, au cours desquelles leur sont distribués des formulaires d’adhésion au parti du Premier ministre Meles Zenawi (photo).

Le rapport d’HRW détaille également les tracasseries administratives imposées aux partis d’opposition et dénonce l’échec de la “diplomatie silencieuse” des puissances occidentales face à leur principal allié dans cette région particulièrement instable.

« Les gens oublient qu’en pratique et en théorie, ce gouvernement est une sorte de régime communiste qui ne croit pas aux droits de l’individu. Il croit au droit de l’Ethiopie de se développer », confie un diplomate à HRW.

Interrogé par l’AFP, le porte-parole du gouvernement, Bereket Simon, a qualifié ces accusations de « rididules », alors « qu’au contraire l’Ethiopie progresse sur tous les fronts ».

« Le fait qu’ils (HRW) critiquent ces progrès démontrent que tout cela n’a rien à voir avec les droits de l’homme ou la démocratie », a estimé le porte-parole.

vendredi 2 avril 2010

Les "Rendez-vous d'HEI-Ji" se tiendront du 8 avril au 6 mai 2010 à l'école des Hautes Etudes Internationales


Un peu de publicité ne fait pas de mal !
La Junior Entreprise (HEI-Ji) de l'Ecole des Hautes Etudes Internationales organise un cycle de conférence : Quelle défense pour la France ? Avec des intervenants qui retiendront surement votre attention !

- "Les services de renseignement", jeudi 8 avril 2010, 18h - 20h avec Stephan BW., ancien de la DGSE et actuel Chargé de mission au Secretariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale.
Lieu : Grande salle de l'Ecole HEI, au 54 avenue Marceau, 75008 PARIS.

- "Quelle politique de dissuasion nucléaire pour la France ?" avec le Général X. Jarry, Commandant de la force aérienne stratégique, le 15 avril à 18H.

- "Quelle place pour la France dans les nouvelles questions de sécurité ?" avec Hervé Morin, le 4 mai à 18H.

- "La guerre d'Afghanistan : témoignages" avec le Colonel F. Chatellus, Commandant des forces françaises en Afghanistan.

Nombre de places limitées. Entrée libre sous réserve d'inscription. S'inscrire.

jeudi 1 avril 2010

Publications de l'International Crisis Group : Soudan, Darfour, Tchad, Libye

Rigged Elections in Darfur and the Consequences of a Probable NCP Victory in Sudan (Téléchargez ICI)

Résumé : "The principal preoccupation of the ruling National Congress Party (NCP) is to win the elections now scheduled for 11-13 April 2010. It has manipulated the census results and voter registration, drafted the election laws in its favour, gerrymandered electoral districts, co-opted traditional leaders and bought tribal loyalties. It has done this all over Sudan, but especially in Darfur, where it has had freedom and means to carry out its strategy, since that is the only region still under emergency rule. Because of the fundamentally flawed process, the international community, working closely with the African Union High Level Implementation Panel for Sudan (AUHIP), should acknowledge that whoever wins will likely lack legitimacy; press for Darfur peace talks to resume immediately after the elections; insist that any Darfur peace deal provides for a new census, voter registration and national elections; and lay the groundwork for a peaceful referendum on southern self-determination and post referendum North-South relations.
One indication of the NCP’s long-term plans to rig the elections was the management of the 2008 census. The flawed results were then used to draw electoral districts, apportion seats in the national and state legislatures and organise the voter registration drive. Census takers – aided by NCP party organisers – expended great efforts to count supporters in Southern Darfur (mostly inhabited by Arabs), nomads of Northern Darfur and some tribes loyal to the party. They also reportedly counted newcomers from Chad and Niger, who had settled in areas originally inhabited by persons displaced in the Darfur conflict, and issued them identity papers so they can vote as Sudanese citizens. However, most of the estimated 2.6 million internally displaced (IDPs) living in camps, as well as people from groups hostile to the NCP living in “insecure” neighbourhoods of cities and the population of rebel-controlled areas were not counted.
Darfur is important for the NCP because Southern Darfur is the second most populous state and Northern Darfur is the fifth. The three Darfur states combined have 19 per cent of Sudan’s population (according to the flawed 2008 census), slightly less than the South. Darfur has been allocated 86 seats out of 450 in the national assembly (the latter number may increase to 496, if the assembly approves an agreement the NCP reached with the Sudan People’s Liberation Movement, SPLM, the dominant party in the South). Winning big in Darfur is thus central to the NCP’s hopes of capturing enough votes in northern Sudan to ensure its continued national dominance.
The NCP was able to gain advantages by dominating the drafting of election laws, despite opposition from the SPLM and other parties, and through the demarcation of favourable new electoral districts based on the flawed census results and organised by a National Elections Commission (NEC) heavily influenced by NCP members appointed to its various branches. As a result, constituencies have been added in areas where NCP supporters are the majority and removed in areas where they are not.
The voter registration process in Darfur also favoured the NCP. According to national and international observers alike, many groups targeted in the conflict, especially IDPs, were unable to register or refused to do so. In many instances, people were deliberately denied sufficient time and information, while teams worked hard in remote areas to register nomads who support the government. NCP party organisers aggressively helped register likely supporters and new immigrants; security personnel deployed in remote areas were registered in contravention of the NEC regulations. Lastly, the NCP has co-opted local leaders and played the ethnic card, further polarising the population. It has used money and offers of positions of power to buy the loyalty of tribal and community leaders, who in turn have been mobilising their constituencies to support the ruling party.
The result is an almost certain victory for the NCP. And the consequences for Darfur are catastrophic. Disenfranchising large numbers of people will only further marginalise them. Since the vote will impose illegitimate officials through rigged polls, they will be left with little or no hope of a peaceful change in the status quo, and many can be expected to look to rebel groups to fight and win back their lost rights and lands.
Ideally, elections would be held after a peace deal has been negotiated and the problems with the census, voter registration and demarcation of electoral districts resolved. However, this is not likely. The NCP is desperate to legitimise President Omar al-Bashir, who has been indicted by the International Criminal Court, and the SPLM fears any delay may risk jeopardising the South’s January 2011 self-determination referendum. To contain the damage from rigged elections to both the Comprehensive Peace Agreement (CPA) that ended the North-South conflict and the Darfur peace process, therefore, it is necessary that:

*electoral observation missions in Sudan take note of the severely flawed process, and governments and international organisations, especially the UN Security Council and AU Peace and Security Council, state that whoever wins will lack a genuinely democratic mandate to govern;
* the international community, working closely with the AUHIP, demand that CPA implementation and Darfur peace negotiations resume immediately after the elections, and any new peace deal in Darfur include provisions for a new census and voter registration drive in the region and new national elections at that time; and
* the AU, UN and Intergovernmental Authority on Development (IGAD), as well as other key international supporters of the CPA act immediately after the election to encourage the Khartoum government and the Government of Southern Sudan (GoSS) to agree on the critical steps needed to ensure a peaceful self-determination referendum in the South in January 2011 and stability in both North and South in the aftermath of that referendum."

Libye/Tchad : au-delà d'une politique d'influence (Téléchargez ICI)

Résumé : "Depuis l’arrivée au pouvoir de Mouammar Kadhafi en 1969, la Libye est devenue le voisin le plus important du Tchad. Pendant la présidence d’Hissène Habré, la relation devint hostile et fut marquée par différentes interventions militaires. Depuis l’entrée en fonction d’Idriss Déby, la Libye a abandonné toute revendication territoriale sur le pays et s’est transformée en parrain régional, jouant un rôle actif dans les négociations de paix entre le régime et ses rebellions. Elle a en effet les moyens financiers et l’autorité pour amener les protagonistes à négocier, mais son suivi de la mise en œuvre des accords passés laisse souvent à désirer. Sa diplomatie a connu de brefs succès en facilitant la cooptation des rebelles par N’Djamena mais a suscité peu de progrès à long-terme pour une stabilisation du Tchad. Le contraste entre les pressions exercées pour obtenir des signatures sur les accords de paix qu’elle chaperonne et son manque d’intérêt pour leur application suggère que les médiations de Kadhafi sont moins fondées sur un désir de stabiliser le Tchad, que sur une volonté de préserver son influence régionale.
L’implication de la Libye au Tchad est marquée par une histoire ambivalente et douloureuse. Une stratégie visant à occuper et même annexer de larges portions du territoire tchadien combinée à un soutien continu aux opposants du régime, a conduit dans les années 1980 à plusieurs confrontations militaires que le Tchad a été en mesure de gérer grâce à l’aide de la France, son ancienne puissance coloniale. La Libye a ensuite été incapable d’ex­ploiter la chute d’Hissène Habré et l’arrivée au pouvoir d’Idriss Déby, ces évènements coïncidant avec les sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’ont isolé et affaibli dans les années 1990. Tripoli a ensuite reconnu l’évolution du contexte géopolitique et adapté en conséquence sa politique à l’égard de son voisin tchadien. La Libye ne pouvait fondamentalement pas changer le cours de sa politique nationale mais elle a réussi à devenir un acteur incontournable dans la lutte de Déby contre son opposition armée. D'une façon ou d’une autre, Kadhafi a été impliqué dans presque toutes les négociations internes tchadiennes, et plus particulièrement dans celle de Syrte en 2007.
En raison de la crise politique interne au Tchad, de la détérioration des relations tchado-soudanaises et de l’émergence de la crise du Darfour, la Libye a été en mesure, depuis 2003, de consolider sa position en tant que parrain régional. Elle a utilisé ses liens avec l’oppo­sition armée des deux côtés de la frontière pour devenir le principal médiateur entre les factions rebelles. Elle a aussi rétabli le contact entre N’Djamena et Khartoum, et via ce processus, a peut-être prévenu ce qui aurait pu être une guerre directe entre les deux régimes, avec des conséquences régionales désastreuses.
Toutefois, les succès diplomatiques de la Libye au Tchad ont été de courte durée, en raison notamment d’un manque d’intérêt sur les réformes à plus long terme et de sa difficulté à tolérer les contributions d’autres acteurs régionaux ou internationaux dans sa quête de domination régionale. Tripoli utilise rarement son autorité pour contraindre les parties à respecter les accords qu’il a négocié et les différentes délégations soupçonnent toujours un agenda caché derrière la diplomatie libyenne. En effet, Kadhafi ne cache pas son désir que ses médiations fassent également avancer ses ambitions géostratégiques. En même temps, le gouvernement tchadien utilise les bons offices de la Libye pour coopter des opposants armés, qui, à leur tour, tentent de tirer profit des accords de paix à des fins personnelles. Enfin, le manque de coordination entre les initiatives libyennes et les autres initiatives de paix a conduit à une lutte d'influence qui a permis aux différents protagonistes de jouer plusieurs interlocuteurs les uns contre les autres.
Les efforts de Kadhafi au Tchad ne l’ont que partiellement aidé à améliorer son image internationale et ont, en fait, davantage renforcé l'impression que la politique étrangère libyenne reste contradictoire. Au Tchad, Kadhafi fournit les moyens financiers et politiques de la stratégie de Déby de cooptation des opposants, grâce à des postes et de l’argent, entravant ainsi toute réforme interne sérieuse qui pourrait éventuellement conduire le pays à sortir de sa longue crise politique. Un engagement politique menant à des réformes structurelles nécessaires à la stabilisation du Tchad permettrait cependant à la Lybie de capitaliser sur ses efforts de médiation, tout en gardant son influence régionale."